AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poèmes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Poèmes...   Lun 12 Juil 2010 - 17:51

Un topic où chacun pourra poster les poèmes qu'il aime, ou écrit...

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux,
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

Baudelaire

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 13 Juil 2010 - 19:47

Je te souhaite d'avoir toujours un Ange à tes côtés
Qui veille sur Toi dans tout ce que tu fais
Te rappelant de continuer à croire en des jours meilleurs
Trouvant des façons pour que tes Vœux et tes Rêves t'emportent vers des
lieux merveilleux
Te donnant un Espoir aussi infaillible que le Soleil
Te donnant la Force de la Sérénité comme Flambeau
Je te souhaite Amour, Confort et Courage
Et je te souhaite d'avoir un Ange à tes côtés
Quelqu'un qui soit là pour t'attraper si tu tombes
Encourageant tes Rêves
Suscitant ton Bonheur
Te tenant la main pendant les vicissitudes de l'existence
Durant nos vies, les choses changent constamment
Les larmes surviennent tout comme les sourires
Sur le chemin que tu suivras, je te souhaite de rencontrer mille fois
plus de Beauté que de solitude
Je te souhaite de recevoir le Cadeau qui dure éternellement: quelqu'un de merveilleux à aimer
Et une amie très chère en qui tu peux te confier
Je te souhaite des Arcs-en-Ciel après chaque orage
Je te souhaite des Espoirs qui te réchauffent le Cœur
Et je te souhaite d'avoir toujours un Ange à tes côtés

Emilia Larson

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Jeu 15 Juil 2010 - 17:20

Les oiseaux,

Les nuages les suivent,
mais ne leurs ressemblent pas.
Ils ont ouverts tout grand leurs ailes
pour flotter, sur la mer du soleil.
Ils ne connaissent qu'une nage,
celle qui m'emmène en voyage.
Vite, le vent ondule
sur leur costume à plumes,
sans jamais en arracher une.
Et quand leur vol se suspend,
ils chantent leurs messages,
à celui qui les entend.

Myriam

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Christalain
Modérateur
avatar

Masculin Lion Chèvre
Messages : 151
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 49
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Poèmes...   Jeu 15 Juil 2010 - 18:24

Merci Myriam, c'est un joli poème... je ne te savais pas poète !
C'est drole, ça me rappelle cette chanson : http://www.youtube.com/watch?v=5DAb7bWwDu0&feature=related

Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org/
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Ven 16 Juil 2010 - 16:16

Merci, poème de ma toute jeunesse...j'en ai encore quelques-uns en stock...mais je n'en écris plus trop...c'est souvent la souffrance qui en est l'origine.

Je vous offre le poème d'une amie, inspirée de l'Oiseau de feu, que j'adore:

"Il est un souffle léger qui tel le baiser de deux eaux qui s'épousent, donne vie à la Matrice de tous les possibles.

Il est un feu qui libère nos Ailes en consumant la cage qui nous retient
prisonnier.

...
S'offrir à ces eaux, à ce feu c'est aussi accepter de réveiller ce qui se tapit dans l'ombre de nous-même ...
Rencontrer cette adversité c'est entrer dans l'inconnu qui ne demande qu'à être connu pour que s'offre à la Terre le Parfum de notre EssenCiel...

Il est des vécus sur notre chemin du retour, qui tels des miettes de pain et des gouttes de vin, nous donnent la force et le courage pour franchir les limites de nos possibles, pour ceindre nos reins et les faire fleurir dans nos cheveux ...

Que le Sel de nos larmes, témoin de la stérilité de notre Terre du Dedans se fasse Lumière!
Car chaque combat remporté face à l'adversité est une levée de cette stérilité!
Soyons le levain qui fera le pain de demain !"


Nat Ayvie
http://justedesfruitscueillis.blogspot.com/

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc
Résident
Résident
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 23/04/2010
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 27 Juil 2010 - 17:39

" J'ai reçu mon invitation au festival de ce monde
Et ainsi ma vie a été bénie.
Mes yeux ont vu et mes oreilles ont entendu.
C'était ma part à cette fete,
de jouer de mon instrument
Et j'ai fait tout ce que j'ai pu"

R.Tagore
Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Résident
Résident
avatar

Féminin Cancer Cochon
Messages : 439
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 45
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 6 Mar 2011 - 23:54

TES LEVRES

Tes lèvres, mon amour,
"le miel et le lait
sont sous ta langue".
avec toi j’ai retrouvé le goût,
tout le goût de la vie,
dans un seul de tes baisers.
Désormais, quand je respire,
Le moindre de mes souffles
A ta saveur.
Ton corps est un grenier de myrrhe,
Dans la fatigue du chemin
Se mêlent nos aromates.

Lorsque je me suis approchée de la fontaine
De ton corps, mon amour,
J’ai su que mes lèvres
Etaient faites pour boire,
Et que tu ne tromperais pas ma soif.
Le lait que tu m’as donné
N’était pas celui de ma mère,
Il ne nourrissait pas l’enfant,
Il faisait naître la femme ;
La femme heureuse que je suis,
Eveillée ou endormie, contre ton épaule
Et je comprends
Pourquoi tu nous as demandé
De manger ton corps,
De goûter au fruit défendu.
Mes lèvres comprennent, ma tête s’égare,
Ma tête qui n’est plus innocente,
Mes lèvres qui le sont restées,
Ou est-ce ta saveur qui leur ôte toute mémoire ?

Mais tu nous dis encore
De « boire ton sang »,
Cela je ne peux, ni le vouloir,
Ni le désirer.
Le sang des victimes,
Ce n’est pas de ce sang
Que tu m’as demandé de boire,
Et ceux qui y boivent ne connaîtront
Pas d’autre goût que le goût du crime.

