AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La théorie quantique...nouvelle perception du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 12 Juin 2010 - 6:32

"NOUVELLE PERCEPTION DU MONDE
La théorie quantique a aboli la notion d’objets séparés et introduit la notion de participant pour remplacer celle d’observateur ; il est désormais nécessaire d’inclure la conscience humaine dans sa description du monde. On en est venu à percevoir le monde comme un tissu de relations mentaleset physiques, dont les éléments sont définissables seulement dans leur rapport à l’ensemble. En Physique Quantique rien n’existe séparément et indépendamment.
Nous inversons la notion traditionnelle selon laquelle les “parties élémentaires” du monde en constituent la réalité fondamentale, et les divers systèmes sont seulement des figures et des combinaisons particulières et contingentes de ces parties.

Nous dirons plutôt que l’interconnexion quantique de l’univers dans son ensemble est la réalité fondamentale et que les parties fonctionnant de façon relativement interdépendante sont simplement des formes particulières et fortuites à l’intérieur de cet ensemble.

La nuance est fondamentale car elle modifie l’image, la représentation que nous pouvons avoir de notre « monde cérébral » à partir du « monde sensible ». Parce que, au lieu d’y être soumis, qui peut être interprété comme une
condition irréversible, nous serions sous condition de la connaissance de l’organisation de ces forces, de cette information. Nous serions un être « conditionnel », conditionné à ce qu’il est capable d’en comprendre

Qu’est ce que nous appelons la “Réalité” si ce n’est notre propre perception du monde ?

Cela rejoindrait la conception Orientale de la Réalité…

Dans l’hindouisme la Réalité est nommée Brahman , dans le bouddhism Dharmakana et dans le taoïsme on l’appelle Tao. Parce qu’elle transcende tous les concepts et les catégories, les bouddhistes l’appellent aussi Tathata, ou “réalité telle qu’elle est” . Ce que la Spiritualité désigne comme réalité est l’Essence, l’Existence, l’Unité de toutes choses, le “Grand Tout” .

Selon Tchouang-tseu sage Taoïste, la perception de ce qu’est la Réalité débute lorsqu’on commence à tout oublier : “La relation avec le corps et ses éléments disparaît.

Les organes des sens sont laissés de côté. Ainsi, quittant la forme matérielle et disant adieu à mon savoir, je deviens uni à l’omniprésent. Cela je l’appelle s’asseoir pour oublier tout.”

La matière et l’esprit sont composés des mêmes « forces, flux, énergies et informations ». La réalité “matérielle” et la réalité “spirituelle” peuvent être définies par les mêmes forces, énergie, flux, informations…

Il n’y a pas de “substance”, il n’y a que des « particules », qui en s’associant véhiculent aussi bien la lumière, l’énergie, l’information, et … notre propre corps.

Si nous considérons que l’univers est la circulation d’une information depuis son origine, nous sommes cette information dans l’information, et produisant de l’information, et non pas seulement soumis à l’information. Récemment des scientifiques on démontré que la téléportation d’information entre deux atomes étaient maîtrisable et exploitable…

LE RÔLE DE L’OBSERVATEUR ET LA NOTION DE “CONSCIENCE”

En physique quantique, l’homme ne peut pas jouer un simple rôle d’observateur objectif et détaché de son environnement ; il est au contraire impliqué dans le monde qu’il observe, au point d’influencer les caractéristiques des phénomènes examinés.

Dans un tel contexte, l’homme n’est plus seulement un « observateur », il devient donc un « participant ». La physique quantique décrit l’interaction de l’observateur avec le monde mais le réel n’est pas accessible. On ne peut que prédire une probabilité d’existence.

Toute mesure modifie la grandeur mesurée. L’observation n’est pas “neutre”. Il n’y a pas de moi isolé indépendant, tout est interdépendant.

Reporté à l’échelle macroscopique, on pourrait presque dire qu’observer, c’est perturber. Le battement des ailles d’un papillon peut perturber climat à l’autre bout de la planète.

Pourtant le moi se prend pour le centre du monde. Il pense en particulier que son concept de temps est le même pour tous les observateurs. Mais il n’y a pas de temps universel commun à tous les observateurs. L’espace est différent pour tous les observateurs, le temps également, mais l’espace-temps est le même pour tous.

La théorie quantique abolit la notion d’objets séparés et introduit la notion de « participant » pour remplacer celle d’observateur. En physique atomique, nous ne pouvons jamais parler de la nature sans, simultanément, parler de nous-mêmes. Il est désormais indispensable d’inclure la « conscience humaine » dans la compréhension du monde…"

Source: http://www.neotrouve.com/?p=348


Nous sommes le monde...il n'est pas extérieur à nous...

J'ai des problèmes avec la mise an page en ce moment, désolée...

bon weekend à tous

Myriam

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
coeuracoeur
Modérateur
avatar

Féminin Lion Tigre
Messages : 362
Date d'inscription : 16/03/2010
Age : 54
Localisation : AIN

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 12 Juin 2010 - 6:56

merci Myriam d'être allée chercher des infos sur la théorie quantique...j'entends dire que la médecine quantique est promue à un bel avenir mais je ne savais rien de rien à son sujet ni au sujet de la théorie quantique qui doit la soutenir...
donc merci d'avoir défriché pour moi...
finalement j'aime bien lire ce qui est écris car c'est en cohérence avec la loi d'attraction et Ho'oponopono
matinale ce matin Myriam...et en bonne forme pour nous proposer pareille lecture !

_________________
"que la peur cède à la douceur lente de cette coulée de vie qui nourrit ta chair" Danis Bois
Revenir en haut Aller en bas
OBYONETAOPY
Résident
Résident
avatar

Masculin Taureau Chien
Messages : 381
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 59
Localisation : SAVOIE

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 12 Juin 2010 - 7:28

Qu’est ce que nous appelons la “Réalité” si ce n’est notre propre perception du monde ?

Cette réalité là n'est qu'un aspect parmi tant d'autres de la VREALITE qui ELLE est INVISIBLE, INSAISISSABLE, INCIRCONSCRIPTIBLE à nos sens humains...

Un film magnifique sur la ""réalité"" qui n'est pas vraiment toute la VREALITE, il s'agit de

WHAT THE BLEEP DO WE KNOW :

Voici le synopsys du scénario : Amanda (Marlee Matlin, l'actrice qui a gagné un Oscar pour Children of a Lesser God), le personnage principal de l'histoire fictive, se retrouve dans un monde qui est appelé la physique quantique par les scientifiques. Des événements et des rencontres chaotiques la mènent à une connaissance plus profonde et cachée, dont elle ne savait rien.

Les animations et les effets visuels dans le film soulignent que
la science moderne a connu un grand progrès pendant les dernières
années.

Quatorze scientifiques célèbres et mystiques donnent leur
vision sur la réalité et agissent dans le film comme un choeur grec qui
commente ce qui se passe dans le Monde "fictif" par rapport à sa VREALITE.

http://www.dailymotion.com/video/x540sy_what-the-bleep-do-we-know-partie-1_tech

http://www.dailymotion.com/video/x540xy_what-the-bleep-do-we-know-partie-2_tech

http://www.dailymotion.com/video/x541yh_what-the-bleep-do-we-know-partie-3_tech

http://www.dailymotion.com/video/x542cj_what-the-bleep-do-we-know-partie-4_tech

http://www.dailymotion.com/video/x542y1_what-the-bleep-do-we-know-partie-6_tech

http://www.dailymotion.com/video/x543fq_what-the-bleep-do-we-know-partie-7_tech

Note ; il manque le N°5 car je ne l'ai pas trouvé, mais il se peut que le gars qui a fait le morcellement du film pour le mettre sur DAILYMOTION se soit tromper dans les N° (cela m'arrive parfois) et que le film soit complet quand même...


Dernière édition par OBYONETAOPY le Sam 12 Juin 2010 - 7:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
OBYONETAOPY
Résident
Résident
avatar

Masculin Taureau Chien
Messages : 381
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 59
Localisation : SAVOIE

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 12 Juin 2010 - 7:52

Profitez du MONDIAL de FOOT pour vous déconditionner de la TV et viendre à la place regarder cet autre film qui vous explique tout plein de choses.....sur le Mystère des choses de la Vie...

Cet autre FILM du même genre (que celui ci dessus) est aussi sur la PHYSIQUE QUANTIQUE et il approfondit le sujet et ou du moins en montre un autre aspect et
surtout au sujet de l'opposition entre la religion et le science.....:

Dans le TERRIER du LAPIN
(in the RABBIT HOLE)
(le titre fait référence au livre Alice aux pays des Merveilles, et en fait ce film est la deuxième partie du premier film ci dessus)

1
http://www.dailymotion.com/video/xa3apa_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

2
http://www.dailymotion.com/video/xa3bsa_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

3
http://www.dailymotion.com/video/xa3ce3_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

4
http://www.dailymotion.com/video/xa3dw8_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

5
http://www.dailymotion.com/video/xa3f2x_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

6
http://www.dailymotion.com/video/xa3frm_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

7
http://www.dailymotion.com/video/xa3gas_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

8
http://www.dailymotion.com/video/xa3h55_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

9
http://www.dailymotion.com/video/xa3hmh_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

10
http://www.dailymotion.com/video/xa3hyq_que-sait-on-vraiment-de-la-realite_lifestyle

Merci MYRIAM d'avoir introduit ce merveilleux sujet.

Je rappelle que le YI KING de la SIMPLICITE SUBVERSIVE http://yiking.hautetfort.com/archive/2008/06/07/yi-king-de-la-simplicite-subversive.html guide peu à peu à
L'ACQUIS COMME INNE de cette CONNAISSANCE et bien plus
quand on s'en sert pour
le DEVELOPPEMENT du MEILLEUR de SOI avec DUREE,
en lui posant des questions...
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc
Résident
Résident
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 23/04/2010
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 12 Juin 2010 - 8:58

Sinon, sur la médecine quantique,un livre du docteur Deepak Chopra, le corps quantique et sur la psychologie quantique, Steve Wolinski qui expliq comment on peut appliquer les principes de la physique quantique à nos processus internes;F.Capra s'est intéressé aux retombées philosophiques de la physiq quantique dans son livre, la physiq du Tao et the turning point.
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc
Résident
Résident
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 23/04/2010
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 13 Juin 2010 - 18:12

J'ai regardé une des vidéos what the bleep do we know, c'est vraiment bien expliqué et plus accessibles que certains textes parfois sur la physiq quantiques!
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 13 Juin 2010 - 18:24

Merci pour ces références à tous les deux, les vidéos sont bien, du peu que j'ai vu...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Ven 8 Oct 2010 - 19:04

L'intrication quantique,

"Le phénomène quantique de l'Intrication ou de l'inséparabilité des particules montre que rien n'a jamais été séparé et que la distance est une illusion créée par notre cerveau. Loin d'une théorie, ceci est un fait scientifique établi depuis de nombreuses années, vérifié et revérifié concrètement en laboratoire. Une preuve, pour ceux qui en cherchent, que tous, hommes, femmes, animaux et végétaux, planètes et étoiles... nous ne sommes qu'Un !"

un petit film amusant bien expliqué à ce sujet:
http://www.dailymotion.com/video/xrcka_bleepintrication_creation

L'effet baktser:

"Après avoir prélevé les globules blancs, nous renvoyions les gens chez eux pour qu'ils regardent la télévision. En accord avec eux, nous choisissions un programme susceptible de provoquer des réactions émotionnelles, par exemple un documentaire sur Pearl Harbour ou des attaques d'avions ennemis dans l'ouest du Pacifique, et j'enregistrais simultanément le film et les réactions des cellules du donneur. Nous pûmes constater que les cellules isolées du corps réagissaient aux émotions de leur propriétaire situé à des kilomètres."

http://www.retrouversonnord.be/backster.htm

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
coeuracoeur
Modérateur
avatar

Féminin Lion Tigre
Messages : 362
Date d'inscription : 16/03/2010
Age : 54
Localisation : AIN

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 10 Oct 2010 - 9:25

merci Myriam, cette vidéo est bien sympa pour illustrer que nous ne sommes qu'un....je vais transmettre

_________________
"que la peur cède à la douceur lente de cette coulée de vie qui nourrit ta chair" Danis Bois
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 16 Oct 2010 - 17:24

La théorie des cordes très bien expliquée:





un univers à plusieurs dimensions ?

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 3 Nov 2010 - 5:47



"L'univers est un hologramme (c'est traduit à peu près, mais on comprend l'essentiel)

Avec les nombreuses avancées de la science, entre autre de la physique quantique et de la mentalité de la population sur les phénomènes parapsychologique, psi, et autres, je me suis penché sur le sujet. Traduction par Yoshu.

Michael Talbot (1953-1992), a été l’auteur de nombreux livres ayant des parallèles avec l’ancien mysticisme, la mécanique quantique, et embrassant un modèle théorique de la réalité qui suggère que le l’univers physique est semblable à un géant hologramme. Dans L’Univers Holographique, Talbot s’est référé à de nombreux travaux de David Bohm et Karl Pribram, et il est évident que les influences de David Bohm et Karl Pribram combinés ont largement été la pierre angulaire sur laquelle Talbot a fondé ses idées.

L’Univers Holographique

En 1982, un événement remarquable s’est produit. A l’Université de Paris une équipe de recherche dirigée par le physicien Alain Aspect, a accompli ce qui pourrait être l’une des expériences les plus importantes du 20ème siècle. Vous n’avez pas dû entendre parler de ce sujet aux informations. En fait, à moins que vous n’ayez l’habitude de lire des magazines scientifiques vous n’avez probablement jamais entendu parler du nom d’Aspect, sachant aussi que certains pensent que sa découverte pourrait changer le visage de la science.

L’expérience d’Aspect est apparentée à celle de l’EPR, expérience sur la conscience élaborée par Albert Einstein et ses collègues Poldsky et Rosen, qui avait pour but de contredire la mécanique quantique du principe d’exclusion de Pauli, contredisant lui la relativité spéciale.

Aspect et son équipe ont découvert que pour une certaine raison, les particules subatomiques telles que les électrons, sont instantanément capables de communiquer entre eux, même s’il y a une distance qui les sépare. Peu importe s’ils sont à 10 ou 10 milliards de miles.

Il semble que chaque particule ait la possibilité de savoir ce que l’autre est en train de faire. Le problème avec cet exploit, est qu’il viole le principe longtemps gardé d’Einstein, disant qu’aucune communication ne peut se faire plus vite que la lumière. Comme voyager plus vite que la lumière équivaudrait à casser la barrière du temps, cette espoir décourageant a amené quelques physiciens à élaborer des manières pour expliquer les découvertes d’Aspect. Mais cela en a amené d’autres à trouver des explications plus radicales.

Le physicien David Bohm de l’Université de Londres, par exemple, croit que les découvertes d’Aspect impliquent que la réalité objective n’existe pas, que malgré son apparente solidité, l’univers est au cœur d’un fantasme, un gigantesque et détaillé splendide hologramme.

Pour comprendre pourquoi Bohm fait ces saisissantes déclarations, vous devez d’abord en savoir un peu plus sur les hologrammes. Un hologramme est une photo en trois dimensions faite à l’aide d’un laser. Pour faire un hologramme, l’objet photographié doit baigner premièrement dans la lumière d’un rayon laser. Ensuite, un second rayon laser est rebondi sur la lumière reflétée du premier rayon et le résultat de l’interférence du motif (la partie où les deux rayons du laser se rejoignent) est capturée sur un film.

Quand le film est développé, il a l’air d’un tourbillon de lumière et de lignes noires sans significations. Mais dès qu’il est éclairé par un autre rayon laser, une image en trois dimensions de l’objet original apparaît.

La trois-dimensionnalités de telles images, n’est pas le seul aspect remarquable des hologrammes. Si l’hologramme d’une rose est coupé en deux et ensuite éclairé par un laser, chaque partie comportera l’image entière de la rose.
En effet, même si les parties sont encore divisées, chaque fragment du film comportera toujours une version plus petite mais intacte de l’image originale. Contrairement aux photos normales, chaque partie d’un hologramme contiendra l’information de la totalité.

La nature de « la totalité de chaque partie » d’un hologramme nous apporte une toute nouvelle façon de comprendre l’ordre et l’organisation. Pendant toute son histoire, la science occidentale a expérimenté avec l’idée que la meilleure façon de comprendre un phénomène physique, qu’il s’agisse d’un atome ou d’une grenouille, était la dissection et l’étude des parties représentatives.
Un hologramme nous apprend que quelque chose dans l’univers n’en viendra pas lui-même à cette approche. Si nous essayons de séparer quelque chose construit homographiquement, nous nous retrouverons pas avec une partie de ce quelque chose, mais avec la totalité de la chose en plus petit.

Cet aperçu a fait suggérer à Bohm une autre façon de voir la découverte d’Aspect. Bohm croit que la raison pour laquelle les particules subatomiques sont capables de rester en contact avec d’autres peu importe la distance qui les séparent, n’est pas parce qu’elles envoient une sorte de mystérieux signal en partant et en y revenant, mais parce que leur séparation est une illusion. Il soutient qu’à un niveau plus profond de réalité, de telles particules ne sont pas des entités individuelles mais sont en fait des extensions de la même base.
Cette connexité de base corrélerait avec le 5ème élément et prouverait mathématiquement que tous les aspects de l’univers sont énergétiquement reliés – ce que déclare Hal Puthoff dans ses travaux sur l’énergie Zéro-Point disant que toutes les charges de l’univers sont connectées et que l’idée d’une masse n’est en fait qu’une illusion – et que ces deux théories actuelles de la physique sont en accord avec les anciennes traditions et philosophies, lesquelles revendiquent la même connexité des diverses parties de l’univers.

Pour permettre aux gens de mieux visualiser ce qu’il veut dire, Bohm utilise l’illustration suivante. Imaginez un aquarium dans lequel il y a un poisson. Imaginez aussi que vous n’êtes pas capable de voir l’aquarium directement et que votre connaissance de ce qu’il contient vient de deux téléviseurs, l’un directement connecté sur l’avant de l’aquarium et l’autre sur son côté.
En regardant ces deux écrans, vous supposeriez que le poisson sur chaque écran est une entité séparée. Après tout, comme les appareils sont placés à des angles différents, chacune des images sera légèrement différente. Mais quand vous continuez à regarder les deux poissons, vous prendrez finalement conscience qu’il y a une certaine relation entre eux.
Quand l’une tourne, l’autre fait de même légèrement en correspondance ; quand l’une est dirigée vers le devant, l’autre se dirige toujours vers le côté. Si vous n’êtes plus conscient de la totalité du champ de la situation, vous conclurez même que les poissons communiquent instantanément l’un avec l’autre, mais ce n’est évidemment pas le cas.

Cela, dit Bohm, est précisément ce qu’il se passe entre les particules subatomiques de l’expérience d’Aspect.
Selon Bohm, le lien apparent allant plus vite que la lumière entre les particules subatomiques nous dit clairement qu’il y a un niveau de réalité plus profond dont nous ne sommes pas au courant, une dimension plus complexe au delà de la nôtre analoguée à l’aquarium. Et, il ajoute, nous percevons des objets tel que les particules subatomiques comme séparées car nous n’apercevons seulement qu’une partie de leur réalité.
De telles particules ne sont pas des « parties » séparées, mais des aspects d’une plus profonde et plus sous-jacente unité qui est en fin de compte aussi holographique et indivisible que la rose mentionnée au-dessus. Et comme tout dans la réalité physique comprend ces « eidolons », l’univers est lui-même une projection, un hologramme.

En plus de sa nature fantomatique, un tel univers possèderait plutôt d’autres aspects similaires. Si la séparation apparente des particules subatomiques est illusoire, cela veut dire qu’à un niveau plus profond de réalité toutes les choses dans l’univers sont interconnectées à l’infini.
Les électrons d’un atome de carbone dans le cerveau humain sont reliés aux particules subatomiques dont est composé chaque poisson qui nage, chaque cœur qui bat, et chaque étoile qui brille dans le ciel.

Toute chose interpénètre toute chose, et bien que la nature humaine puisse chercher à catégoriser, cataloguer et subdiviser les divers phénomènes de l’univers, toutes les répartitions sont en fait artificielles et tout de la nature est finalement une toile continue.
Dans un univers holographique, même l’espace et le temps ne pourraient plus être vus en tant que fondements. Parce que des concepts tels qu’un endroit qui se décompose dans un univers dans lequel rien n’est vraiment séparé d’une chose, le temps et l’espace trois-dimensionnel, comme les images du poisson sur les téléviseurs, devraient aussi être vus comme des projections de cet ordre plus profond.
Dans son niveau plus profond, la réalité est une sorte de super hologramme dans lequel le passé, le présent et le futur existent tous simultanément. Ceci suggère que cela fournirait les instruments appropriés, avec lesquels il serait possible un jour de pouvoir accéder au super niveau holographique de réalité et y prendre des images d’un lointain passé oublié.

Ce que contient d’autre le super hologramme reste une question ouverte. Acceptant, à titre d’exemple, que le super hologramme est la matrice qui a donné naissance à toute chose dans notre univers, il contiendrait au moins chaque particule subatomique qui a été ou va être – toute configuration de matière et d’énergie dont il est possible, du flocon de neige au quasar, des baleines bleues aux rayons gamma. Ce doit être une sorte d’entrepôt cosmique de « Tout Ce Qui Est ».

Bien que Bohm reconnaît que nous n’ayons aucun indice qui nous permette de savoir ce qui se cache dans le super hologramme, il s’aventure à dire que nous n’avons aucune raison d’affirmer qu’il ne contient rien de plus. Et de la façon dont il le dit, peut-être que le niveau de réalité super holographique est seulement un étage, au delà duquel se trouve une infinité plus vaste de développement.
Bohm n’est pas le seul chercheur ayant trouvé évident que l’univers est un hologramme. Travaillant indépendamment dans la recherche sur le cerveau, le neurophysiologiste Karl Pribram de Standfold s’est lui aussi trouvé persuadé de la nature holographique de la réalité.

Pribram s’est penché sur le casse-tête d’un modèle holographique, mettant en question où et comment les souvenirs sont stockés dans le cerveau. Les nombreuses études des dernières décennies ont montré que plutôt d’être confinées dans un endroit spécifique, les souvenirs étaient dispersés à travers le cerveau.

Dans une série d’expérimentations décisives dans les années 1920, le scientifique du cerveau Karl Lashley a découvert que peu importe la partie du cerveau d’un rat qui lui était enlevée, il était incapable d’effacer sa mémoire de ce qu’il avait appris à faire juste avant. Le seul problème est que personne n’était capable d’expliquer un mécanisme qui approfondirait ce curieux « tout dans chaque partie » de la nature du stockage des souvenirs.

Ensuite, dans les années 1960, Pribram a eu connaissance du concept de l’holographie et a réalisé qu’il avait trouvé l’explication que les scientifiques du cerveau recherchaient. Pribram croit que les souvenirs ne sont pas enregistrés dans les neurones ou petit groupe de ceux-ci, mais dans les modèles de l’influx nerveux qui croisent la totalité du cerveau, de la même façon que l’interférence de la lumière du laser croise la totalité de la partie du morceau du film contenant l’image holographique. En d’autres mots, Pribram croit que le cerveau est lui-même un hologramme.

La théorie de Pribram explique aussi comment le cerveau humain peut stocker autant de souvenirs dans un si petit espace. Il a été estimé que le cerveau humain a la capacité de mémoriser quelque chose de l’ordre de 10 milliards de bits d’informations durant une vie (ou approximativement la même quantité d’information contenue dans cinq encyclopédies Britannica).

Similairement, il a été découvert qu’en plus de leurs autres capacités, les hologrammes possèdent une incroyable capacité à stocker l’information – simplement en changeant l’angle sur lequel les deux lasers sont dirigés sur le morceau de film photographique, il est possible d’enregistrer plusieurs images différentes sur la même surface. Il a été démontré que ce centimètre cube de film peut stocker autant que ces 10 milliards de bits d’informations.

Notre étrange habileté à retrouver rapidement n’importe quelle information que nous voulons dans l’amas de nos souvenirs, devient plus compréhensible si le cerveau fonctionne tel que les principes holographiques. Si un ami vous demande de lui dire ce qui vous vient à l’esprit quand il vous dit le mot « zèbre », vous n’avez pas grossièrement à fouiller dans un gigantesque et cérébrale fichier alphabétique pour en arriver à une réponse. Plutôt, des associations telles que « bandes », « familier au cheval » et « animal natif d’Afrique » vous viennent tous instantanément à l’esprit.

En effet, une des choses les plus incroyables dans la façon de penser de l’humain, est que chaque partie de l’information semble instantanément être croisée avec toutes les autres parties de l’information – encore un autre trait intrinsèque aux hologrammes. Parce que chaque partie d’un hologramme est interconnecté à l’infinie avec chaque autre partie, il est peut-être l’exemple suprême de la nature d’un système croisé. Le stockage de la mémoire n’est pas le seul casse-tête neurophysique qui devient le plus soluble, dans l’éclairage qu’apporte Pribram avec son modèle holographique du cerveau. Un autre est comment le cerveau est capable de traduire l’avalanche de fréquences qu’il reçoit via les sens (fréquences de lumière, de son, etc) dans le monde concret de nos perceptions.

Encoder et décoder les fréquences est précisément ce qu’un hologramme fait le mieux. Juste comme un hologramme fonctionnant tel une lentille, un appareil de traduction est capable de convertir un flou de fréquences sans importance en une image cohérente, Pribram croit aussi que le cerveau comprend une lentille et utilise des principes holographiques pour convertir mathématiquement les fréquences qu’il reçoit de la façon dont il ressent le monde avec nos perceptions intérieures.

De vastes preuves impressionantes indiquent que le cerveau utilise des principes holographiques pour fonctionner. La théorie de Pribram, en fait, a gagné en estime chez les neurophysiologistes.

Le chercheur Argentin-Italien Hugo Zucarelli a récemment étendu le modèle holographique dans le monde du phénomène acoustique. Déconcerté par le fait que les humains puissent localiser d’où proviennent les sons sans bouger la tête, même s’ils ne peuvent entendre que d’une oreille, il a découvert que les principes holographiques peuvent expliquer cette habileté.
Zucarelli a aussi développé la technologie du son holophonique, une technique d’enregistrement capable de reproduire des situations acoustiques avec un incroyable réalisme.

La conviction de Pribram que nos cerveau construisent mathématiquement une réalité “solide” en ayant recourt au domaine de la fréquence, a aussi bien été acceptée comme support expérimental.

Il a aussi été découvert que chacun de nos sens est sensible à une plus grande variété de fréquences qu’on ne suspectait avant.
Les chercheurs ont découvert, par exemple, que nos systèmes visuels sont sensibles à entendre les fréquences, que notre odorat est en partie dépendant de ce que nous appelons maintenant « les fréquences cosmiques », et que mêmes les cellules de notre corps sont sensibles à une grande variété de fréquences. De telles découvertes suggèrent que c’est seulement dans le domaine de l’holographie de la conscience que de telles fréquences sont rangées où dérangées en des perceptions conformes.

Mais l’aspect le plus stupéfiant de Pribram sur le modèle holographique du cerveau, est ce qui se passe quand il est assemblé à la théorie de Bohm. Pour ce qui est que le monde concret n’est qu’une réalité secondaire, et que ce qui est « là » n’est en fait qu’une holographie floue de fréquences, et si le cerveau est aussi un hologramme et choisit seulement certaines sortes de fréquences de ce flou et les transforme mathématiquement en des perceptions sensorielles, qu’advient-il de la réalité objective ?

Dites-le vous simplement, elle cesse d’exister. Comme les religions de l’Est l’ont longtemps affirmé, le monde matériel n’est que Maya, une illusion, et bien que nous pourrions penser que nous sommes des êtres physiques dans un monde physique, est aussi une illusion.
En fait, nous sommes récepteurs à travers une mer de fréquences kaléidoscopique flottante, et ce que nous extrayons de cette mer et le transformons en réalité physique n’est qu’un canal des nombreuses extractions faites du superhologramme.

Cette nouvelle perception que l’on a de la réalité, la synthèse de la vision de Bohm et de Pribram, en est venue à se faire appeler le Paradigme Holographique, et bien que pas mal de scientifiques l’aient accueilli avec scepticisme, cela en a galvanisé d’autres. Un petit mais grandissant groupe de chercheurs croient que cela pourrait être le plus précis modèle de la réalité avec lequel la science soit arrivée aussi loin.
Plus même, certains pensent que cela résoudrait des mystères qui n’ont jamais été explicables avant par la science, et même de dire que le paranormal fait partie de la nature. De nombreux chercheurs, dont Bohm et Pribram, ont remarqué que pas mal de phénomènes parapsychologiques deviennent compréhensibles avec les conditions du paradigme holographique.

Dans un univers dans lequel des cerveaux d’individus sont en fait des parties indivisibles du plus grand hologramme, et que tout est infiniment interconnecté, la télépathie pourrait être simplement l’accès au niveau holographique. Il est manifestement plus facile de comprendre comment l’information peut voyager de l’esprit d’une personne « A » à une personne « B », d’une grande distance et aide à comprendre de nombreux casse-têtes non résolus de la psychologie. En particulier, Stansilov Grof pense que le paradigme holographique offre un modèle de compréhension à pas mal de phénomènes déroutants, dont certains individus en ont fait l’expérience durant des états modifiés de conscience.

Dans les années 1950, pendant qu’il dirigeait une recherche fondée sur les convictions que le LSD pouvait être un outil psychothérapeutique, Grof eut une patiente qui devint subitement convaincue qu’elle était une femelle reptile d’une espèce préhistorique. Pendant le court de son hallucination, elle n’a pas seulement donné une riche description de ce qu’on pourrait ressentir dans une telle forme, mais a noté que la partie mâle de l’anatomie de l’espèce était une partie d’étendues colorées sur le côté de sa tête. Ce qui était saisissant pour Grof était que, bien que la femme n’avait aucune connaissance préalable de telles choses, une conversation avec un zoologiste confirma plus tard que chez certaines espèces de reptiles, les parties colorées sur la tête jouaient un grand rôle dans l’excitation sexuelle.

L’expérience de cette femme n’était pas unique. Durant le court de ses recherches, Grof a rencontré plusieurs exemples de patients ayant régressé et s’identifiant virtuellement avec toutes les espèces de l’arbre de l’évolution (les découvertes de la recherche qui ont influencé la scène de l’homme singe dans le film, au-delà du réel). Qui plus est, il a découvert que de telles expériences contenaient fréquemment d’obscurs détails zoologiques qui à la fin s’avéraient êtres corrects.

Régresser à l’état d’animal n’était pas le seul mystère psychologique que Grof ait rencontré. Il a aussi eu des patients qui avaient l’air de taper d’une façon collective ou racial inconsciente. Des individus avec peu, ou pas d’éducation donnaient subitement des descriptions détaillées sur les pratiques funéraires du Zoroatrisme et des scènes de la mythologie Hindu. Dans d’autres catégories d’expériences, des individus ont rapporté des comptes-rendus persuasifs d’expériences hors du corps, d’aperçus sur le futur, de régressions en tant qu’apparentes anciennes incarnations.

Dans ces dernières recherches, Grof a découvert le même éventail de phénomènes qui se sont manifestés dans des séances de thérapie qui n’avaient pas impliqué l’usage de drogues. Parce que l’élément commun dans de telles expériences paraissait être la transcendance de la conscience de l’individu, au delà des limites habituelles de l’égo ou des limitations de l’espace et du temps, Grof a nommé ces manifestions d’expériences transpersonnelles, et vers la fin des années 60 il a aidé à la découverte d’un domaine de psychologie appelé psychologie transpersonnelle, dévouée entièrement à l’étude de ces cas. Bien que Grof découvrit que l’Association de la Psychologie Transpersonnelle avait rapidement recueilli un grandissant groupe de salariés ayant le même centre d’intérêt et soit devenue un domaine respecté de la psychologie, pendant des années ni même Grof ou l’un de ses collègues était capable d’offrir un mécanisme pour expliquer le bizarre phénomène psychologique dont ils étaient témoins. Mais ceci a changé avec l’arrivée du paradigme holographique.