Tu ne nous as pas dit de boire le sang versé,
Mais de boire et de s’enivrer au sang vif
Qui frémit et bouillonne,
Dans les méandres de nos membres
Amoureux.

Où était mon corps, mon amour,
Avant que tu le regardes ?
Avant que tu le respires ?
C’est quand tu l’as touché
Qu’il a pris forme,
C’est lorsque tes lèvres ont effleuré ma peau
Qu’il s’est mis à chanter

……………………………

Jean-Yves Leloup

http://www.jeanyvesleloup.com/fr/texte.php?type_txt=0&ref_txt=82



Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 7 Mar 2011 - 8:42

Merci Sandrine pour ce poème magnifique, et ce lien, son livre "Une femme innombrable" m'a beaucoup touché. Ce prêtre parle d'amour, de Dieu d'une manière très poétique, et sensuel, un esprit ouvert...en voici un autre.


"Tu n'es pas un dieu qui se méfie des femmes,
qui canonise les saints et brûle les sorcières.

Tu es Beau et tu aimes la Beauté
Je t'ai souvent prié mon Dieu
de me délivrer des dieux qui accusent,
qui méprisent et qui fanatisent...

Et tu m'as envoyé le printemps : l'amandier a fleuri.
J'ai respiré le beau jour et la grande nuit,
J'ai reconnu ton souffle dans le jardin,
Ta brise au bord du lac,
Tu m'as appris que prier davantage,
C'est respirer mieux."

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Jeu 31 Mar 2011 - 19:30

La vie antérieure,

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

Charles Baudelaire,

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_baudelaire/la_vie_anterieure.html

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Résident
Résident
avatar

Féminin Cancer Cochon
Messages : 439
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 45
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Poèmes...   Ven 1 Avr 2011 - 7:15

ICI-MEME!

Je dépose ici-même une fleur
qui n'est rien d'autre qu'une fleur
et dont le parfum pourtant s'exhale
autour de la terre et ses friches

je dépose ici-même un souffle
qui n'est autre que le vent
et qui pourtant n'est que de passage
et rempli son rôle en silence à merveille

je dépose ici-même un monde apaisé
qui n'a d'autre occupation
que de rire avec les enfants
et partager le regard des chiens

je dépose ici-même l'envers
et l'endroit
le temps liquide et bleu
à l'abri dans le rêve en silence

je dépose ici-même la place immobile
qui arrête de croire
que quelque chose advient
et ne s'agite pas comme si

je dépose ici-même l'arrêt complet
de la fonction de l'être
et ses aléas incandescents
qui ne sont qu'un mirage

je dépose la graine
ici-même en deçà
qui toujours a été la fleur

http://nithaiah.unblog.fr/2011/04/01/ici-meme/



Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 15 Mai 2011 - 15:00



Cet amour
Si violent
Si fragile
Si tendre
Si désespéré
Cet amour
Beau comme le jour
Et mauvais comme le temps
Quand le temps est mauvais
Cet amour si vrai
Cet amour si beau
Si heureux
Si joyeux
Et si dérisoire
Tremblant de peur comme un enfant dans le noir
Et si sûr de lui
Comme un homme tranquille au milieu de la nuit
Cet amour qui faisait peur aux autres
Qui les faisait parler
Qui les faisait blêmir
Cet amour guetté
Parce que nous le guettions
Traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Parce que nous l'avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Cet amour tout entier
Si vivant encore
Et tout ensoleillé
C'est le tien
C'est le mien
Celui qui a été
Cette chose toujours nouvelle
Et qui n'a pas changé
Aussi vrai qu'une plante
Aussi tremblante qu'un oiseau
Aussi chaude aussi vivant que l'été
Nous pouvons tous les deux
Aller et revenir
Nous pouvons oublier
Et puis nous rendormir
Nous réveiller souffrir vieillir
Nous endormir encore
Rêver à la mort,
Nous éveiller sourire et rire
Et rajeunir
Notre amour reste là
Têtu comme une bourrique
Vivant comme le désir
Cruel comme la mémoire
Bête comme les regrets
Tendre comme le souvenir
Froid comme le marbre
Beau comme le jour
Fragile comme un enfant
Il nous regarde en souriant
Et il nous parle sans rien dire
Et moi je l'écoute en tremblant
Et je crie
Je crie pour toi
Je crie pour moi
Je te supplie
Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s'aiment
Et qui se sont aimés
Oui je lui crie
Pour toi pour moi et pour tous les autres
Que je ne connais pas
Reste là
Lá où tu es
Lá où tu étais autrefois
Reste là
Ne bouge pas
Ne t'en va pas
Nous qui sommes aimés
Nous t'avons oublié
Toi ne nous oublie pas
Nous n'avions que toi sur la terre
Ne nous laisse pas devenir froids
Beaucoup plus loin toujours
Et n'importe où
Donne-nous signe de vie
Beaucoup plus tard au coin d'un bois
Dans la forêt de la mémoire
Surgis soudain
Tends-nous la main
Et sauve-nous.

J.Prévert

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 17 Mai 2011 - 10:58



Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable.

(extrait du recueil Le Prophète de Kalil Gibran)

Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Résident
Résident
avatar

Féminin Cancer Cochon
Messages : 439
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 45
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mer 18 Mai 2011 - 20:06



The Agony and Ecstasy of Divine Discontent

In the orchard and rose garden
I long to see your face.
In the taste of Sweetness
I long to kiss your lips.
In the shadows of passion
I long for your love.

Oh! Supreme Lover!
Let me leave aside my worries.
The flowers are blooming
with the exultation of your Spirit.