Comme Grof l’avait fait remarquer, si l’esprit fait en fait partie d’un continuum, un labyrinthe étant connecté non pas seulement à tous les autres esprits qui existent ou qui ont existé, mais à chaque atome, organisme, et région dans l’immensité de l’espace et du temps lui-même, le fait qu’il soit occasionnellement capable de faire des incursions dans le labyrinthe et avoir des expériences transpersonnelles ne paraît plus être étrange.
Peut-être, en créant la réalité, nous sommes déjà devenus – comme dans Star Trek, La Génération Suivante – un Q du Continuum ou nous faisons partie d’une expérience virtuelle de la réalité.

Le paradigme holographique a aussi des implications dans les sciences dites de solides, tel que la biologie. Keith Floyd, psychologue à la faculté Intermont de Virginie, a fait remarquer que si le concret de la réalité n’est autre qu’une illusion holographique, il ne serait plus vrai de dire que le cerveau produit la conscience. Plutôt, c’est la conscience qui peut créer aussi bien l’apparence du cerveau que celle du corps et de tout ce qu’il a autour de nous que nous interprétons comme physique.

Un tel revirement de la façon dont nous voyons la structure biologique, a fait dire aux chercheurs que même la médecine et notre compréhension du processus de guérison pourrait aussi être transformé par le paradigme holographique. Si la structure apparente du corps n’est autre que la projection holographique de la conscience, il devient clair que chacun de nous est plus responsable de sa santé que la médecine actuelle le laisserait croire. Ce que nous voyons maintenant comme guérisons miraculeuses d’une maladie peut en fait être dû à des changements dans la conscience, lesquels prennent effet par des changements dans le corps holographique. Similairement, les nouvelles techniques controversées de guérison tel que la visualisation, pourrait bien marcher parce que dans le domaine de pensée holographique les images sont en fin de compte aussi réelles que la réalité. Même les visions et les expériences impliquant une réalité non-ordinaire deviennent explicables avec le paradigme holographique.

Dans son livre « Cadeaux de choses inconnues », le biologiste Lyall Watson décrit sa rencontre avec une shamane Indonésienne qui, en faisant une danse rituelle, était capable de faire s’évaporer un bosquet d’arbres tout entier dans l’air. Watson raconte que quand lui et un autre observateur étonné regardaient la femme, elle a fait réapparaître les arbres, et ensuite refaire ces bruits encore plusieurs fois successivement. Bien que la compréhension de ce scientifique ne puisse expliquer de tels événements, des expériences comme ça deviennent plus défendables si la réalité solide est seulement une projection holographique.

Peut-être acceptons-nous ce qui est « là » ou « ne l’est pas» parce que ce que nous appelons réalité, est un consensus formulé ou ratifié au niveau de l’inconscient humain dans lequel tous les esprits sont interconnectés infiniment. Si ceci est vrai, c’est l’implication la plus profonde de toutes du paradigme holographique, cela veut dire que des expériences telles que celles de Watson ne paraissent pas communes simplement parce que nous n’avons pas programmé nos esprits avec la conviction que ça pourrait l’être.

Dans un univers holographique, il n’y a pas de limites d’extension dans lequel nous pouvons altérer la fabrication de la réalité.
Ce que nous percevons comme la réalité, n’est qu’une toile qui attend que nous lui dessinions dessus l’image que nous voulons. Tout est possible, de tordre des cuillères avec le force de l’esprit à des expériences faites par Carlos Castaneda pendant ses rencontres avec Yaqui brujo don Juan, pour qui la Magie est notre droit, est ni plus ni moins miraculeux que notre habileté à calculer la réalité que nous désirons lorsque nous rêvons.

En effet, même nos notions les plus fondamentales de la réalité deviennent suspectes, pour un univers holographique, comme Pribram l’a dit, même des événements au hasard doivent être observés comme basés sur des principes holographiques et donc déterminés.

Les synchonicités ou coïncidences significatives prennent soudainement du sens, et tout dans la réalité devrait être observé comme une métaphore. Même la situation la plus banale exprimerait une symétrie cachée.

Si le paradigme holographique de Bohm et Pribram se fait accepter dans la science ou meurt d’une façon ignoble, il restera à voir, mais il est plus rassurant de dire qu’il a déjà eu de l’influence dans la façon de voir de pas mal de scientifiques. Et même si on découvrait que le modèle holographique ne fournirait pas la meilleure explication pour les communications instantanées , du moins, comme l’a dit Basil Hiley, un physicien de la faculté de Birbeck à Londres, les découvertes d’Aspect indiquent que nous devons nous préparer à radicalement envisager de nouveaux aperçus de la réalité."

à lire avec discernement...

Les scientifiques semblent prouver que nous ne faisons qu'UN, mais le matin en se levant, avons-nous réellement l'impression d'être comme une vague dans l'océan ? si l'essence de la vie est unique, et partout à la fois, pourquoi nous sentons-nous encore si séparés les uns des autres ? peut-être notre MOI qui ne veut pas l'entendre ? ni le VOIR ?


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 29 Déc 2010 - 7:15

Un article très intéressant qui explique bien cette théorie...


"La matière, une illusion ?

Prenons un exemple : la table sur laquelle se trouve installé votre ordinateur ou prenons tout simplement votre ordinateur. Votre cerveau vous dit qu'il s'agit d'une matière dense, dure, résistante. Vous pouvez vous cogner les mains à votre table, à votre PC et vous faire mal. Vous ne passerez pas au travers. Et pourtant, si vous "examinez" par exemple votre table ou votre ordinateur avec un microscope électronique à effet de tunnel, vous vous rendrez compte que cette matière est en réalité composée d'atomes de carbones et d'autres composants qui ne sont en fait que des particules qui "s'agitent" (spin) et qui sont soumises aux énergies électromagnétiques et à l'énergie électro-atomique. Ces particules ne sont en vérité pas des choses "solides" et c'est la force de cohésion qui existe entre ces particules "vibrillonnantes", "tournoyantes" qui donnent l'illusion de la solidité. Si vous étiez capable de faire "vibrer" les cellules, les composés organiques et les atomes de votre corps à une autre fréquence, vous seriez théoriquement capable de passer au travers de votre table, de votre ordinateur !

La force électromagnétique (et la force nucléaire forte qui assure la cohésion entre protons et neutrons qui forment le noyau de l'atome), jouant le rôle de cohésion de la matière nous empêche de traverser la table, de passer au travers des murs et empêche tout simplement la matière de se désagréger.

Ces particules élémentaires quantiques –ce monde de l'infiniment petit- se comportent de façon étrange car elles sont à la fois des particules et à la fois des ondes. Lorsqu'on veut examiner ces particules, au moment où l'on pense "voir" un corpuscule, la particule se comportera en fait comme une "onde" et vice et versa. La seule et vraie limite –certes très importante- à cette façon d'examiner la réalité revient à se demander si l'on peut véritablement expliquer le réel en décortiquant et en analysant l'infiniment petit et ce que l'on croit être les particules élémentaires ( photons, quarks etc.). L'acte d'examiner l'infiniment petit peut-il tout expliquer ? Et allons-nous assez loin dans l'infiniment petit ? Il y a peut-être plus "petit" encore. Il existe peut-être des niveaux dans la matière et dans le réel que l'on arrive pas à examiner et qui recèle encore bien des mystères !

Selon le principe d'incertitude d' Heisenberg , une autre "bizarrerie" qui montre en fait que tout est lié et interdépendant, " l'observateur est irrémédiablement lié au système quantique et que tout acte d'observation perturbe en effet ce système " (" Synchronicité " de F.David Peat, éditions Le Mail). C'est ainsi que l'on s'est posé la question de savoir jusqu'où un expérimentateur, lorsqu'il observe une expérience, un système physique, peut l'influencer. Par exemple, un "observateur" se trouve dans une pièce où est installée une machine qui génère des nombres aléatoires. Et bien, on s'est aperçu que cet observateur va influencer de façon infime mais mesurable la production de ces nombres aléatoires suivant son état émotionnel. Il existe même une discipline de la science qui étudie les technologies aptes à isoler des super ordinateurs, de gros calculateurs –souvent des systèmes de sécurité de navigation aérienne militaire ou encore des ordinateurs agissant dans des contextes financiers très sensibles- de toute influence, notamment de l'influence de l'homme.

Revenons maintenant à nos atomes et à leurs composants, les particules subatomiques et élémentaires. Par exemples : les électrons, protons, neutrons et à une échelle plus "petite", les quarks (particule hypothétique mais très utile) sans compter les gravitons (particule encore plus hypothétique), voire les psychons. Prenons une image : si vous prenez un atome d'hydrogène, son noyau (composé de neutrons et de protons) et l'électron qui gravite autour ; ce noyau ainsi que l'électron apparaissent plus ou moins comme des "particules" vibrantes, des énergies en mouvement plutôt que comme des "objets" solides si le physicien qui me lit permet cette image pas très orthodoxe. Si l'on veut examiner la notion de distance (à l'échelle bien entendu) entre ce noyau et cet électron, et que l'on les "agrandit" énormément aux dimension d'une cathédrale, le noyau aura la taille d'une pièce de 50 cents placée au centre de l'édifice tandis que l'électron gravitera à hauteur de la voûte de la cathédrale (une autre image : un grain de riz dans un terrain de foot). Le noyau compte 99,9% de la masse de l'atome mais n'occupe que le millionième de milliardième de son volume ! Autant dire que l'atome et donc la matière sont en fait essentiellement constitués de vide, comme le font remarquer certains physiciens. Du vide dans lequel s'agitent des "particules" qui sont en réalité de l'énergie et des ondes.

La matière est donc du vide, ce qui très curieusement nous fait penser à des principes du Bouddhisme sur la nature du monde. Dans la conception bouddhiste, l'univers est une illusion constituée de vide (à ne pas confondre avec le " rien ", le non-être nihiliste). Chez les Bouddhistes, le vide désigne plutôt les potentialités de toute chose, ses virtualités. " En termes de vérités relatives, le Bouddhisme parle donc de "particules d'espace" qui ne représentent pas des objets mais un potentiel de manifestation. On parle ensuite de l'expression de ce "vide plein" sous la forme de cinq "souffles" qui se manifestent peu à peu en 5 éléments –air, eau, terre, feu et espace. Leur combinaison engendre une "soupe", un océan dont le barattage, sous l'effet de l'énergie initiale, produit les corps célestes, les continents, les montagnes, et finalement les êtres vivants. Voilà comment se forme un univers parmi l'infinité de ceux qui existent" nous affirme le biologiste et moine bouddhiste Mathieu Ricard ("L'infini dans la paume de la main, du Big Bang à l'Eveil", Mathieu Ricard et Trinh Xuan Thuan , éditions Fayard, Paris, 2000).

Quant à l'astrophysicien vietnamien Trinh Xuan Thuan, il précise : " la physique affirme que ce potentiel de manifestation est fourni par l'énergie du vide ". Et Ricard de poursuivre : "il s'agit d'une concrétisation apparente de cette énergie" .

En d'autres termes, la matière est avant tout de l'énergie qui se manifeste dans le "vide" en "choisissant" un potentiel plutôt qu'un autre, en se manifestant sous une forme plutôt qu'une autre. Ces propos illustrent à merveille l'impression que l'on peut avoir sur le côté virtuel de la réalité : de l'énergie qui se manifeste en 3 D apparentes (plus la dimension temporelle) dans notre univers de matière. Une manifestation holographique en quelque sorte ? Pourquoi pas !"

la totalité de l'article ici: http://www.karmapolis.be/pipeline/matrix.htm

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc
Résident
Résident
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 23/04/2010
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 29 Déc 2010 - 17:56

Merci pour cette explication compréhensible par les non-scientifiques comme moi!
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 12 Jan 2011 - 17:50

"Une équipe de scientifiques de la prestigieuse Université de Princeton mène depuis une dizaine d'années un programme de recherche pour le moins étonnant : le Global Consciousness Project. Les résultats sont implacables : l'esprit humain et/ou la noosphère produisent des effets sur la matière."

extrait:

Perspectives prometteuses

Sans rentrer dans les détails, nous pourrions résumer de cette façon le principe majeur de la physique quantique : Si l'évolution d'un système est globalement déterministe (régi par le principe de causalité : action/réaction), la mesure de son état peut donner aléatoirement une valeur prise dans un ensemble de résultats possibles. En clair, le hasard est partie intégrante de notre univers et nous ne pouvons déterminer l'état d'un système microscopique avec précision, mais seulement en termes de probabilités. D'où l'importance du Global Consciousness Project, qui relie directement cet espace probabiliste de l'infiniment petit à notre monde macroscopique. Un des liens connectant les deux serait l'esprit, ou la "noosphère" définie comme l'espace d'agrégation de l'ensemble des pensées, des émotions et des idées produites par l'humanité à chaque instant.

Et finalement... cette expérience ne remettrait-elle pas en cause les fondements même de la Science (et pas seulement de la Physique) ? En théorie, le boulot d'un scientifique est d'observer, d'expérimenter, de théoriser puis de valider ses prévisions au moyen de nouvelles expériences ou d'observations. Or, et jusqu'à preuve du contraire, le scientifique possède une conscience, un esprit. Les résultats du GCP nous montrent justement que l'être humain (ou même animal, souvent objet d'essais) peut directement influer sur les résultats de ces expérimentations. Reste à savoir dans quelles proportions... ce qui ne peut être connu qu'en multipliant les expériences. Pourtant la communauté scientifique ne semble guère mobilisée par cette découverte. Pour vous en convaincre, rendez-vous sur la page de contributions du projet : l'équipe en est réduite à agiter la sébile pour récolter les dizaines de milliers de dollars nécessaires au fonctionnement et à l'amélioration du programme.

"Dieu ne joue pas aux dés"... disait Einstein, incrédule devant les résultats (pourtant) implacables des expériences validant la théorie quantique. Peut-être serait-il aujourd'hui rassuré. "Un jour après avoir maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous devrions exploiter les énergies de l'amour ; et pour la seconde fois dans l'histoire du monde, l'homme découvrira le feu" disait aussi Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), qui avait prédit en son temps l'existence d'une "conscience globale". A voir...


scratch


Source : http://www.lesmotsontunsens.com/esprit-modifie-agit-matiere-distance-global-consciousness-project-6115

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke


Dernière édition par Plume le Ven 14 Jan 2011 - 18:28, édité 1 fois (Raison : RAJOUT LIEN SOURCE)
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc3
Prend racine
Prend racine
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 69
Date d'inscription : 13/01/2011
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 13 Jan 2011 - 12:19

la réalité n'étant pas séparée de l'observateur, on peut dire que suivant le regard de l'observateur, la réalité change, comme l'expérience faite avec l'eau ou le riz auxquels on a envoyé des pensées d'amour ou négatives et cela a eu un impact différents sur eux. Je suis en train d'écrire un livre destiné aux adolescents pour qu'ils s'interrogent sur qu'est-ce que la réalité, comment on la filtre constamment et montrer que depuis toujours des sages ont montré qu'elle n'était pas objective et que nos pensées influent sur elle, ce qui a été confirmé récemment par la physique quantique. Mais en affirmant la subjectivité et relavitité de la réalité, quelqu'un m'a rétorqué que ça pouvait mener au négationnisme que de dire ça ( ce à quoi je n'adhère pas du tout). Alors que répondre? il y a donc des faits objectifs?
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 13 Jan 2011 - 17:37

Tiens un nouveau nuageblanc3, a-t-il un lien avec l'autre nuageblanc ?

bizarre, j'avais pas mis la source de mon article:
http://www.lesmotsontunsens.com/esprit-modifie-agit-matiere-distance-global-consciousness-project-6115

bonne idée en tout cas que de démocratiser un peu la théorie quantique auprès des ados, pas une chose facile, mais l'ouverture d'esprit est telle qu'ils ont sans doute une perception plus neuves que nous, et les générations actuelles déjà semblent bien avancées en terme de compréhension du monde, je le constate. Kévin, si t'es par là vient nous éclairer ??

En ce qui concerne les créations humaines, et notre vie, c'est clair que nos pensées influent. Et nous influençons aussi l'univers qui nous entoure, et les scientifiques semblent commencer à le prouver. Nos croyances finissent par devenir "réalités". la réalité est bien souvent subjective, et même les scientifiques remettent en cause toutes leurs théories, alors pourquoi pas aussi celle de la réalité de notre monde 3D. Une dimensionde plus ou de moins n'en est pas moins réelle, même si elle dépend de celui qui regarde.

Je suis pas très scientifique de formation, alors la compréhension est difficile parfois pour moi, je veux bien ta vision pour les ados !

Un ami m'a transmis cette citation hier, de je sais plus quel chercheur:

"Si un jour nous sommes capables de créer techniquement une réalité virtuelle parfaitement crédible... c'est que nous y sommes déjà."

en lien avec le sujet.

et je finierais par celle-ci:
« Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel, et non plus s'il existe une différence entre rêver et vivre. » (Jorge Luis Borges)

et comme disait la bhagavad Gita il y a de cela plusieurs millénaires: "tout n'est qu'illusion !!"

http://www.syti.net/BhagavadGita.html

les scientifiques n'ont rien inventé !

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc3
Prend racine
Prend racine
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 69
Date d'inscription : 13/01/2011
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 13 Jan 2011 - 20:13

Merci pour ta réponse, j'aime bien ces deux citations et ce thème sur le rêve et la réalité,comme ce roi qui rêvait d'un papillon et à son réveil, ne savait plus si c'était le papillon qui rêvait d'un roi ou l'inverse. Pour mon future livre, il s'agit plus de susciter un questionnement, créer des ouvertures et faire comprendre que l'on peut agir sur la réalité par la pensée, par différents moyens : contes, expériences, pensées des sages et physique quantique(mais ne suis pas trop scientifique non plus), exercices pratiques ...). Si tu veux, je peux te montrer à l'occasion. Je suis le même nuage, mais je ne me rappelais pas de mon mot de passe et mon adresse ne fonctionnnait plus!
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 13 Jan 2011 - 20:33

ben, bizarre, tout à l'heure aussi pas possible de me connecter...des bugs de forumactif sans doute. Je vais voir avec Plume pour ton autre adresse...

oui, je serais heureuse de lire ton futur livre, au fait tu sais que maintenant il y a des possibilités d'éditions à la demande sur le net...car éditer à compte d'auteur, ça douille !

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Ven 14 Jan 2011 - 16:49

J'émettrais un bémol concernant la théorie quantique. Les humains ont un pouvoir créateur sur ce qui l'entoure, mais il n'a pas la possibilité de le faire disparaître pour autant. C'est plutôt lui qui disparaît à la fin de sa vie. Et il n' a alors aucun "pouvoir" sur sa disparition. Il retourne à l'état de poussière, et donc à l'énergie qui l'a créée ? et c'est elle qui oeuvre en nous.

Toute manifestation terrestre est de l'énergie, de l'amour en action, et c'est l'énergie finalement qui nous permet d'exister, de prendre "forme", pour voir qui on est sans doute.

L'humain a aussi un pouvoir destructeur, et là je me demande si cela ne viendrait de sa séparation d'avec le monde, sa conscience, sa pensée, il se croit séparé du monde, des autres.. L'illusion pourrait être alors plutôt le système de pensée, plutôt que le monde en lui-même. Poser des noms, des mots sur les choses nous sépare d'elles, les juger également. si l'on se fond dans le monde, alors on est plus en conflit avec rien. mais se sentir UN avec le monde ne semble pas une perception innée...et c'est encore bien timide chez moi !

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc3
Prend racine
Prend racine
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 69
Date d'inscription : 13/01/2011
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Ven 14 Jan 2011 - 18:25

Je suis d'accord avec toi et c'est justement lié à notre mental et cerveau gauche qui ont besoin d'analyser, classifier et nommer qui nous font croire qu'on est des entités séparées, alors que selon moi, comme dans la métaphore de la vague et de l'océan, on vient de l'océan(la conscience) et on reste relié à lui ainsi qu'aux autres vagues(autres êtres vivants) issues du même océan-conscience pendant notre vie avant d'y retourner. Et consciemment ou inconsciemment, chacun sait qu'il est aussi l'océan. Notre cerveau droit est peut-être plus apte à ressentir l'unité de l'univers grâce à l'intuition et son fonctionnement global et surtout la méditation est un outil. Aussi dans le bouddhisme, on parle de 2 réalités, relative ou fictive ou illusoire comme tu le disais plus haut et la réalité ultime, on pourrait comparer la preimère à un film(constitué de notre histoire perso) et l'autre l'écran et nos pensées inconscientes ou conscientes sont le projecteur. Mais les 2 existent,( même si la première est uniquement ds notre tête)sauf qu'à notre mort, la première se termine ou engendre du karma et l'autre est immuable, éternelle, on pourrait dire que l'écran est la conscience.C'est ma façon de voir, mais étant svt dans l'analyse, je ne suis pas non plus tjrs en état d'unité même si mon intuition la ressent profondément. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Ven 14 Jan 2011 - 21:13

assez d'accord avec toi, alors si on arrive à déconnecter ce cerveau gauche, p'être qu'on aura enfin fini son cycle karmique...à moins qu'on devienne "fou" ! on va laisser faire la Nature, ça viendra bien un jour...

Une vague dans l'océan, j'aime cette image, et peu à peu je ressens moi aussi cette sensation de baigner dans le monde, tout étant interconnecté, et alors la synchronicité nous accompagne.

tiens, ça me fait penser à Wall-e, le film, les humains qui sont devant un petit écran au lieu de vivre, là est sans doute la dérive du mental, se faire ses films, et finir par être hypnotisé par l'écran de nos vies au point de vivre dans le film ! drame, comédie...au choixxx

pourtant, on a rien bu...Wink

drunken

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
kevin
Jeune pousse
Jeune pousse
avatar

Masculin Vierge Tigre
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 30
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Ven 14 Jan 2011 - 22:06

On pourrait rajouter à ces approches quantiques, les fameux transferts d'informations, de pensées et d'émotions sur la planète, c'est les questions que soulèvent l'institut HeartMath et qui me semblent cruciale sur bien des points !

Si on conforte dans l'idée des phénomènes quantiques que nous sommes tous connectés alors nous partageons aussi bien les émotions négatives que positives, en gros on peut faire les montagnes russes lol!

Citation :
Les systèmes informatiques du monde entier, des satellites de communication aux téléphones portables et aux services de transactions bancaires, sont de plus en plus reliés entre eux et interdépendants. Un problème régional peut causer une réaction en chaîne dans le monde entier. Nous avons tous entendu parler de scénarios potentiels qui effraient même les plus flegmatiques d'entre nous. En tant que société globale hautement connectée, nous devrons bientôt faire des choix importants qui affecteront notre sécurité actuelle et la vie des générations futures. Il se peut que les problèmes du monde empirent avant de s'améliorer, mais les défis du présent offrent également des occasions d'effectuer un changement important dans la conscience humaine.

Nous sommes entrés dans une phase de développement qui rend plus aigu le besoin de solutions nouvelles et intelligentes favorisant la cohérence et l'alignement plutôt que la division et les conflits. Chez HearthMath, nous considérons l'intelligence du coeur, qui existe chez tous les gens, mais le plus souvent à l'état latent, comme notre ressource la plus riche pour atteindre cette cohérence.

L'élan de stress global

L'énergie collective générée par les sentiments, les pensées et les attitudes des six milliards de personnes vivant sur cette planète crée une atmosphère, ou un « climat de conscience ». Nous entourant comme l'air que nous respirons, ce climat de conscience nous affecte le plus fortement sur les plans énergétique et émotionnel.

Une augmentation des pensées et des sentiments cohérents crée un élan ascendant dans le climat de conscience. Une augmentation des pensées et des sentiments incohérents y crée un élan de stress. Autrement dit, la cohérence ou l'incohérence sont diffusées par l'intermédiaire du climat de conscience un peu comme la musique ou le bruit sont diffusés par les ondes radio.

Le stress collectif ressenti par les gens de partout crée une large diffusion de bruits internes et de parasites. Le stress est d'abord diffusé d'une personne à une autre, dans les foyers, les écoles, les bureaux et les rues. Puis, amplifié et renforcé par la télé, la radio et la presse écrite, l'élan de stress devient mondial, atteignant quotidiennement des milliards de personnes.

Lorsque se produisent des événements comme un attentat terroriste qui tue des centaines de personnes, des menaces de guerre d'un tyran, ou des essais nucléaires en Inde ou au Pakistan, les gens du monde entier sont affectés. Ils ressentent la vague de tension de ces situations instables même s'ils ne sont pas directement affectés. Une onde similaire est ressentie à la suite des reportages sur des désastres naturels, comme des tremblements de terre, des inondations, des ouragans ou des incendies.

En physique quantique, il est démontré que l'information peut s'échanger presque instantanément au moyen de ce qu'on appelle la « non-localité quantique ». Des physiciens ont mené des expériences démontrant que, lorsque deux particules se touchent, elles demeurent reliées à jamais. Si l'on modifie l'une de ces particules, l'autre – se trouvant maintenant à des kilomètres – change simultanément. Lorsque nous entendons à la télévision des nouvelles qui affectent nos pensées et notre humeur, nous demeurons reliés à cette information.

Dans leur livre « The undivided Universe », les physiciens quantiques David Bohm et Basil Hiley (London, Routledge – 1993) décrivent le lien non local qui unit des objets distants. Ils affirment ceci : « Il suffit d'un peu de réflexion pour comprendre que [cela] s'appliquera encore plus directement et plus évidemment à la conscience, avec son flux constant de pensées évanescentes, d'émotions, de désirs, de besoins et d'impulsions. Toutes ces émanations s'écoulent les unes dans les autres et les unes hors des autres. » Ce qu'elles ont en commun, en fait, c'est leur intégralité.

Ce que laissent entendre ces physiciens, c'est que les pensées et les émotions des gens sont reliées entre elles à un degré bien plus élevé qu'on ne le pensait auparavant. Notre propension à juger, à anticiper l'avenir, à nous inquiéter, à ne pas gérer nos émotions et à nous accrocher à nos concepts a créé un climat de conscience qui entraîne les gens dans un état d'incohérence.

Lorsque des ondes de stress sont générées, nos émotions captent cette énergie incohérente. Même après que l'onde est passée, les effets émotionnels continuent de se répercuter. Si vous avez déjà vécu un tremblement de terre et ses répliques, vous avez peut-être senti de l'énergie statique se répercuter dans votre corps pendant des jours. De fortes ondes de stress émotionnel peuvent affecter le monde entier d'une façon similaire. Lorsqu'il se produit des événements qui causent une peur et une anxiété massives, nous ressentons tous le stress, à un certain niveau. Sur le plan de la conscience, nous sommes tous dans le même bateau.

Lorsque nous considérons la physique de la conscience collective, la nature de l'incohérence et de la cohérence devient de plus en plus importante. Notre propre gestion émotionnelle figure aussi en tête de liste des priorités. Selon notre degré d'autogestion, nous pouvons détourner une partie de cette influence stressante. Cependant, nous pouvons demeurer vulnérables aux augmentations de la fréquence du stress dans le monde qui nous entoure, augmentations qui amplifient notre surfonctionnement mental et notre réactivité émotionnelle, et nous font dépasser notre seuil de tolérance.

L'élan de cohérence

L'élan de stress global est évident, mais une force tout aussi puissante s'y oppose. Même lorsque les ondes de stress et d'incohérence augmentent, l'énergie de la cohérence – l'autre face de la vie en cette époque de changement – joue en notre faveur.

Au milieu du stress croissant, un nouvel élan vers la cohérence est en train de se créer. Mais nous ne pouvons le syntoniser et l'actualiser que par la gestion et l'équilibre émotionnels, des aptitudes qui manquent à une grande partie de la société. Si nous demeurons sous l'emprise de l'anxiété, de la peur, de la démission ou du refus de changer, le rythme constamment accéléré de cette époque nous apportera continuellement des défis. Trouver en nous l'élan du coeur est la meilleure façon de nous aider et d'aider les autres à traverser cette ère de transition.

Tandis qu'il se transmet en ce moment plus d'incohérence que de cohérence dans la conscience de masse, nous pouvons voir une énorme preuve de l'élan de cohérence. De plus en plus de gens se parlent à partir du coeur, suivent leur coeur et essaient d'avoir plus de reconnaissance et de compassion, ainsi qu'un meilleur équilibre personnel. Des best-sellers comme « Ne vous noyez pas dans un verre d'eau » ( par Richard Carlson) et « L'abondance dans la simplicité » (de Sarah Ban Breathnach) nous rappellent l'importance d'éprouver de la gratitude et de la joie de vivre.

Bien des gens sont en train de changer leurs valeurs et leurs priorités. Ils en ont assez de mener une vie d'ambition et de préoccupations terre à terre. L'intérêt croissant pour les pratiques spirituelles et religieuses de toutes sortes montre bien que les gens recherchent quelque chose de plus. Ils se tournent vers leur intérieur du mieux qu'ils peuvent, cherchant un sens et un but à leur vie. Cela révèle un désir d'établir un lien avec le coeur et avec l'esprit.

Chaque fois qu'une personne s'efforce d'entrer en contact avec son être le plus profond, d'équilibrer ses émotions et de détourner l'élan de stress, d'autres en bénéficient. Lorsqu'un plus grand nombre d'individus auront appris à garder leur calme et leur équilibre et à ne plus accroître l'incohérence qui les entoure, ils aideront à contrebalancer la fréquence du stress. Cela permettra à d'autres de surfer plus facilement sur les vagues du changement au lieu d'être écrasés par elles. Cet élan de cohérence facilite l'apparition d'une nouvelle conscience et de nouvelles solutions aux défis sociaux.

L'humanité a atteint un point de l'évolution où l'intelligence du coeur est essentielle. Dans un proche avenir, la gestion émotionnelle ne semblera plus tellement une option; elle sera un élément de première nécessité. Activer l'intelligence du coeur facilite la gestion émotionnelle et nous aligne sur l'élan de cohérence. Pleinement utilisée, l'intelligence du coeur nous mènera vers les nouvelles solutions dont nous avons besoin pour affronter les défis planétaires. Elle nous révélera également notre technologie intérieure : la cybernétique de nos pensées et de nos sentiments.

Notre expérience de l'intelligence du coeur nous amène à prédire que, dans les années qui viennent, des progrès se produiront encore plus rapidement dans la technologie intérieure qu'il n'y en a eu dans la technologie extérieure depuis un siècle. Nous savons que c'est là une affirmation ambitieuse, mais nous ne la faisons pas à la légère; elle est basée sur le fait que la cohérence est plus puissante et mieux organisée que l'incohérence. Rappelez-vous : la force cohérente d'un laser est beaucoup plus puissante que celle d'une lampe à incandescence. L'incohérence du système humain crée du stress et du désordre. La société en a assez. Il est temps d'explorer le potentiel de la cohérence.

L'évolution vers l'intelligence du coeur sera plus cruciale que le passage du Moyen Âge à la Renaissance et à la révolution scientifique, ou la transition de la révolution industrielle à l'ère de l'information au siècle dernier. Elle représente un changement dimensionnel de la conscience humaine, et il est déjà commencé. »

C'est un extrait du livre HeartMath "l'intelligence intuitive du Cœur", Doc Childre étant lui même très proche des auteurs des Wingmakers, des domaines de la physique quantique et autres, ça fait une belle synthèse qui à mon sens donne un tableau très intéressant de ce que nos générations vont devoir mettre en évidence et ancrer dans la matière ! On rentre clairement dans un domaine ou la science et l'âme vont fusionner, c'est une certitude qui prendra encore plusieurs décennies facile mais on y va tout droit !

Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 15 Jan 2011 - 11:51

Ah... cheers c'est donc un livre, "HeartMath"... ok... Very Happy
Peut-être pourrais-tu nous le présenter dans la rubrique "livres", Kevin ?

C'est ici :

http://espritderencontrer-a.forumactif.com/f26-livres-textes-divers-litterature



_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 15 Jan 2011 - 11:53

Kevin a écrit:
L'énergie collective générée par les sentiments, les pensées et les attitudes des six milliards de personnes vivant sur cette planète crée une atmosphère, ou un « climat de conscience ». Nous entourant comme l'air que nous respirons, ce climat de conscience nous affecte le plus fortement sur les plans énergétique et émotionnel.
Oui... ce sont ce que j'appelle "les égrégores"...