By Allah!
I long to escape the prison of my ego
and lose myself
in the mountains and the desert.

These sad and lonely people tire me.
I long to revel in the drunken frenzy of your love
and feel the strength of Rustam in my hands.

I’m sick of mortal kings.
I long to see your light.
With lamps in hand
the sheiks and mullahs roam
the dark alleys of these towns
not finding what they seek.

You are the Essence of the Essence,
The intoxication of Love.
I long to sing your praises
but stand mute
with the agony of wishing in my heart.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Jeu 19 Mai 2011 - 19:14

ELEVATION :

"Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des ...montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensées, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !"

(Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal)



_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Résident
Résident
avatar

Féminin Cancer Cochon
Messages : 439
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 45
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 30 Mai 2011 - 9:43

UN TRÉSOR POUR LE SALUT

Pour mon pardon, si je n’attends
Que dérisoires remerciements,
Je dois quitter cette habitude
De n’exiger que gratitude.

En remerciant la Sainte Source
Qui, de mes jours, éclaire la course,
Je fais des dons que j’ai reçus
Un vrai trésor pour le salut.

En ignorant le mot « offense »,
Dieu me fait don de délivrance.
Que, rendant grâce, je lui réponde
Par mon pardon offert au monde.

Je peux ainsi quitter mon corps,
Cet insensé chercheur de mort,
En libérant mon pur esprit,
Cet éternel chanteur de vie.

Guy DELECRAZ


Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 30 Mai 2011 - 22:27

Sandrine a écrit:
UN TRÉSOR POUR LE SALUT

Pour mon pardon, si je n’attends
Que dérisoires remerciements,
Je dois quitter cette habitude
De n’exiger que gratitude.

En remerciant la Sainte Source
Qui, de mes jours, éclaire la course,
Je fais des dons que j’ai reçus
Un vrai trésor pour le salut.

En ignorant le mot « offense »,
Dieu me fait don de délivrance.
Que, rendant grâce, je lui réponde
Par mon pardon offert au monde.

Je peux ainsi quitter mon corps,
Cet insensé chercheur de mort,
En libérant mon pur esprit,
Cet éternel chanteur de vie.

Guy DELECRAZ


Magnifique ! sunny
Merci Sandrine

_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 30 Mai 2011 - 22:34

Myriam a écrit:
Les oiseaux,

Les nuages les suivent,
mais ne leurs ressemblent pas.
Ils ont ouverts tout grand leurs ailes
pour flotter, sur la mer du soleil.
Ils ne connaissent qu'une nage,
celle qui m'emmène en voyage.
Vite, le vent ondule
sur leur costume à plumes,
sans jamais en arracher une.
Et quand leur vol se suspend,
ils chantent leurs messages,
à celui qui les entend.

Myriam
"Ils ne connaissent qu'une nage, celle qui m'emmène en voyage." cheers
Très joliment dit sunny

Tout mimi ton petit poème, j'aime bien I love you

_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mer 22 Juin 2011 - 10:42

Rendu au milieu de ma vie,
J'ai cherché à savoir ''à quoi ça sert la vie?''
J'ai cherché dans les sports et les voyages,
J'ai cherché dans la politique et les performances,
J'ai cherché dans les religions et les livres,
J'ai cherché dans le travail acharné et le luxe,
J'ai cherché de toutes les façons,
J'ai même cherché des façons de chercher.

Un beau jour, j'ai trouvé sans chercher.
J'avais cherché trop loin, à l'extérieur, dans les autres.
J'avais cherché l'impossible pour m'apercevoir
qu'il n'y avait rien à trouver.
On le possède tous à l'intérieur de nous.

Maintenant que je sais que la vie est faite
de petits et de grands moments présents,

Maintenant que je sais qu'il faut se détacher
pour aimer plus fort,

Maintenant que je sais que le passé ne m'apporte rien,
Maintenant que je sais que le futur me fait parfois
souffrir d'angoisse et d'insérucité,

Maintenant que je sais qu'on n'a pas besoin de voyager
dans l'astral pour être heureux sur cette terre,

Maintenant que je sais que la bonté et la simplicité
sont essentielles et que pour rendre les autres heureux
je dois l'être d'abord,

Maintenant que je sais qu'on peut aider les autres
surtout par l'exemple et le rayonnement,

Maintenant que je sais qu l'accpetation est un gage de bonheur
et que la nature est mon meilleur ''Maître'',

Maintenant que je sais: la réponse vient du même endroit que la question,
Maintenant que je sais que je vis,
Alors maintenant je vis tout simplement...

Source : le net



et merci Plume, je viens de voir ton message sur mon "vieux" poèmes Wink

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 2 Juil 2011 - 15:58

La Beauté

Je suis belle, ô mortels! comme un rêve de pierre,
Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poète un amour
Eternel et muet ainsi que la matière.

Je trône dans l'azur comme un sphinx incompris;
J'unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Les poètes, devant mes grandes attitudes,
Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,
Consumeront leurs jours en d'austères études;


Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles:
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles!


http://www.alalettre.com/baudelaire-oeuvres-fleurs-du-mal.php

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mer 27 Juil 2011 - 10:53

Chacun sa chimère...

"Sous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemin, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés.

Chacun d’eux portait sur son dos une énorme chimère, aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d’un fantassin romain.

Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte ; au contraire, elle enveloppait et opprimait l’homme de ses muscles élastiques et puissants ; elle s’agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture ; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l’homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l’ennemi.

Je questionnai l’un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi.
Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres ; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher.