_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 15 Jan 2011 - 12:16

merci Kévin, oui, pas de paradis qui nous attend ailleurs, et j'espère que l'on verra cette réconciliation entre la matière et l'âme...entre la science et la spritualité, qui ne sont pas séparés dans la vie...

Tout se passe à l'intérieur, en direction de l'extérieur ça rejoint le post de Christalain...

Impressionnant comme un collègue stressé au travail peut transmettre aux autres son mal-être, son angoisse et l'ambiance devient alors stressante, ce qui nourrit un égrégore comme tu dis Plume, parfois ça plombe un service, j'ai remarqué que juste la présente de personnes un peu plus paisibles face aux aléas...influent positivement le malaise général...l'humour aussi guérit ce stress qu'on veut nous imposer presque. Donc j'imagine que cela peut prendre de l'ampleur et dépasser les frontières...alors que notre paix intérieure (si elle est là) aille jusqu'aux tunisiens Wink

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
coeuracoeur
Modérateur
avatar

Féminin Lion Tigre
Messages : 362
Date d'inscription : 16/03/2010
Age : 54
Localisation : AIN

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 15 Jan 2011 - 17:38

je ne sais plus si sur ce forum, on a déjà parlé de la méthode de cohérence cardiaque ...perso quand mon amie m'en parlait je ne me sentais pas concernée (car je n'avais pas de problème cardiaque)mais en fait c'est une technique qui par le biais de la respiration et de la présence dans le coeur vise à retrouver la cohérence cardiaque qui va à son tour instaurer la paix émotionnelle.

_________________
"que la peur cède à la douceur lente de cette coulée de vie qui nourrit ta chair" Danis Bois
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 15 Jan 2011 - 19:50

ici coeuracoeur:

http://espritderencontrer-a.forumactif.com/t521-l-intelligence-intuitive-du-coeur-de-doc-childre-et-howard-martin#3141

Kévin a pas mal d'infos à ce sujet...

Une article de plus qui vient confirmer qu':

Citation :
On rentre clairement dans un domaine ou la science et l'âme vont fusionner, c'est une certitude qui prendra encore plusieurs décennies facile mais on y va tout droit !

article:

"Plus les chercheurs se penchent sur les mystères de la nature, plus ils se posent de questions. Ils viennent de découvrir que nore ADN possède une sorte de conscience et qu’elle peut même communiquer, et ses prouesses sont telles qu’elles dépassent tout ce que l’homme a pu créer par la technique.

Science et religion se rapprochent à nouveau, après des siècles de fraternité ennemie. Dans sa 13ème encyclique, le Pape Jean-Paul II a dit : « La foi et la raison sont les deux ailes, grâce auxquelles l’esprit humain prend son essor et s’envole pour contempler la vérité ». Il existe déjà diverses théories par lesquelles les sciences naturelles et la conscience tentent de se réunir sous un seul toit. Nous voulons présenter un certain nombre de points de vue allant dans ce sens.


L’ADN communique dans l’univers


Ecrit par Alain-Yan Mohr

Traduction vers le français Isabella Heim

L’une des théories les plus intéressantes est sans aucun doute la nouvelle cosmologie de Matti Pitkänen, qui établit, pour la première fois, un lien entre la physique et la conscience. Le physicien finnois a postulé, il y a déjà quelques années, une brillante théorie sur la manière dont l’univers était constitué, avec, à la base, une nouvelle géométrie spatiale basée sur huit dimensions : la géo-métro-dynamique topologique (TDG). Dans cette théorie compliquée, difficilement compréhensible même pour les savants, les trous de vers (ou vermoulures) jouent un rôle important. Les « vermoulures » ont été nommées ainsi pour la première fois par le physicien John Wheeler. Il s’agit de microscopiques canaux de connexion à travers l’hyper-espace, qui apparaissent suite à des fluctuations et des variatons du vide quantique. Cet étrange nom est le résultat d’une blague de Wheeler, qui a comparé ces structures à des trous faits par les vers dans une pomme. La Théorie de Pitkänen est très provocante, parce que, pour la première fois dans l’histoire des sciences, elle tente d’établir une relation entre la physique et biologie, ce qui mène à une véritable cosmologie du vivant.

La biologie moderne, spécialement la génétique, s’occupe depuis longtemps de l’étude des molécules porteuses des gènes : l’ADN. Selon la théorie de Pitknen, l’ADN ne sert pas seulement à produire des protéines dans les cellules et de construire par cette voie le corps, comme on l’avait découvert. Selon le chercheur, le long de cette grande bioomolécule, les vermoulures déjà mentionnées d’accollent et lui servent de canaux de communication.

Par cette voie, Pitkänen arrive à une toute nouvelle vision de l’ADN, dans laquelle des termes tels que conscience et perception s’intégrent et font leur entrée dans la physique. Il écrit : « les champs-vermoulures magnétiques , qui sont greffés sur des membranes espace-temps, qui contiennent de la bio-matière courante, sont de bons candidats pour l’explication physique du mécanisme de la perception.. Le magnétisme des vermoulures pourrait même être considéré comme la quintessence des systèmes vivants ».

Dans cette citation Pitkänen se réfère à l’hypothèse des mondes parallèles, d’Everett et Wheeler, selon laquelle notre univers ne serait qu’un univers parmi de nombreux autres univers, situés dans un hyper-espace à dimensions plus élevées. Ces univers singuliers dans l’hyper-espace sont parfois également nommés feuilles (membranes) espace-temps.

Si l’on développe la pensée de Pitkänen, cela veut dire que la science est sur le chemin de prouver la relation que l’on soupçonne d’exister depuis longtemps entre la gravitation et la conscience. Plus précisément : la gravitation et la conscience forment des dipôles opposés.

L’effet de l’ADN Fantôme Une preuve sensationnelle pour la théorie de Pitkänen est basée sur les travaux d’une équipe de chercheurs inter-disciplinaires de l’Académie de Sciences de Moscou, sous la direction du biologiste moléculaire et biophysicien, Dr. Pjotr. P. Garjajev. Garjajev et son collègue, le physicien quantique, le Dr. Vladimir Poponin, ont fait une observation insolite en mesurant les vibrations émises par des échantillons d’ADN. Ils ont irradié un échantillon d’ADN avec la lumière laser, et ont obtenu, sur un écran, un modèle typique d’ondes. S’ils enlevaient l’échantillon d’ADN, ces ondes ne disparaissaient pas, comme on pouvait s’y attendre, mais persistaient, sous forme de structure régulière, comme s’il y avait toujours un échantillon maétriel. Comme l’ont démontré des expériences-contrôles, ces ondes devaient provenir, sans aucun doute, de l’ADN qui n’était plus présent ! Une expérience à vide, c’est-à-dire sans échantillon, ne donnait qu’une courbe d’ondes aléatoires. L’effet était reproduisible à volonté, et on l’appelle, aujourd’hui, l’effet ADN-Fantôme.

L’explication scientifique de ce phénomène est que l’ADN lui-même semble produire des ondes dans le vide (vacuum), à travers lequel une vermoulure magnétisée se produit, induite par la présence de matière vivante, qui peut persister, selon les cas, plusieurs mois – c’est ce que les recherches de Garjajev et de son collègue ont démontré.

Au début des années soixante, le biologiste britannique Rupert Sheldrake, de l’université de Cambridge a établi sa fameuse théorie sur les champs morpho-génétiques. Chaque être humain, de même que chaque être vivant, laisse une trace invisible de son existence. Pour la première fois, Pjotr Garjajev a pu rendre visible cette trace dans un laboratoire.

La question est la suivante : à quoi sert cette trace ? Avec qui ou avec quoi « chuchotent » nos gènes ? Comment communique l’ADN, et dans quel but le fait-il ?

Le plus surprenant est que tous les résultats indiquent que l’ADN n’est soumis à aucune limitation, en ce qui touche à sa faculté de communication.

Hypercommunication D’après la théorie de Pitkänen, cette communication ne se fait pas de manière classique, mais à travers les vermoulures magnétisées, c’est-à-dire hors de l’espace-temps, soit à travers les dimensions plus élevées de l’hyper-espace. On parle de ce fait d’hypercommunication. Cette hypercommunication ne paraît pas avoir un but limité ou particulier : elle représente un point d’intersection vers ou dans un réseau ouvert – un réseau de conscience ou réseau du vivant.

Comme dans l’internet, l’ADN peut :

• Introduire ses propres données dans ce réseau • Extraire des données de ce réseau • Établir un contact direct avec d’autres participants de ce réseau.

On peut dire, d’une certaine façon, que l’ADN possède sa propre « page internet », qu’il peut « surfer » et qu’il peut « chatter » avec d’autres participants. Ce qui est plus incroyable encore, l’ADN n’est pas limité à sa propre espèce, comme on pourrait peut-être le croire. L’information génétique d’êtres différents peuvent également « échanger » entre eux (entre différentes formes de vie). L’hypercommunication devient donc la première interface à travers laquelle les formes d’intelligence les plus variées sont unies, dans l’univers, entre elles.

Une autre application très importante de l’hypercommunication est représentée par la conscience de groupe, soit la possibilité, pour des groupes d’individus ou d’animaux, de pouvoir agir de manière coordonnées, comme un ensemble. Mais, comme le montrent les essais, la portée de l’hypercommunication est encore plus vaste.

Les conséquences, concernant la compréhension du processus d’apprentissage chez l’humain, sont immenses.

Notre corps humain est constitué par des cellules, et chacune d’elles contient une molécule d’ADN. Nous savons à présent que par cette voie, des milliard d’antennes de communications sont constamment en action. Notre conscience, apparemment, ne s’en est pas rendue compte, à ce jour. Ou peut-être si ?

Au cours de l’histoire, il y a toujours eu quelques individus spéciaux qui ont fait évoluer l’humanité, par des idées révolutionnaires, scientifiques ou culturelles. Mais personne ne s’est sérieusement posé la question de la manière dont ceci était possible. (sauf pour Einstein, dont le cerveau a été découpé en tranches et étudié, et où l’on a découvert une part de glie plus élevée que la normale, ce qui est intéressant au vu des nouvelles découvertes sur la fonction des cellules gliales, n.d.t.)

On a parlé de créativité, donc de la faculté à penser de manière nouvelle et différente, de créer des réalités virtuelles qui ont pu être appliquées dans la réalité. Mais l’étincelle, l’inspiration, la découverte en elle-même, n’ont jamais été expliquées, n’étaient jamais le résultat d’une pensée logique et rationnelle. Toujours, il semblait qu’elle se présentait soudainement, comme une évidence, venue de nulle part.

Est-ce qu’une telle information pourrait procéder à travers les canaux d’hypercommunication de l’ADN ? Et si oui, d’où vient-telle ? Est-ce qu’une telle hypothèse peut être prouvée ? Cette dernière question est la plus difficile.

La science exige, comme preuve, la répétitivité d’une expérience, dans des conditions contrôlées d’un laboratoire. Peut-on provoquer la créativité ou l’inspiration en laboratoire, et générer dans un être humain un savoir jusque-là inconnu et inédit ?

Cette question pose un véritable défi, mais elle peut aussi être abordée, par des méthodes scientifiques actuelles, du moins partiellement.

Notre corps ne peut pas seulement générer de la lumière, sous forme de biophotons, mais il est également en mesure d’extraire de la lumière de l’environnement. Il peut même stocker cette lumière, notamment dans l’ADN, qui est également le plus impliqué dans la radiation biophotonique. Par sa forme caractéristique de double-hélice, l’ADN est une antenne électromagnétique idéale. D’une part, il est allongé, et par là une antenne droite qui peut très bien capter les impulsions électriques. D’autre part, il est également circulaire (vu d’en haut) et par là, il est aussi une excellente antenne magnétique.

Que se passe-t-il au niveau de l’énergie électromagnétique captée par l’ADN ? Elle est tout simplement stockée, par le fait que la biomolécule géante se met à vibrer, par résonance. Ce système, en physique, s’appelle un oscillateur harmonique.

Un tel oscillateur rend également l’énergie qu’il a stockée, au bout d’un certain temps, ce qui peut être observé en chambre noire, et le temps nécessaire pour ce processus est une mesure pour sa faculté de stockage énergétique. Les physiciens appellent cela la capacité (mesure) de résonance. On a découvert que la résonance de l’ADN est nettement plus élevée que dans les systèmes d’oscillateurs techniques des laboratoires de physique. Ce qui signifie que les pertes d’oscillation sont minimes. Cette découverte corrobore ce qu’on suspectait depuis longtemps : l’ADN est un supra-conducteur organique, qui plus est, travaille à température du corps ! La science a encore beaucoup à apprendre de la nature…

Chaque être humain porte donc dans chaque cellule de son corps une « mécanique » technique surpuissante : un microchip avec trois gigabits de capacité de stockage, qui extrait des information électromagnétiques de son entourage, qui stocke cette information et qui peut également la retransmettre, possiblement modifiée.

Les données techniques de l’ADN en tant qu’antenne oscillatoire sont rapidement établies. Nous savons que la molécule d’ADN fait environ deux mètres, étendue, ce qui veut dire qu’elle a une fréquence propre de 150 Mégahertz. Encore un chiffre intéressant, car cette fréquence est insérée dans la bande spectrale des micro ondes, des télé-communications et du radar. Nous utilisons donc la même bande-fréquence à des buts de repérage et de communication. Simple hasard ?

La déduction s’impose : les ondes mobiles de télécommunications peuvent influencer directement notre ADN. L’ADN peut également stocker toutes les ondes harmoniques de 150 Mégahertz, donc également la lumière visible. La 22. octave de 150 Mégahertz se situe exactement dans ce domaine. La couleur de cette émanation de lumière, d’ailleurs, est le bleu. Est-ce un hasard que la réfraction de la lumière du soleil, par la Terre, fait que, depuis l’espace, elle apparaît comme la planète bleue, et que le ciel apparaît bleu ?

L’ADN Microchip Tandis que l’équipe de Pjotr Garjajev étudiait surtout l’aspect software de l’ADN, Dr. Ehud Shapiro et son équipe, du Weizmann Institute of Science à Rehovot, en Israel, se penchait sur les questions du hardware qui va avec. Leur travail est un autre pas important pour la compréhension du bio-ordinateur ADN. Mais en même temps s’entrouvrent des perspectives qu’on peut considérer comme particulièrement dangereuses. C’est le premier pas vers un lien machine-humain, qui pourrait mener vers une to9tale programmation de l’être humain, basé sur l’ADN.

L’une des principales différences entre l’ADN et votre ordinateur est que le bio-ordinateur ADN ne peut pas fonctionner de manière isolée. L’ADN n’est pas un ordinateur complet, mais plutôt une sorte de software qui nécessite, pour son fonctionnement, un « entourage/environnement hardware », qu’il trouve dans la cellule vivante, dans laquelle se trouvent aussi des enzymes, qui en tant que « hardware » peuvent avoir accès au programme ADN et le mettre en route, en dirigeant la synthèse de protéines dans la cellule. C’est ainsi que le corps est bâti, et que la vie est maintenue.

Que se passerait-il si l’ADN dans une cellule activait un autre programme que celui qui est le sien ? Les enzymes de la cellule produiraient alors autre chose que ce qu’elles font habituellement. Savoir si cela serait positif ou négatif pour le corps, c’est une autre affaire et dépendrait de manière déterminante de ce programme modifiée.

Dans la nature il existe déjà quelque chose de ce genre : ce sont de microscopiques organismes, constitués par une molécule d’ADN et par une couche externe de protéines. On les appelle virus, et ils sont à la limite entre l’inanimé et le vivant, ce sont pratiquement des « programmes software en attente », comme un CD-ROM dans votre bibliothèque, qui a besoin que vous l’insériez d’abord dans votre ordinateur avant de pouvoir lire le programme stocké.

Les scientifiques ont déjà copié les méthodes des virus. L’équipe de Shapiro, par exemple, a réussi à enseigner à compter à des bio-ordinateurs ADN, in vitro. Les trillons et multiples trillions de « microprocesseurs » en solution aqueuse travaillent environ 100’000 fois plus vite que n’importe quel ordinateur actuellement existant, et génèrent même leur propre énergie dont ils ont besoin pour leurs prouesses de comptage.

Pour pouvoir dérouler ce programme, un ADN spécialement configuré doit être mis en solution aqueuse, qui contient les enzymes nécessaires à la fonction correcte du bio-ordinateur, comme c’est le cas dans une cellule vivante. Le processus de calcul se passe alors dans les myriades de mini-bio-ordinateurs en réseau, à vitesse de l’éclair, par reproduction de l’ADN qui active les enzymes productrices de protéines. Après un certain temps, on vérifie les chaînes d’ADN produites, pour connaître le résultat du calcul du programme. Actuellement, cela se fait par le biais de l’analyse des molécules de l’ADN (le fameux « fingerprinting » ou empreinte génétique).

L’Onde Soliton de l’ADN Le stockage de lumière et d’information dans l’ADN se fait au moyen d’une onde spéciale, qu’on appelle également onde soliton et qui entoure la molécule d’ADN. C’est une onde non-linéaire, soumise à des lois compliquées appelées la grille de Fermi-Pasta-Ulam. Une onde soliton est une unité dynamique, fermée en elle-même, qui ressemble à une particule de matière. Les ondes soliton sont très extraordinairement longèves et ne modifient pratiquement pas leur forme. Elles sont donc prédestinées pour conserver et stocker, sur une longue durée, des modèles d’information. Il est probable que ces ondes contiennent encore un potentiel humain absolument inédit.

L’ADN fractal et le temps Par la forme spéciale Fermi-Pasta-Ulam de l’onde soliton dans l’ADN, on obtient de nombreuses répétitions et auto-reproductions dans le code génétique, un phénomène sur lequel insiste Garjajev. Cela signifie que l’information dans l’ADN des cellules n’est pas lue de manière linéaire, comme on lit un livre, par exemple. Au lieu de cela, la lecture se fait en avant et en arrière/arrière en avant, et de haut en bas/bas en haut, et parfois on retourne au point de départ.

La communication de l’ADN suit également des règles fractales. Elle se fait de manière non-locale. C’est-à-dire que l’ADN peut communiquer avec des porteurs d’informations très lointains, sans être soumis à l’espace ni au temps. Cet effet repose sur un paradoxe scientifique bien connu appelé Einstein-Podolski-Rosen, ou Paradoxe EPR. Il explique que deux particules de matière, qui ont été ensemble une fois et qui ont été séparées, restent pour toujours en relation. Si l’une des deux particules, par la suite, est soumise à une modification, l’autre particule réagit immédiatement, même si elles sont séparées entre-temps par des années-lumière.

La structure fractale de l’onde Soliton de l’ADN rend possible, selon Garjajev, que l’ADN communique avec des porteurs d’information, peut-être même dans l’espace. Par sa non-localité de cette forme de communication, la loi bien connue de cause à effet est invalidée. Garjajev écrit : « Cause et effet ne sont pas séparés par le temps, si l’on conçoit le temps comme un chemin vers l’organisation d’une chaîne d’événements. Ceci nécessite une unité temporelle fractale compliquée, c’est pourquoi Einstein ne l’a pas reconnue ».

D’après Garjajev, cette non-localité quantique est une fonction-cle de l’auto-organisation de la matière vivante. Non seulement il y a des formes de commucation non-physiques, comme, par exemple la télé-pathie. La communication EPR peut transmettre, en temps zéro, une multitide de données, par exemple à travers le scanning rapide et automatique de la polarisation de photons. La question qui se pose alors est pourquoi les êtres humains ne communiquent pas tout le temps de cette manière ? Pourquoi notre corps a-t-il développé un système nerveux, qui communique pratiquement à une vitesse d’escargot avec seulement 8-10 m par seconde ? Garjajev en connaît la raison : la communication EPR est beaucoup trop rapide pour le traitement des données par notre conscience, tout simplement !

Le proto-langage de l’humanité ou langue-souche Nous parlons aujourd’hui du code génétique de manière routinière, comme d’un système de codage d’information. Mais la génétique n’a pas dévié par rapport à cette position et a continué son travail en utilisant uniquement les outils de la chimie, au lieu de demander du renfort de la part d’experts en linguistique.

Il en a été tout autrement à Moscou, dans le groupe de Garjajev. Pour l’examen de l’ADN, ils ont également consulté et inclus des linguistes.

Lorsqu’on étudie une langue, un étudie des lois comme, par exemple, la syntaxe (règle pour construre des mots à partir de lettres), la sémantique (règles du contenu des mots) ainsi que les bases de la grammaire.

Si l’on applique les résultats scientifiques au code génétique, on s’aperçoit que ce code est soumis aux mêmes règles que nos langues humaines. Bien entendu, ce ne sont pas les règles d’une langue en particulier, p.ex. le Russe, mais des règles tellement fondamentales qu’elles existent et sont à la base de toutes les langues de l’humanité. La « construction » du code génétique peut donc être relationné à n’importe quelle langue humaine !

Depuis des siècles, les scientifiques recherchent le langage-souche dont seraient issues toutes les langues du monde… Pjotr Garjajev et ses collègues l’ont peut-être trouvé.

Dans des expériences du groupe de Moscou, il a pu être démontré que les codes existant dans l’ADN ne sont pas seulement utilisés pour construire des protéines dans notre corps, comme c’est le cas pour les gènes. Le code de l’ADN est plutôt utilisé pour la communication, plus précisément, pour l’hypercommunication. Ou exprimé autrement : la nature est en réseau (online) !

Et cela implique la totalité de la nature, dont les codes génétiques suivent une grammaire très similaire.

Comme l’a si bien exprimé le Dalai Lama : « Tout ce qui est, n’est que parce qu’il communique avec le tout. Rien n’existe en soi, individuellement ; Tout a son existence dans l’autre » !

Les auteurs : Grazyna Fosar a étudié la physique et l’astrophysique. Franz Bludorf la mathématique et la physique. Après avoir longtemps travaillé dans la recherche scientifique, ils ont fait une formation comme thérapeutes-guérisseur et hypnothérapeutes. Ils vivent et travaillent à Berlin."


http://www.amessi.org/L-ADN-communique-dans-l-univers

http://www.dailymotion.com/video/xcn2yh_l-adn-est-comme-internet-en-nous_tech

je ne sais pas quelle validité de tout ça, mais ça me conforte que la vie est magnifique, un mystère un peu dé-couvert...ici dans cet article...certes ça ne va pas changer notre quotidien, mais fascinant.

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc3
Prend racine
Prend racine
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 69
Date d'inscription : 13/01/2011
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 16 Jan 2011 - 8:48

Houlala que d'informations passionnantes!mon cerveau va bientôt saturer. On retrouve aussi ces liens entre sciences et religion dans le livre de Fritjof Capra "la sagesse des sages"(il a écrit aussi le Tao de la Physique) où il fait un parallèle entre les découvertes de la physique quantique et les traditions mystIques orientales dans leur façon de concevoir l'univers.Ca rend la science poétique, ca me plaît.Il parle aussi de Bateson, un penseur qui a découvert que l'univers, la nature fonctionnent sur le principe de la métaphore(d'où les correspondances dans la nature), la pensée analogique; il incite à davantage s'intéresser à la structure qui relie les éléments de l'univers que les étudier en tant qu'objet séparer.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 16 Jan 2011 - 16:50

oui, faut suivre...pour ceux qui prennent le topic en route, il suffit de le lire tranquillement à tête reposée, je crois qu'il faut éviter de se remplir la tête, surtout si certaines données nous semblent trop complexes...perso je lis ce qui me parle vraiment et demandant pas trop d'effort de compréhension. Et l'auteur que tu cites me semble justement accessible dans ce domaine...utilisant des images...merci.

je rapporte la petite histoire de la vague que tu aimes tant Nuageblanc:

Extrait du livre de Fritjof Capra,
"La Sagesse des Sages"

"La conscience universelle est souvent compararée à l'océan: une masse fluide, indifférenciée, et la première phase de la création correspondrait à la formation de vagues.
Une vague peut être considérée comme une entité individuelle, et pourtant il est évident que la vague est l'océan, et l'océan la vague. Il n'y a pas de séparation ultime.

La phase suivante de la création serait une vague se brisant sur les rochers et vaporisant l'air de goutelettes d'eau, qui existeront en tant qu'entités individuelles pendant une courte période, avant d'être à nouveau avalées par l'océan. Ainsi, nous avons là des moments fugitifs d'existence séparée.

Mais imaginons maintenant de l'eau qui s'évapore et forme un nuage. Maintenant, l'unité originelle est obscurcie et cachée par une véritable transformation, et il est nécéssaire d'avoir une certaine connaissance en physique pour se rendre compte que ce nuage est l'océan, et l'océan le nuage. Pourtant, à la fin, l'eau du nuage va se réunir avec celle de l'océan sous forme de pluie.

La séparation finale, où le lien avec la source originelle apparait complètement oublié, est souvent illustrée par un flocon de neige qui s'est cristalisé à partir de l'eau du nuage qui, à l'origine, s'était évaporé de l'océan. On a là une entité très structurée, très individuelle et séparée qui ne comporte, en apparence, aucune ressemblance avec sa source. Maintenant, on a vraiment besoin d'un savoir sophistiqué pour reconnaître que le flocon de neige est l'océan, et l'océan le flocon de neige. Et pour se réunir avec l'océan, le flocon de neige doit abandonner sa tructure et son individualité; il doit subir une mort de l'égo, en quelque sorte, pour retourner à sa source."

Extrait du livre de Fritjof Capra, "La Sagesse des Sages", qui réunit des dialogues avec des personalités de multiples domaines (physique, biologie, psychologie, sociologie, écologie, économie, politique). Une brillante synthèse qui trace les contours d'une vision globale pour le 21è siècle.

Il y a aussi le Tao de la physique comme tu dis du même auteur, des PDF ici:
http://www.club-femmes-editrices.com/ebooks-pdf/liste%20incontournalbes.pdf

vivement mon ebook (bientôt...)



_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 16 Jan 2011 - 18:23

Magnifique cet extrait de la sagesse des sages, merci Myriam

_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
nuageblanc3
Prend racine
Prend racine
avatar

Féminin Scorpion Buffle
Messages : 69
Date d'inscription : 13/01/2011
Age : 43
Localisation : ANNECY

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Lun 17 Jan 2011 - 1:48

Merci de le remettre Myriam Smile , je trouve cette métaphore qui s'étend jusqu'au flocon vraiment poétique.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mar 3 Mai 2011 - 16:37

L'esprit peut-il influencer la matière ?

http://www.dailymotion.com/video/xeavxo_l-esprit-peut-il-influencer-la-mati_tech#from=embed

intéressant tout ça...dommage que la recherche en France ne soit pas une priorité !


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
debramarkos
Habitué du lieu
Habitué du lieu


Masculin Bélier Serpent
Messages : 84
Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 40
Localisation : bretagne

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mar 3 Mai 2011 - 17:03

vraiment très intéressant, merci !

vivement qu'on change de paradigme, et qu'on retrouve toutes nos capacités enfouies
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 15 Juin 2011 - 6:32

Esprit et matière : Du quantique plein la tête:

Le flou quantique est-il en train de brouiller la frontière qui semblait pourtant étanche entre science physique et parapsychologie ? La physique quantique pourrait être à même de fournir un cadre explicatif aux résultats enregistrés depuis plusieurs décennies.

En physique quantique, les équations décrivent un univers de possibilités latentes qui ne se sont pas encore manifestées dans le monde sensible. Selon l’interprétation la plus consensuelle, les caractéristiques de l’objet réel ne « naissent » qu’une fois réalisées les mesures permettant de les mettre en évidence. Autrement dit, l’objet réel reste suspendu dans un flou de potentialités tant que personne n’a décidé de le voir, le toucher, le mesurer. L’expérience sensible – d’un expérimentateur qui regarde un cadran d’appareil dans un laboratoire, ou de quiconque interagit avec son environnement grâce à ses sens – « force » l’univers, par nature riche de potentialités mais hésitant, à se décider.

De nombreux objets quantiques, en électronique par exemple, manifestent ces superpositions d’états dans lesquels l’objet reste tant qu’une mesure n’est pas effectuée. Cet indéterminisme intrinsèque ouvre de passionnantes perspectives.

Des systèmes sensibles à l’influence psychique ?

En effet, on peut imaginer que des systèmes en état quantique, pouvant basculer dans un niveau ou dans l’autre, seront très sensibles à toute perturbation extérieure. Cette perturbation pourrait-elle être d’origine psychique ? Ceci reste une hypothèse à démontrer, mais elle est accréditée par de nombreux témoignages et par des études scientifiques menées avec grande rigueur sur la psychokinèse .(1) Il est intéressant de constater qu’en matière de recherches parapsychologiques, un nombre croissant d’expériences utilise justement des systèmes foncièrement aléatoires, afin de mettre en évidence de façon claire et statistiquement analysable, des effets mesurables de l’intention. Sont utilisés par exemple des générateurs de nombres aléatoires (GNA), ou des sources radioactives.(2) Dans les années 30, lorsque Joseph Rhine étudiait à l’université de Duke la perception extra-sensorielle (ESP) en faisant lancer des dés par une machine, une étude sur la contrepartie PK – le sujet « devinant » le résultat des lancers pouvait-il aussi « influencer » ce résultat à son insu ? – portant sur 500 000 essais, sembla concluante.(3) La nature fondamentalement indéterministe d’un système quantique, suspendu dans la superposition de ses potentialités, avec pour chacune une probabilité de se produire qu’on peut calculer, le rend tout désigné pour ce type d’expérience. A telle enseigne d’ailleurs que plusieurs entreprises high-tech (4) impliquées dans les télécommunications ou les interfaces homme-machine, ont subventionné des recherches sur l’influence mentale sur des composants électroniques de type GNA, depuis plusieurs décennies. Ce type de recherche a été spectaculairement développé par Robert Jahn et ses collègues du Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) (5).

[b]Science physique et parapsychologie : vers un rapprochement ?

[/b]
Lorsque de grands physiciens comme Wigner, Wheeler ou Jordan, n’excluent pas que l’esprit humain (ou de tout observateur conscient) puisse décider le système à « choisir » lors du passage de l’état quantique à l’état classique, il faudrait porter des oeillères pour ne pas voir la convergence avec les études expérimentales sur la psychokinèse. Comme le dit Arthur Koestler, on a vu, au cours du vingtième siècle, dans un mouvement symétrique, la physique orthodoxe « s’encanailler » et la parapsychologie devenir « une dame respectable»(6). La rencontre n’a pas encore eu lieu – du moins, pas sur la place publique. Mais cela pourrait changer bientôt. A ce propos, le physicien Olivier Costa de Beauregard rappelle que « bon nombre des Pères Fondateurs de la physique (Copernic, Kepler, Newton, Hooke, Boyle, Pauli, et d’autres) étaient bien plus guidés par leur intuition et ouverts à l’exploration de phénomènes défiant le sens commun que ne les décrit le courant « rationaliste ». De leur côté, les Pères Fondateurs de la parapsychologie moderne, comptaient dans leurs rangs des chercheurs illustres comme Barrett, W. James, Bergson, Mc Dougall, Richet, Thomson,Jung – ce qui n’est pas à prendre à la légère. » La liste des premiers présidents de la Society for Psychical Research (SPR) britannique est instructive à cet égard ; on y trouve de grands noms de la science de l’époque, dont trois prix Nobel. Ailleurs et depuis, d’autres grands scientifiques dont des Prix Nobel de physique se sont aussi tournés vers des recherches sur les phénomènes psi. Il est temps d’abolir le schisme simpliste et stérile entre parapsychologie et physique dite « respectable ». Rupert Sheldrake, Dick Bierman et Dean Radin, pour ne citer qu’eux, ont montré que les expériences de parapsychologie peuvent être beaucoup plus rigoureuses – menées en double aveugle, sur un très grand nombre d’itérations, avec analyses statistiques poussées – et mieux protégées de la fraude et de l’erreur d’interprétation que nombre d’expériences de la science « mainstream » publiées dans les journaux à comité de lecture les plus « respectables ».