Chose curieuse à noter : aucun de ces voyageurs n'avait l’air irrité contre la bête féroce suspendue à son cou et collée à son dos ; on eût dit qu'il la considérait comme faisant partie de lui-même.

Tous ces visages fatigués et sérieux ne témoignaient d’aucun désespoir ; sous la coupole spleenétique du ciel, les pieds plongés dans la poussière d’un sol aussi désolé que ce ciel, ils cheminaient avec la physionomie résignée de ceux qui sont condamnés à espérer toujours.

Et le cortège passa à côté de moi et s’enfonça dans l’atmosphère de l’horizon, à l’endroit où la surface arrondie de la planète se dérobe à la curiosité du regard humain.

Et pendant quelques instants je m'obstinai à vouloir comprendre ce mystère ; mais bientôt l’irrésistible indifférence s’abattit sur moi, et j'en fus plus lourdement accablé qu'ils ne l’étaient eux-mêmes par leurs écrasantes chimères."

Charles Baudelaire

belle description de cette ombre, qui parfois se matérialise, le fruit de nos tendances "négatives", de simples chimères qui pourtant altèrent la vie de l'homme...


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 15 Aoû 2011 - 9:29

"L'esprit humain,

Et je voyais au loin sur ma tête un point noir.
Comme on voit une mouche au plafond se mouvoir,
Ce point allait, venait; et l'ombre était sublime.

Et l'homme, quand il pense, étant ailé, l'abîme
M'attirant dans sa nuit toujours de plus en plus,
Comme une algue qu'entraîne un ténébreux reflux,
Vers ce point noir, planant dans la profondeur blême,
Je me sentais déjà m'envoler de moi-même
Quand je fus arrêté par quelqu'un qui me dit
« Demeure. »

En même temps une main s'étendit.
J'étais déjà très haut dans la nuée obscure.

Et je vis apparaître une étrange figure;
Un être tout semé de bouches, d'ailes, d'yeux;
Vivant, presque lugubre et presque radieux.
Vaste, il volait; plusieurs des ailes étaient chauves.
En s'agitant, les cils de ses prunelles fauves
Jetaient plus de rumeur qu'une troupe d'oiseaux
Et ses plumes faisaient un bruit de grandes eaux.
Cauchemar de la chair ou vision d'apôtre,
Selon qu'il se montrait d'une face ou de l'autre,

Il semblait une bête ou semblait un esprit.
Il paraissait, dans l'air où mon vol le surprit,
Faire de la lumière et faire des ténèbres.

Calme, il me regardait dans les brouillards funèbres.
Et je sentais en lui quelque chose d'humain.

Qu'es-tu donc, toi qui viens me barrer le chemin,
Être obscur, frissonnant au souffle de ces brumes?
Lui dis-je. Il répondit: -Je suis une des plumes
De la nuit, sombre oiseau de nue et de rayons,
Noir paon épanoui des constellations.

Je suis ce qui court, vole, erre, s'enfle, s'apaise;
Je suis en même temps ce qui retombe, pèse,
Saisit l'aile qui va, retient l'essor qui fuit,
Et descend; car le fond de mon être est la nuit.

-Ton nom? -dis-je...."

Dieu (Victor Hugo) 1891
Le Seuil du gouffre
Ascension dans les ténèbres

suite ici:

http://nous-les-dieux.org/Victor_Hugo/Dieu/Le_Seuil_du_gouffre

si bien écrit par le poète du siècle des Lumières, les égarements dans le tréfond de l'esprit humain...il a exploré.

I love you


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 11 Sep 2011 - 9:48

nous SOMMES,

entre nous, il ne s'agit plus de s'aimer,
car nous sommes l'Amour,


nous sommes comme...
deux arbres au milieu d'un champs,
si hauts et majestueux,
que s'y posent les oiseaux.


nous sommes comme...
le chant des mamans,
doux et apaisant,
qui de leur son puissant,
bercent leurs enfants.


nous sommes comme...
une fleur qui de son parfum,
inonde le monde,
et de ses couleurs,
illuminent nos coeurs.


nous sommes comme...
l'océan, immense et bouillonnant,
si profond et transparent,
qu'il n'y a plus d'envie,
juste la VIE.


nous sommes comme...
une petite flamme,
qui de sa Lumièe,
élaire la terre.


nous sommes comme...
un ciel plein d'étoiles,
qui par sa beauté
de nos yeux, hôte le voile.

nous sommes...l'Amour.

flower

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 13 Sep 2011 - 19:51

Viens avec moi t'asseoir prés de la mer,

ouvre ton coeur, sois libre.

Je te parlerai d'une paix intime

Comme celle des profondeurs calmes,

D'une liberté intime

Comme celle de l'espace

D'un bonheur

Comme celui des vagues qui dansent.



Vois, la lune trace un chemin de silence sur la mer sombre.

Ainsi, devant moi, l'intelligence ouvre un sentier lumineux.

La douleur gémissante se cache sous la moquerie d'un sourire,

Le poids d'un amour périssable alourdit le coeur,

La raison est déçue et la pensée s'altère.



Ah, viens t'asseoir près de moi,

Ouvre ton coeur, sois libre.

Comme la lumière que la course immuable du soleil ramène,

L'intelligence en toi viendra.

Les lourdes terreurs d'une attente angoissée

S'en iront de toi, comme les vagues reculent sous l'assaut des vents.



Viens t'asseoir près de moi,

Tu sauras quelle intelligence naît d'un amour vrai.

Comme le vent chasse les nuées aveugles,

La pensée claire chassera tes préjugés stupides.

La lune est amoureuse du soleil

Et le rire des étoiles emplit l'espace.

Oui, viens t'asseoir prés de moi,

Ouvre ton coeur, sois libre.



J. Krishnamurti


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Jeu 22 Sep 2011 - 18:02

"...je me demande encore ce qu'est l'amour
cette folie de faire tourner le monde
autour d'un même centre rose et mortel
je sais qu'il n'est pas de réponse je sais
... que c'est se vouer à la perte et aux larmes
mais malgré tout j'ouvre les bras je dis oui."
Jacques Ancet
"La brûlure"
(Lettres Vives 2002)

un blog avec plein de beaux poèmes et un drôle de nom Wink

http://www.simbadi.com/article-la-brulure-jacques-ancet-84199148.html

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 2 Oct 2011 - 19:02

"Qu'est-ce qu'un saint ?

Qu'est-ce qu'un saint ? Un saint c'est quelqu'un qui a atteint une lointaine possibilité humaine. Il est impossible de dire ce qu'est cette possibilité. Je pense que ça a quelque chose à voir avec l'énergie de l'amour. Le contact avec cette énergie aboutit à une sorte d'équilibre dans le chaos de l'existence. Un saint ne dissout pas le chaos; s'il le faisait, le monde aurait changé depuis longtemps.

Je ne pense pas qu'un saint dissolve le chaos même pour lui, parce qu'il y a quelque chose d'arrogant et de guerrier dans l'idée d'un homme mettant de l'ordre dans l'univers. C'est une sorte d'équilibre qui fait sa gloire. Il glisse sur les congères comme un ski échappé. Sa course est une caresse de la colline. Sa trace est un dessin de la neige à un instant particulier de son rapport avec le vent et le rocher.

Quelque chose en lui aime tant le monde qu'il s'abandonne aux lois de la gravitation et du hasard. Loin de voler avec les anges, il trace avec la fidélité d'une aiguille de sismographe l'état du paysage solide et sanglant. Sa maison est dangereuse et limitée, mais il est
chez lui dans le monde. Il peut aimer la forme des êtres humains, les formes belles et sinueuses du coeur. C'est bien d'avoir de tels hommes parmi nous, de tels monstres d'amour qui rétablissent l'équilibre."

Les Perdants Magnifiques
Beautiful Losers (1966) Léonard Cohen

http://www.leonardcohensite.com/poems.php

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 10 Oct 2011 - 18:02

Chanson d'automne


Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
zozio
Prend racine
Prend racine
avatar

Masculin Taureau Rat
Messages : 64
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 57
Localisation : Haut Jura

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 11 Oct 2011 - 14:25

Merci Myriam

"Lucien Ginsburg" s'en est qq peu inspiré geek

Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 11 Oct 2011 - 15:05

oui, une très belle chanson d'un grand poète lui aussi.


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 15 Oct 2011 - 11:17

Un instant d'éternité,

calme et douce tranquillité;
et vous voilà, inexistant,
dans un pays hors du temps.

(Première strophe parlée, les autres chantées)

Un instant d'éternité,
calme et douce tranquillité;
et vous voilà, inexistant,
dans un pays hors du temps.

Lorsque l'inexistence est perçue,
lorsque l'inexistence est perçue;
voilà que l'univers entier vit,
voilà que l'univers entier vit.

Qu'avons-nous fait, mes tendres amis,
mes compagnons, mes bien-aimés?
Qu'avons-nous fait de cette vie,
qu'avons-nous fait de l'infini?

Il nous faut vivre sans frontières,
sans peurs, sans craintes et sans limites;
il nous faut vivre dans cette vie,
il nous faut vivre l'infini.

Un instant d'éternité,
calme et douce tranquillité;
et vous voilà, inexistant,
dans un pays hors du temps.


Paul Pujol


http://www.paul-pujol.net/

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Jeu 27 Oct 2011 - 9:55

Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n’éc...oute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement celui qui détruit son amour propre,
Celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude,
Refaisant tous les jours le même chemin,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements,
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement celui qui évite la passion
Et son tourbillon d’émotions,
Celles qui redonnent la lumière dans les yeux
Et réparent les cœurs blessés.

Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap,
Lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,
Celui qui ne prend pas de risques pour analyser ses rêves,
Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
N’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant !
Risque toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

Pablo Neruda

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 1 Nov 2011 - 17:30

Victor Hugo à Juliette Drouet:

"Quand deux coeurs en s'aimant ont doucement vieilli,
Oh ! quel bonheur profond, intime, recueilli !
Amour ! hymen d'en haut ! ô pur lien des âmes !
Il garde ses rayons même en perdant ses flammes.
Ces deux coeurs qu'il a pris jadis n'en font plus qu'un.
Il fait, des souvenirs de leur passé commun,
L'impossibilité de vivre l'un sans l'autre.
(Juliette, n'est-ce pas, cette vie est la nôtre !)
Il a la paix du soir avec l'éclat du jour,
Et devient l'amitié tout en restant l'amour !"


Victor Hugo, Toute la lyre, VI, 64 (1ère publication en 1897)


"Quand je ne serai plus qu'une cendre glacée,
Quand mes yeux fatigués seront fermés au jour,
Dis-toi, si dans ton coeur ma mémoire est fixée :
Le monde a sa pensée,
Moi, j'avais son coeur !"

Victor Hugo. Dernière Gerbe LXIX
Épitaphe de Juliette Drouet



_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 6 Nov 2011 - 7:14

Un soir que je regardais le ciel
Elle me dit, un soir, en souriant :
- Ami, pourquoi contemplez-vous sans cesse
Le jour qui fuit, ou l'ombre qui s'abaisse,
Ou l'astre d'or qui monte à l'orient ?
Que font vos yeux là-haut ? je les réclame.
Quittez le ciel; regardez dans mon âme !