Du quantique plein la tête


S’il s’avérait que le mental peut influer sur le résultat d’un processus de nature aléatoire, alors un système maintenu dans une superposition d’états quantiques y serait plutôt sensible. C’est la même idée qui fait dire dès les années 50 au neurologue et Prix Nobel de médecine John Eccles, que le comportement quantique du processus d’exocytose – le transport des neurotransmetteurs – dans les synapses, en fait le lieu idéal pour être sensible à l’intention. Autrement dit, notre volonté et notre libre arbitre s’insèreraient dans le réel à cet endroit précis, dans les synapses du néocortex, du fait du caractère quantique de leur fonctionnement. A bien y regarder, le libre-arbitre est-il autre chose qu’un état métastable, susceptible face à une décision, de basculer d’un côté comme de l’autre, à l’image des systèmes quantiques ? Si un tel fonctionnement était avéré – et la biologie s’intéresse de plus en plus aux phénomènes quantiques à l’oeuvre dans le Vivant – la PK serait en amont dans chacun de nos gestes : lorsque nous décidons de déplacer la souris ou de frôler le pied d’une dame sous la table, cette intention se traduirait, dans le néo-cortex par un phénomène quantique initiant cette action au niveau des synapses. Le cerveau, dans ce modèle, n’est plus une machine à produire, mais à détecter de la pensée. D’autres théories ont certes été proposées pour tenter d’expliquer l’interaction du mental avec le monde physique ; toutes ne font pas appel à la physique quantique. Mais perception extra-sensorielle et PK y sont souvent les deux faces, l’une passive, l’autre active, d’une même capacité pour l’esprit de « se brancher » sur le réel de la matière et de l’espace-temps, selon des lois acausales et non locales qui ressemblent fort aux spécificités de la théorie quantique. Par-delà ses implications philosophiques, l’hypothèse mérite d’être prise au sérieux. Ce type d’interactions esprit-matière survenant au niveau quantique représenterait en effet à la fois un handicap pour certaines applications (qu’il faudrait « filtrer » et « blinder » des influences mentales parasites), et une mine d’or pour en développer de nouvelles, en particulier des systèmes technologiques contrôlés ou assistés par la pensée. Science-fiction ?

Selon Jahn, un système vivant, complexe et fortement non-linéaire, pour lequel de petites perturbations peuvent avoir d’énormes répercussions (par amplification et autoduplication), devrait se prêter à merveille à ce type d’études. C’est ce que semblent montrer les récentes expériences de PK ciblant des systèmes biologiques (« bio-PK ») : les déviations enregistrées par rapport à un comportement purement aléatoire, sous l’influence psi, sont statistiquement – et parfois spectaculairement – significatives. On en a réalisé sur des bactéries, champignons, algues, souris, fourmis, et même êtres humains. Ces développements ouvrent des perspectives immenses pour comprendre les processus d’autoguérison inexpliquée, les modifications d’état de santé attribuées à l’autosuggestion, aux guérisseurs, à des saints, à des cérémonies religieuses collectives, ou à des pratiques vaudou et de sorcellerie dans de nombreuses cultures.

Esprit et matière : l'énigme reste entière


Le questionnement sur la nature de la conscience retrouve alors toute sa pertinence. Il avait été évacué par les physiciens classiques. Les conceptions matérialistes et « monistes » sur la conscience dans lesquelles celle-ci n’est qu’un épiphénomène de l’activité physicochimique cérébrale, sont aujourd’hui encore très en vogue. Elles ont solidement ancré dans notre société l’idée – probablement simpliste et fausse – que notre conscience et notre libre arbitre ne sont que des illusions. Cette vision exclut bien entendu les phénomènes psi de type télépathie, précognition ou remote viewing impliquant de la non localité dans le temps et l’espace, ou les expériences « spirituelles » de mort imminente, les sorties du corps et d’autres états modifiés de conscience rapportés dans toutes les cultures du monde et à travers les âges, dans lesquelles la perspective est renversée : la réalité première est bien du côté de l’âme, et non plus du côté du monde « matériel » qui apparaît comme un gigantesque spectacle : une vaste scène avec des décors, et un scénario – mais avec ce qu’il faut de malléabilité, d’indétermination, pour qu’il nous surprenne, pour que l’on puisse s’y exprimer, improviser, jouer avec. Du théâtre quantique, en quelque sorte. Never mind...


source: http://www.inrees.com/articles/Esprit-matiere/

tout avance...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Lun 4 Juil 2011 - 16:29

Article de Néo: L'intrication quantique et la Matrice:

conclusions:

"...Les expériences semblent indiquer que, quel que soit l’espace séparant deux objets, ceux-ci restent toujours connectés s’ils ont déjà été unis. Nous avons toutes les raisons de croire que l’état d’întrication qui lie les particules que l’on sépare aujourd’hui s’applique également au matériau dont est fait notre univers et qui était uni avant le big-bang. Techniquement, tout ce qui était fusionné en ce cosmos de la taille d’un pois, il y a de 13 à 20 milliards d’années.

Comment pouvons-nous être certains que tout ce qui existe dans l’univers est réellement interconnecté ? Dans le cas de l’expérience, la séparation d’un photon en deux particules identiques a créé les jumelles afin de s’assurer que les deux particules soient parfaitement identiques. Le fait que les photons et les particules du bigbang étaient auparavant physiquement liés explique leur connectivité.

Il semble que les choses qui ont déjà été unies demeurent toujours connectées entre elles, qu’elles soient physiquement unies ou non. est toujours interconnecté ! Et l’énergie qui effectue cette connexion est ce que Planck appelait la « matrice » de toutes choses. Aujourd’hui, la science moderne a affiné notre compréhension de la matrice de Planck, la décrivant comme une forme d’énergie qui a toujours été présente partout depuis le big-bang du début des temps. L’existence de ce champ implique trois principes ayant une influence directe sur notre vie, nos actions, nos croyances et même sur ce que nous ressentons au quotidien.

Il est vrai que ces idées sont en parfaite contradiction avec plusieurs croyances scientifiques et spirituelles établies. En même temps, toutefois, ce sont justement ces principes qui nous procurent une vision émancipatrice du monde et de la vie.

1. Le premier principe indique que toutes choses sont interconnectées parce que tout existe à l’intérieur de la Matrice. Si c’est le cas, ce que nous faisons dans une partie de notre vie doit avoir une influence sur les autres parties.

2. Le deuxième principe affirme que la Matrice est holographique, ce qui signifie que toute portion du champ contient tout ce qui existe dans le champ.

3 Le troisième principe part du fait que le passé, le présent et le futur sont intimement liés. La Matrice semble être le contenant du temps, procurant la continuité entre nos choix présents et nos expériences futures…"


source: http://www.neotrouve.com/?p=1356

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 4 Aoû 2011 - 17:36

"Les pratiques des chamans se dérouleraient au sein d’ un espace de conscience que la physique quantique aurait réussi à observer et à interpréter:


suite ici:

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/article-le-chamanisme-explique-par-la-physique-quantique-77749085.html

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
thomasson
Jeune pousse
Jeune pousse


Masculin Bélier Cochon
Messages : 6
Date d'inscription : 10/11/2011
Age : 70
Localisation : aix les bains

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 10 Nov 2011 - 14:49


Je suis nouveau sur le site et je me passionne pour les questions sur "les limites de la connaissance" et la physique quantique. Je me promets de lire tous les articles de ce forum et si je peux me permettre je transmets un des articles que j'ai rédigés dans mon blog.


Les limites de la connaissance 6) Réalisme et monde quantique
6-1: introduction


Conclusion de l'article: je pense que cette complémentarité que la physique quantique nous a révélé représente l'aboutissement de la "fin des certitudes" dans la pensée humaine, un retour à la complémentarité corps-esprit (Jésus n'a-t-il pas dit "rend à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu").
Nietzsche a écrit "Dieu est mort"... La désacralisation semble être "accomplie", le matérialisme se croît triomphant en ce début de "l'ère du Verseau". Rien n'est moins sûr. La précipitation des évènements mondiaux et personnels, l'augmentation de la violence et de l'absurde montrent peut-être que la complémentarité dont parle Bohr n'est pas bien assimilée et comprise???



Préambule
La science nous permettra-t-elle un jour de tout savoir? Ne rêve-t-elle pas d'une formule qui explique tout? N'y aurait-il rien qui entrave sa marche triomphale? Le monde deviendra-t-il transparent à l'intelligence humaine? Tout mystère pourra-il être à jamais dissipé?

Hervé Zwirn pense qu'il n'en n'est rien.La science, en même temps qu'elle progresse à pas de géant marque elle même ses limites. C'est ce que montre la découverte des propositions indécidables qui ont suivi le théorème de Gôdel. Ou celle des propriétés surprenantes du chaos déterministe. Ou encore les paradoxes de la théorie quantique qui ont opposé Einstein et Bohr en mettant en cause toute notre manière de penser.
L'analyse de ces limites que la science découvre à sa propre connaissance conduit à poser une question plus profonde: qu'est ce que le réel?

Exergue:
"Comme Popper l'a remarqué, nos théories sont des filets que nous construisons pour attraper le monde. Nous ferions mieux de d'accepter le fait que la mécanique quantique a fait surgir un poisson plutôt étrange." Redhead (1987).


Contenu de l'article:
1) Les limites de la physique classique.
Dans l'article sur le chaos déterministe nous avons vu que le paradigme de la mathématisation possible de la nature doit être revu. Quels que soient les moyens théoriques ou techniques dont on disposera, quel que soit le temps qu'on acceptera de passer sur une prédiction, il existera toujours un horizon temporel infranchissable dans les prédictions. Cet horizon est variable selon la nature du système et les limites de principe dans la précision qu'on peut obtenir sur les conditions initiales mais il est fini dans tous les cas. L'univers ne peut plus être considéré comme une grande machine dont il est possible de prévoir le comportement au moyen de formules mathématiques, même complexes. L'équivalence entre déterminisme et prédictibilité est morte.
La mécanique classique rencontre, par ailleurs, un autre type de limitation lié à son champ d'application. Il faut en effet lui substituer la théorie de la Relativité restreinte lorsque les vitesses ne sont plus négligeables devant la vitesse de la lumière (c = 300 000 km/s) ou de la Relativité générale dès que les champs de gravitation deviennent intenses. Toutes deux ont été découvertes par Einstein.
Mais de plus, le champ d'application de la mécanique classique est limité aux objets de taille macroscopique. Dès qu'on s'intéresse aux objets dont la dimension est de l'ordre des dimensions atomiques (typiquement 10-10 m), la mécanique classique doit être remplacée par la mécanique quantique. Son efficacité est remarquable pour décrire le comportement des phénomènes subatomiques (électrons, protons, neutrons...). Elle explique la couleur des corps, le fonctionnement des semi-conducteurs, les propriétés des métaux, les niveaux d'énergie des atomes, la superfluidité...Aucun phénomène physique n'a nécessité sa révision. Mais c'est théorie étrange qui a soulevé de nombreuses questions d'interprétation qui ne sont pas toutes entièrement résolues, malgré les progrès de ces dernières années. Elle nous force à reconsidérer entièrement beaucoup d'idées intuitives que nous avons sur les propriétés des objets, sur les rapports entre l'observateur et le phénomène observé, sur le déterminisme et elle nous conduit à modifier radicalement la conception du monde qu'on pourrait légitimement construire à partir de la mécanique classique.
Quels que soient les problèmes soulevés, il s'agit toujours de problèmes d'interprétation du formalisme et jamais de problèmes d'application. Elle fonctionne remarquablement bien et c'est une des théories les plus précises qui ait été jamais été construites. L'interprétation du formalisme a conduit à des conséquences philosophiques qui semblaient contraires au bon sens ou à l'intuition. Bien que les débats ne soient pas tous clos, on peut considérer aujourd'hui que nous comprenons mieux ce qui est compréhensible en elle, et avons appris à ne pas chercher à comprendre (au sens de ramener à une image familière) ce qui ne l'est pas.



2) Premier contact: La nature et le comportement de la lumière et de la matière.

2-1) un problème insoluble en physique classique: "la catastrophe ultraviolette".
La catastrophe ultraviolette, formulée dans la seconde moitié du xixe siècle et ainsi nommée par le physicien autrichien Paul Ehrenfest, est une prédiction contre-factuelle des théories classiques de la physique — électromagnétisme et physique statistique : uncorps noir à l'équilibre thermodynamique est censé rayonner un flux infini. Plus précisément, l'énergie rayonnée par bande de longueur d'onde doit tendre vers l'infini quand la longueur d'onde tend vers zéro, « dans l'ultraviolet » pour les physiciens de l'époque, puisque ni les rayons X ni les rayons gamma n'étaient alors connus.
Cette anomalie montra l'échec des théories classiques de la physique dans certains domaines et constitua une des motivations pour la conception de la physique quantique : en 1900, Max Planck en jeta les prémisses, permettant de résoudre le problème du rayonnement du corps noir avec sa loi de Planck.
Un corps noir est modélisé par une cavité contenant de l'énergie sous forme d'un champ électromagnétique. En raison des conditions aux limites, le champ prend la forme d'une onde stationnaire admettant un ensemble discret de modes. Par exemple, les modes horizontaux d'une boîte ne peuvent avoir pour fréquence que

où L est la longueur de la boîte, n un entier naturel non nul quelconque et c la vitesse de la lumière.
Ci-dessous: illustration des conditions aux limites en dimensions 1 et image des modes propres discrets possibles (voir aussi les articles Corde vibrante et Onde stationnaire)


En électromagnétisme, on montre plus généralement que le nombre de modes par unité de fréquence de la cavité est proportionnelle au carré de la fréquence :
.
En appliquant le théorème d'équipartition de l'énergie, chaque mode doit contenir une énergie kT/2, où k est la constante de Boltzmann et T la température du système. Il en résulte que l'énergie par unité de fréquence suit la loi de Rayleigh-Jeans :
.
Ainsi l'énergie par unité de fréquence tend vers l'infini lorsque la fréquence tend vers l'infini et l'énergie totale est infinie.
Planck obtint pour la première fois un bon accord théorie/expérience en supposant que l'énergie électromagnétique, au lieu d'être continue comme dans la théorie classique, ne peut prendre que des valeurs discrètes multiples de h c/ λ, où c est la vitesse de la lumière dans le vide : c = 299.792.458 m.s-1, et h, la constante de Planck, vaut h = 6,625 × 10-34 J.s.
Ce qui n'était alors qu'un « artifice de calcul » permet de trouver une formule qui correspond à l'expérience, la loi de Planck :

Cette formule, comme on pourrait s'y attendre, redonne la formule classique si on fait tendre h vers zéro, c'est-à-dire si on considère l'énergie électromagnétique comme continue.
C'est Einstein, qui, le premier, pour expliquer l'effet photoélectrique, considéra ce quanta de Planck comme réel. En fait, l'avènement de la physique quantique a donné un sens à cet « artifice de calcul » des premiers temps, et la raison de la quantification de l'énergie est maintenant comprise.
2-2) la double nature de la matière et de la lumière.

a) Savoir de quoi est constituée la lumière est une question que les hommes se sont toujours posée. Pythagore et Platon avaient chacun une théorie. Dans la première moitié du XIXe siècle, deux conceptions s'opposaient. La position dominante, celle de Huyghens, développée par Fresnel et Young stipulait que la lumière est faite d'ondes transversales de propageant à travers un milieu élastique , l'éther. La deuxième, anciennement avancée par Newton, était une conception corpusculaire. Dans la conception ondulatoire, la lumière se propageait plus rapidement dans l'air que dans l'eau, alors que c'était l'inverse pour la conception corpusculaire. En 1850, Foucault réfuta l'hypothèse corpusculaire par une comparaison des vitesses. Par la suite, la notion d'éther fut remplacée par Maxwell et Hertz par celle d'ondes électromagnétiques transversales, mais ils continuèrent à admettre que la lumière était un phénomène ondulatoire.

fentes d'Young
- Les interférences: un argument en faveur de la nature ondulatoire. Les fentes de Young (ou interférences de Young) désignent en physique une expérience qui consiste à faire interférer deux faisceaux de lumière issus d'une même source, en les faisant passer par deux petits trous percés dans un plan opaque. Cette expérience fut réalisée pour la première fois par Thomas Young en 1801 et a permis de comprendre le comportement et la nature de la lumière. Sur un écran disposé en face des fentes de Young, on observe un motif de diffraction qui est une zone où s'alternent des franges sombres et illuminées.
Cette expérience permet alors de mettre en évidence la nature ondulatoire de la lumière. Depuis, Elle a été également réalisée avec de la matière, comme les électrons, neutrons, atomes, molécules, avec lesquels on observe aussi des interférences. Cela illustre la dualité onde-particule qu'on évoquera par la suite: les interférences montrent que la matière présente un comportement ondulatoire, mais la façon dont ils sont détectés (impact sur un écran) montre leur comportement particulaire.
Des expériences similaires aux fentes de Young impliquant des électrons ont été réalisées. En 1961, Claus Jönsson à Tübingen produisait des interférences avec un fil d'araignée métallisé séparant un faisceau d'électrons en deux. Une expérience semblable, avec un fil d'araignée métallisé, était réalisée en 1956 par Faget et Fert à l'université de Toulouse. En 1989, Tonomura et al. ont envoyé un électron sur un biprisme à électrons. Ils ont observé la figure d'interférence prédite par la théorie.