Dans ce ciel vaste, ombre où vous vous plaisez,
Où vos regards démesurés vont lire,
Qu'apprendrez-vous qui vaille mon sourire ?
Qu'apprendras-tu qui vaille nos baisers ?
Oh! de mon coeur lève les chastes voiles.
Si tu savais comme il est plein d'étoiles !

Que de soleils ! vois-tu, quand nous aimons,
Tout est en nous un radieux spectacle.
Le dévouement, rayonnant sur l'obstacle,
Vaut bien Vénus qui brille sur les monts.
Le vaste azur n'est rien, je te l'atteste ;
Le ciel que j'ai dans l'âme est plus céleste !

C'est beau de voir un astre s'allumer.
Le monde est plein de merveilleuses choses.
Douce est l'aurore et douces sont les roses.
Rien n'est si doux que le charme d'aimer !
La clarté vraie et la meilleure flamme,
C'est le rayon qui va de l'âme à l'âme !

L'amour vaut mieux, au fond des antres frais,
Que ces soleils qu'on ignore et qu'on nomme.
Dieu mit, sachant ce qui convient à l'homme,
Le ciel bien loin et la femme tout près.
Il dit à ceux qui scrutent l'azur sombre :
"Vivez ! aimez ! le reste, c'est mon ombre !"

Aimons ! c'est tout. Et Dieu le veut ainsi.
Laisse ton ciel que de froids rayons dorent !
Tu trouveras, dans deux yeux qui t'adorent,
Plus de beauté, plus de lumière aussi !
Aimer, c'est voir, sentir, rêver, comprendre.
L'esprit plus grand s'ajoute au coeur plus tendre.

Viens, bien-aimé ! n'entends-tu pas toujours
Dans nos transports une harmonie étrange ?
Autour de nous la nature se change
En une lyre et chante nos amours.
Viens ! aimons-nous ! errons sur la pelouse
Ne songe plus au ciel ! j'en suis jalouse ! -

Ma bien-aimée ainsi tout bas parlait,
Avec son front posé sur sa main blanche,
Et l'oeil rêveur d'un ange qui se penche,
Et sa voix grave, et cet air qui me plaît ;
Belle et tranquille, et de me voir charmée,
Ainsi tout bas parlait ma bien-aimée.

Nos coeurs battaient ; l'extase m'étouffait ;
Les fleurs du soir entr'ouvraient leurs corolles ...
Qu'avez-vous fait, arbres, de nos paroles ?
De nos soupirs, rochers, qu'avez-vous fait ?
C'est un destin bien triste que le nôtre,
Puisqu'un tel jour s'envole comme un autre !

O souvenirs ! trésor dans l'ombre accru !
Sombre horizon des anciennes pensées !
Chère lueur des choses éclipsées !
Rayonnement du passé disparu !
Comme du seuil et du dehors d'un temple,
L'oeil de l'esprit en rêvant vous contemple !

Quand les beaux jours font place aux jours amers,
De tout bonheur il faut quitter l'idée ;
Quand l'espérance est tout à fait vidée,
Laissons tomber la coupe au fond des mers.
L'oubli ! l'oubli ! c'est l'onde où tout se noie ;
C'est la mer sombre où l'on jette sa joie.

Victor HUGO (1802-1885)

sunny

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 19 Nov 2011 - 13:46

"Moi ce n'est pas toujours que je veux être heureux.
Il faut bien être de temps à autre malheureux
Afin de pouvoir être naturel...
Ce n'est pas tous les jours qu'il fait soleil,
Et la pluie, quand elle manque terriblement, on la demande.
C'est pourquoi je prends le malheur avec le bonheur
Naturellement, comme qui ne s'étonne point
Qu'il y ait montagnes et plaines
Ainsi qu'herbes et rochers..."

Fernando Pessoa

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Ven 2 Déc 2011 - 17:10

Ce matin,
Quatre goélands, au vent,
En partance,
Vers de lointains pays
M'ont soufflé à l'oreille,
De venir avec eux,
Vers des cieux toujours bleus,

De leur vol majestueux,
De leurs puissantes ailes,
M'emportant avec eux,
Ils m'ont fait oublier,
Mon âme tourmentée...

Quand le ciel s'ouvre à eux,
Il s'ouvre aussi à moi,
et alors resplendit,
Dans un éclat de joie,
Le soleil de mon cœur...

Myriam

un poème du jour...tiens, jour de Vénus inspiratice d'art...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 27 Déc 2011 - 11:09

Mon rêve familier,

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur transparent
Pour elle seule, hélas! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l'ignore.
Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul Verlaine (Poèmes saturniens)

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Ven 6 Jan 2012 - 20:57

Névrosés, je vous salue,

Parce que vous voyez de la sensibilité dans l'insensibilité du monde et de l'incertitude dans vos certitudes.
Parce que souvent vous sentez les autres aussi bien que vous-mêmes.
Parce que vous ressentez l'anxiété du ...monde tout comme sa prétention et son étroitesse fin.

Soyez salués

Pour la phobie de laver la saleté du monde de vos mains.
Pour votre peur d'être enfermés dans les limitations du monde et pour votre crainte de l'absurdité de l'existence.
Pour la délicatesse de ne pas dire aux autres ce que vous voyez en eux.
Pour votre maladresse à négocier avec les choses pratiques et pour votre sens pratique à négocier avec des choses abstraites et inconnues.
Pour votre réalisme transcendantal et pour votre manque de réalisme quotidien. Pour votre goût de l'exclusivité et pour la peur de perdre vos amis intimes.
Pour votre créativité et votre extase.
Pour votre mésadaptation à ce qui est et votre adaptation à ce qui devrait être.
Pour vos habilités grandes mais inutilisés
(...)