Pour les interférences, l'explication est simple si on suppose que la lumière est composée d'ondes sinusoïdales qui peuvent suivre deux trajets différents: la distance parcourue n'est donc pas la même et selon le point d'arrivée, les rayons peuvent arriver en phase (la différence des longueurs des trajets est un multiple de la longueur d'onde), ou pas. Dans le premier cas, les rayons s'ajoutent donnant un point clair, dans le deuxième cas ils se retranchent, aboutissant à un point sombre. Une mesure de l'écartement des franges permet d'en déduire la longueur d'onde. Cette expérience est un argument fort en faveur de la nature ondulatoire de la lumière, car elle en fournit une explication naturelle.

b) L'effet photoélectrique: un argument en faveur de de la nature corpusculaire.
Il a été découvert en 1887 par Heinrich Rudolf Hertz qui en publia les résultats dans la revuescientifique Annalen der Physik[2].
Albert Einstein fut le premier à en proposer une explication, en utilisant le concept de particule de lumière ou quantum, appelé aujourd'hui photon, initialement introduit par Max Planck dans le cadre de l'explication qu'il proposa lui-même pour l'émission du corps noir.
Albert Einstein a expliqué qu'il était provoqué par l'absorption de photons, les quantum de lumière, lors de l'interaction du matériau avec la lumière.
L'effet photoélectrique est l'émission d'électrons par un matériau, généralement métallique lorsque celui-ci est exposé à la lumière ou un rayonnement électromagnétique de fréquencesuffisamment élevée, qui dépend du matériau.
Dans l'effet photoélectrique, on éclaire une plaque de métal et celle-ci émet des électrons. Les électrons ne sont émis que si la fréquence de la lumière est suffisamment élevée (la fréquence limite dépend du matériau), alors que leur nombre, qui détermine l'intensité du courant, est proportionnel à l'intensité de la source lumineuse.
Cet effet ne peut être expliqué de manière satisfaisante lorsque l'on considère que la lumière est une onde, la théorie acceptée à l'époque, qui permet d'expliquer la plupart des phénomènes dans lesquels la lumière intervient, tel l'optique, et qui était traduite mathématiquement par la théorie de James Clerk Maxwell.
En effet, si l'on considère la lumière comme une onde, en augmentant son intensité, on devrait pouvoir fournir suffisamment d'énergie au matériau pour en libérer les électrons. L'expérience montre que l'intensité lumineuse n'est pas le seul paramètre, et que le transfert d'énergie provoquant la libération des électrons ne peut se faire qu'à partir d'une certaine fréquence.

L'effet photoélectrique, l'onde électromagnétique incidente éjecte les électron du matériau
L'interprétation de Einstein, l'absorption d'un photon, permettait d'expliquer parfaitement toutes les caractéristiques de ce phénomène. Les photons de la source lumineuse possèdent une énergiecaractéristique déterminée par la fréquence de la lumière. Lorsqu'un électron du matériau absorbe un photon et que l'énergie de celui-ci est suffisante, l'électron est éjecté; sinon l'électron ne peut s'échapper du matériau. Comme augmenter l'intensité de la source lumineuse ne change pas l'énergie des photons mais seulement leur nombre, on comprend aisément que l'énergie des électrons émis par le matériau ne dépend pas de l'intensité de la source lumineuse

Cette proposition est révolutionnaire, car elle signifie à une conception corpusculaire de la matière, qui semblait pourtant avoir été réfutée.

c) Le comportement ondulatoire de la matière.
L'effet photoélectrique n'est compréhensible que si la lumière est composé de particules, les photons. Mais, l'expérience des franges ne l'est que si la lumière est une onde. On est donc confronté à deux expériences cruciales donnant des résultats incompatibles. Louis de Broglie, en 1923, fit une hypothèse audacieuse, sachant que la relativité montre que la masse est une forme d'énergie (E=mc2) et que l'énergie peut être reliée à la fréquence.
"Mon idée essentielle était d’étendre à toutes les particules la coexistence des ondes et des corpuscules découverte par Einstein en 1905 dans le cas de la lumière et des photons. » « À toute particule matérielle de masse m et de vitesse v doit être "associée" une onde réelle » reliée à la quantité de mouvement par la relation :


Cette théorie posait les bases de la mécanique ondulatoire. Elle fut soutenue par Einstein, confirmée par les expériences de diffraction des électrons de Davisson et Germer, et surtout généralisée par les travaux de Schrödinger. où λ est la longueur d'onde, h la constante de Planck, p la quantité de mouvement, m la masse au repos, v sa vitesse et c la célérité de la lumière dans le vide.
Cela permet de calculer la fréquence associée à une masse m: v = mc2/h. La prédiction que la matière se comporte de matière ondulatoire paraissait insensée à l'époque (et encore maintenant?), tant il est évident que tout dans notre expérience prouve le contraire. la confirmation vint en 1927 quand Davisson et Germer observèrent pour la première fois des figures de diffraction de faisceaux d'électrons avec un fréquence correspondant exactement à celle prévue par De Broglie. La symétrie entre ondes et corpuscules était rétablie; la lumière, comme la matière, manifestaient un comportement tantôt ondulatoire, tantôt corpusculaire.

Historique: La théorie en cours à l'époque pour expliquer l'atome était celle de Bohr (1913). Ce modèle est un complément du modèle planétaire d'Ernest Rutherford qui décrit l'atome d'hydrogène comme un noyau massif et chargé positivement, autour duquel se déplace un électron chargé négativement.Le problème posé par ce modèle est que l'électron, charge électrique accélérée, devrait selon la physique classique, rayonner de l'énergie et donc finir par s'écraser sur le noyau.
Niels Bohr propose d'ajouter deux contraintes :
L'électron ne rayonne aucune énergie lorsqu'il se trouve sur une orbite stable (ou orbite stationnaire). Ces orbites stables sont différenciées, quantifiées. Ce sont les seules orbites sur lesquelles l'électron peut tourner.
L'électron ne rayonne ou n'absorbe de l'énergie que lors d'un changement d'orbite.
Pour commodité de lecture, les orbites possibles de l'électron sont représentées dans la littérature comme des cercles de diamètres quantifiés. Dans le modèle quantique, il n'existe en fait pas de position ni de vitesse précise d'un électron, et il ne peut donc parcourir un « cercle » ; son orbitale peut en revanche être parfois sphérique.

C'est en 1926, avec la mécanique ondulatoire par Schrödinger et celle de la mécanique des matrices par Heisenberg, Born et Pascual Jordan, que que naît la mécanique quantique. Les deux formalismes seront ensuite intégrés par Paul Dirac la version actuellement en vigueur. Abandonnons à ce stade l'aspect historique pour examiner le comportement quantique.

e) Le comportement quantique.
L'objet qui servira d'exemple est l'électron, mais les comportements seront les mêmes pour tous les objets quantiques.

e-1)Interprétation classique du phénomène pour la lumière.


Dans l'expérience de Young, on utilise une source lumineuse S monochromatique1 et on interpose une plaque percée de 2 fentes. Celles-ci se comportent comme des sources secondaires S1 et S2. On observe alors, sur un écran placé derrière, des franges alternativement sombres et claires : les ondes issues de S1 et S2 interfèrent entre elles.
Considérons maintenant un point M situé sur l'écran. Il est éclairé par les ondes lumineuses émises par S1 et S2 qui peuvent s'écrire respectivement, au point M :

,
où E0 est l'amplitude2, ω la pulsation des ondes, Δφ leur déphasage et t le temps.
Δφ caractérise le fait qu'une onde a un certain retard par rapport à l'autre. En effet, pour arriver au point M, le chemin à parcourir n'est pas de la même longueur pour la lumière qui provient d'une source ou de l'autre.
Si Δφ est un multiple de 2π, les ondes s'ajoutent et on obtient une frange lumineuse sur l'écran, ce que l'on appelle une interférence constructive. En revanche si Δφ est un multiple impair de π alors les ondes s'annulent et on obtient une frange sombre sur l'écran, c'est alors une interférence destructive. Cela explique pourquoi on observe, sur l'écran, des franges successivement claires et sombres. Mais il n'y a pas, a priori, de formule simple permettant de décrire ces franges. Pour simplifier le problème, il est possible de supposer que l'écran est placé loin des fentes.

e-2) Le comportement quantique des électrons.

On reprend l'expérience faite avec des photons (lumière), mais avec une source ponctuelle d'électrons, vers une plaque comportant deux trous A et B. On peut imaginer qu'on place sur la deuxième plaque des détecteurs régulièrement espacés autour de la position centrale et qui font entendre un petit clic quand ils reçoivent un électron. Faisons l'expérience en bouchant le trou A et en laissant le trou B ouvert. On constate que les électrons arrivent bien un par un car jamais deux détecteurs ne cliquent en même temps. Si on attend suffisamment longtemps, on obtient la courbe de la figure du bas qui donne la répartition du nombre d'électrons reçus en fonction de la position (figure d'interférence). On observe un maximum en face du trou B. L'expérience symétrique (laisser le trou A ouvert et boucher le trou B) donne un résultat analogue, mais avec un maximum en face du trou A.
Ouvrons maintenant les deux trous simultanément: on s'attend à ce que la courbe soit la somme des deux courbes précédentes. En effet, les électrons passent ou bien par A, ou bien par B, donc en tout point de la plaque. Le nombre d'électrons qui parviennent à la plaque est la somme de ceux qui sont passés par A et de ceux qui sont passés par B. Les premiers vont construire la courbe présentant un maximum en face du trou A les seconds la courbe présentant un maximum en face du trou B. Le dispositif est symétrique, il y aura en moyenne autant d'électrons passant par chaque trou et la courbe totale sera bien donnée par la somme des deux courbes.
Mais, surprise! la courbe obtenue n'est pas du tout la somme des deux courbes à laquelle nous nous attendons, elle est identique à celle qui donne l'intensité lumineuse dans le cas de l'expérience avec des photons. On observe l'équivalent de franges d'interférences. Or, ces dernières sont la signature d'un comportement ondulatoire. Une tentative d'explication serait que les électrons, dont certains passent par le trou A et d'autres par le trou B, interagissent de telle manière que les chocs conduisent à ce qu'ils ne puissent arriver que dans certaines alternées de l'écran. Une telle théorie, certes complexe, est possible. Elle a été testée en réduisant progressivement l'intensité du faisceau jusqu'à être assuré que les électrons sont émis un par un avec un intervalle de temps suffisant entre chaque émission.Il devrait y avoir disparition des franges d'interférence.

Les franges d'interférence se constituent petit à petit
L'expérience de Young a par la suite été affinée, notamment faisant en sorte que la source S émette un quantum à la fois. Par exemple, on peut à l'heure actuelle émettre des photons ou des électrons un par un. Ceux-ci sont détectés un par un sur l'écran placé après les fentes de Young : on observe alors que ces impacts forment petit à petit la figure d'interférences. Selon des lois classiques concernant les trajectoires de ces corpuscules, il est impossible d'interpréter ce phénomène.
L'interprétation quantique du phénomène est la suivante (voir chapitre suivant: quelques éléments de mécanique quantique): le quantum émis prend un état superposé lors du franchissement de la plaque : |quantum passe par S1> + |quantum passe par S2> (voir Notation bra-ket). De la fonction d'onde résultante, on peut déterminer pour chaque point de la plaque la probabilité que le quantum y soit détecté. On peut démontrer que la distribution des probabilités suit la figure d'interférence. Autrement dit, le quantum passerait par les deux fentes à la fois, et interfèrerait avec lui-même.

Densité de probabilité d'un électron au passage des deux fentes
La figure ci-contre montre l'évolution de la fonction d'onde d'un électron au passage des deux fentes. Les niveaux de gris représentent la densité de probabilité de présence de l'électron. La taille réelle de l'électron est en fait bien plus petite que sa zone de probabilité de présence (en forme de cercle) initiale. On voit nettement que l'électron "interfère avec lui-même": les franges d'interférences sont bien visibles aux sorties des deux fentes (l'électron possède aussi une certaine probabilité de "rebondir" et de former également une figure d'interférence vers l'arrière).



Destruction de la figure d'interférence: éclairons maintenant les trous pour voir à travers lequel passe chaque électron. Problème de la mesure.
Ce n'est donc pas le choc des électrons qui les guide au bon endroit, mais on pourrait se dire qu'il suffit de regarder, électron par électron comment se fait-il que l'électron (ou le photon) interfère avec lui-même? Quand un électron passe par le trou A, on verra un éclair proche du trou et symétriquement pour le trou B. Si un électron se coupe en deux, on observera deux éclairs simultanés. Que voit-on? On constate que chaque électron passe par un trou et un seul et que jamais un électron ne s'est coupé en deux (on n'observe jamais deux éclairs simultanés). On peut même retracer, électron par électron par quel trou s'est fait le passage. On ne voit alors pas comment le résultat pourrait être différent de la somme des deux courbes correspondant chacune au bouchage d'un trou. Chaque électron est bien passé par un trou ou par un autre, nous l'avons vu. En effet, la courbe est bien conforme à ce que nous attendons, elle est la somme des deux courbes! Le fait d'avoir modifié le dispositif a changé le résultat et les franges d'interférence ont disparu. Les électrons se comportent dans ce cas comme des particules.


Destruction de la figure d'interférence
Le résultat net de l'expérience est qu'on détecte bien que le photon passe soit dans la fente de droite, soit dans la fente de gauche, mais alors la figure d'interférence disparait : le photon n'est plus dans un état superposé suite à la mesure. La détection du photon dans l'une des fentes provoque un "effondrement de la fonction d'onde" et de l'état superposé. Autrement dit, toute tentative de savoir de quel côté le quantum est passé ne permet plus d'obtenir des interférences.
L'expérience de Young permet donc également de mettre en évidence le problème de la mesure quantique. Ce problème est que les lois quantiques ne prévoient pas directement cet effondrement, et qu'il n'existe donc pas de définition objective et rigoureuse de ce qu'est une "mesure" (voir traitement complet de ce problème dans les articles Chat de Schrödinger et Problème de la mesure quantique).
A l'heure actuelle, des développements sur le sujet permettent de réaliser des expériences très similaires sur des objets de plus en plus volumineux, comme les atomes, les molécules, les condensats de Bose-Einstein.
En particulier, on a observé des interférences avec des molécules de fullerène.3 Ces expériences démontrent que la vision purement corpusculaire de la matière n'est pas satisfaisante avec des objets de plus en plus gros, d'où la question récurrente de la dualité onde-corpuscule en physique quantique.


2-3) En conclusion de ce chapitre 2 on peut dire que cette expérience renferme l'essentiel du mystère du comportement quantique.
Les électrons se comportent tantôt comme des ondes, tantôt comme des particules. C'est ce que Bohr appelait la "complémentarité". Cela ne dit pas être entendu comme la complémentarité de deux aspects coexistant, comme le serait, par exemple la description d'un cylindre par ses projections circulaires et rectangulaires. Elle implique une exclusion, chaque aspect se manifestant au détriment de l'autre. Aucun objet habituel ne se comporte de cette manière. Comme le dit Feymann: "On peut se demander comment ça marche vraiment. Quel est le mécanisme en oeuvre en réalité? Personne ne connaît aucun mécanisme. Personne ne peut vous donner de ce phénomène une explication plus profonde que la mienne - c'est à dire une simple description