Pour le fait que vous vous laissez "traiter" au lieu de traiter les autres.
Pour votre pouvoir céleste sans cesse réprimer par votre force brutale.
Pour ce qui est prescient, non-dit et infini en vous.
Pour la solitude et l'étrangeté de votre manière d'être.

Je vous salue.

Dabrowski Kazimiery, trad de G.Corneau

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 14 Jan 2012 - 13:45

Mon regard est net comme un tournesol.

J'ai l'habitude d'aller par les chemins
jetant des yeux de droite et de gauche,
mais en arrière aussi de temps en temps...
Et ce que je vois à chaque instant
est ce que jamais auparavant je n'avais vu,
de quoi j'ai conscience parfaitement.


Je sais éprouver l'ébahissement
de l'enfant qui, dès sa naissance,
s'aviserait qu'il est né vraiment...
Je me sens né à chaque instant
à l'éternelle nouveauté du Monde...

Je crois au monde comme à une pâquerette,
parce que je le vois. Mais je ne pense pas à lui
parce que penser c'est ne pas comprendre...
Le Monde ne s'est pas fait pour que nous pensions à lui
(penser c'est avoir mal aux yeux)
mais pour que nous le regardions avec un sentiment d'accord...


Moi je n'ai pas de philosophie : j'ai des sens...
Si je parle de la Nature, ce n'est pas que je sache ce qu'elle est,
mais parce que je l'aime, et je l'aime pour cette raison
que celui qui aime ne sait jamais ce qu'il aime,
ni ne sait pourquoi il aime, ni ce qu'est qu'aimer.


Aimer, c'est l'innocence éternelle,
et l'unique innocence est de ne pas penser.


le gardeur de troupeau II

Fernando Pessoa, un poète qui me ravit toujours le coeurs Wink

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 22 Jan 2012 - 8:11

La Vie est un Long JE T ' A I M E
La vie est une fleur.
L'amour en est le miel.
Victor Hugo
flower

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mar 7 Fév 2012 - 6:26

"L'amour, c'est l'absolu, c'est l'infini ; la vie, c'est le relatif et le limité. De là tous les secrets et profonds déchirements de l'homme quand l'amour s'introduit dans la vie. Elle n'est pas assez grande pour le contenir."
Victor Hugo

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 11 Fév 2012 - 11:19

Poem Of The Butterflies
Les gens dans ce monde sont comme trois papillons face à la flamme d'une bougie
Le premier s'est approché et a dit : je connais l'amour
Le second, de ses ailes, a touché la flamme et a dit : je connais la brûlure de l'amour
Le troisième se jeta dans le cœur de la flamme et a été consumé. Lui seul sait ce qu'est le véritable amour

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 25 Fév 2012 - 16:17

Le Phénix

Je suis le dernier sur ta route
Le dernier printemps la dernière neige
Le dernier combat pour ne pas mourir

Et nous voici plus bas et plus haut que jamais.


Il y a de tout dans notre bûcher
Des pommes de pin des sarments
Mais aussi des fleurs plus fortes que l'eau

De la boue et de la rosée,

La flamme est sous nos pieds la flamme nous couronne
A nos pieds des insectes des oiseaux des hommes
Vont s'envoler

Ceux qui volent vont se poser.

Le ciel est clair la terre est sombre
Mais la fumée s'en va au ciel
La ciel a perdu tous ces feux.

La flamme est restée sur la terre

La flamme est la nuée du cour
Et toutes les branches du sang
Elle chante notre air

Elle dissipe la buée de notre hiver.

Nocturne et en horreur a flambé le chagrin
Les cendres ont fleuri en joie et en beauté
Nous tournons toujours le dos au couchant

Tout a la couleur de l'aurore.

Paul Eluard

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 3 Mar 2012 - 10:57

Un classique qui fut une révélation pour moi...au lycée Wink celui-là et bien d'autres, dont je ne me lasse pas.

Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.



Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.


Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,


Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Charles Baudelaire...




_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mer 7 Mar 2012 - 14:50

Bonheur de te sentir près de moi, dans la nuit,
invisible endormie, sérieusement nocturne
tandis que je démêle, amour, tous mes soucis
comme je le ferais de filets embrouillés.

ton coeur est loin, parti naviguer dans ses rêves;
dans l’abandon, pourtant, me cherchant sans me voir,
ton corps en respirant complète mon sommeil
comme une plante que redoublerait son ombre.

debout, une autre vie t’attend, et c’est demain.
de l’être et du non être où nous nous rencontrâmes,
des frontières perdues dans la nuit, il demeure

quelque chose pourtant, unissante clarté
de la vie, on dirait que c’est le sceau de l’ombre
qui marque de feu ses créatures secrètes.

Pablo Neruda
Sonnet 83
(1959)


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Sam 10 Mar 2012 - 18:06

avec les enfants, tous les jours sont poétiques...

Lorsque l'enfant paraît
Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure,
L'onde entre les roseaux,
Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare,
Sa clarté dans les champs éveille une fanfare
De cloches et d'oiseaux.

Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Quand vous la respirez ;
Mon âme est la forêt dont les sombres ramures
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures
Et de rayons dorés !

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies,
Car vos petites mains, joyeuses et bénies,
N'ont point mal fait encor ;
Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange
À l'auréole d'or !

Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.
Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche.
Vos ailes sont d'azur.
Sans le comprendre encor vous regardez le monde.
Double virginité ! corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !

Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire,
Ses pleurs vite apaisés,
Laissant errer sa vue étonnée et ravie,
Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie
Et sa bouche aux baisers !

Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

Victoir Hugo

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 19 Mar 2012 - 5:16

Être et avoir

Loin des vieux livres de grammaire
Écoutez comment un beau soir
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir...

Parmi mes meilleurs auxiliaires
Il est deux verbes originaux
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau

Bien qu'opposés de caractères
On pouvait les croire jumeaux
Tant leur histoire est singulière
Mais ces deux frères étaient rivaux

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir
À ne vouloir ni dieu ni maître
Le verbe Être s'est fait avoir

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder

Avoir était ostentatoire
Dès qu'il se montrait généreux
Être en revanche, et c'est notoire
Est bien souvent présomptueux

Avoir voyage en classe Affaires
Il met tous ses titres à l'abri
Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Sa richesse est tout intérieure
Ce sont les choses de l'esprit
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix...

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord
Entre verbes ça peut se faire
Ils conjuguèrent leurs efforts

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être c'est exister
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.


[Yves Duteil 2002 "Sans Attendre"]

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Dim 25 Mar 2012 - 6:25

Le printemps revient dans le silence
Avec les oiseaux ; qu’elle belle affluence
Les fleurs apparaissent et avec cette vergence
Nous rappelle qu’au mois de mars tout recommence

La neige a fait place à ce vert et son omniprésence
Les arbres se couvrent, honneur à leur patience
Le jour s’allonge avec une magnificence
Et le noir tire ses longues révérences

On plante et parmi toutes les semences
Que de choix, de cette grande proéminence
Il sera bientôt l’heure d’admirer les résurgences
Qui se gonfleront de l’hiver et de ces conséquences

Il est temps d’humer la multitude de ces essences
Que la nature nous gatte avec une indulgence
Non mérité par l’esprit et son incohérence
De l’homme et de sa dégénérescence

Et avec cette satanée absence
S’envolent mes préférences
D’oublier cette émergence
Bonheur de ta présence

Hd’A

http://www.facebook.com/pages/HdA/186752550871

"nul arbre de la foret n'est pas visité par le printemps..."

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Lun 26 Mar 2012 - 5:20

CELUI QUI CROYAIT AU CIEL ET CELUI QUI N'Y CROYAIT PAS ...

"Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda" (Louis Aragon)


ce poème fut magnifiquement chanté par la Tordue:


[youtube] http://www.youtube.com/watch?v=dUuz2ufAaOE[/youtube]

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Ven 13 Avr 2012 - 7:01

XXV

Je respire où tu palpites,
Tu sais; à quoi bon, hélas!
Rester là si tu me quittes,
Et vivre si tu t'en vas?

A quoi bon vivre, étant l'ombre
De cet ange qui s'enfuit!
A quoi bon, sous le ciel sombre,
N'être plus que de la nuit?

Je suis la fleur des murailles,
Dont avril est le seul bien.
Il suffit que tu t'en ailles
Pour qu'il ne reste plus rien.

Tu m'entoures d'auréoles;
Te voir est mon seul souci.
Il suffit que tu t'envoles
Pour que je m'envole aussi.

Si tu pars, mon front se penche;
Mon âme au ciel, son berceau,
Fuira, car dans ta main blanche
Tu tiens ce sauvage oiseau.

Que veux-tu que je devienne,
Si je n'entends plus ton pas?
Est-ce ta vie ou la mienne
Qui s'en va? Je ne sais pas.

Quand mon courage succombe,
J'en reprends dans ton coeur pur;
Je suis comme la colombe
Qui vient boire au lac d'azur.

L'amour fait comprendre à l'âme
L'univers, sombre et béni;
Et cette petite flamme
Seule éclaire l'infini.

Sans toi, toute la nature
N'est plus qu'un cachot fermé,
Où je vais à l'aventure,
Pâle et n'étant plus aimé.

Sans toi, tout s'effeuille et tombe;
L'ombre emplit mon noir sourcil;
Une fête est une tombe,
La patrie est un exil.

Je t'implore et te réclame;
Ne fuis pas loin de mes maux,
O fauvette de mon âme
Qui chante dans mes rameaux!

De quoi puis-je avoir envie,
De quoi puis-je avoir effroi,
Que ferai-je de la vie,
Si tu n'es plus près de moi?

Tu portes dans la lumière,
Tu portes dans les buissons,
Sur une aile ma prière,
Et sur l'autre mes chansons.

Que dirai-je aux champs que voile
L'inconsolable douleur?
Que ferai-je de l'étoile?
Que ferai-je de la fleur?

Que dirai-je au bois morose
Qu'illuminait ta douceur?
Que répondrai-je à la rose
Disant: -Où donc est ma soeur?-

J'en mourrai; fuis, si tu l'oses.
A quoi bon, jours révolus!
Regarder toutes ces choses
Qu'elle ne regarde plus?

Que ferai-je de la lyre,
De la vertu, du destin?
Hélas! et, sans ton sourire,
Que ferai-je du matin?

Que ferai-je seul, farouche,
Sans toi, du jour et des cieux,
De mes baisers sans ta bouche,
Et de mes pleurs sans tes yeux!

Les contemplations V.Hugo

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Ven 20 Avr 2012 - 16:31

Le Corbeau et le Renard
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Jean de la Fontaine...[center]

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Poèmes...   Mer 23 Mai 2012 - 11:35

Apparition

La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.
- C'était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S'enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d'un Rêve au coeur qui l'a cueilli.
J'errais donc, l'oeil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m'es en riant apparue
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.

Stéphane MALLARME (1842-1898)

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poèmes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poèmes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit de Rencontre Rhône Alpes :: PARTAGEONS... :: Livres - Textes divers - Littérature-
Sauter vers: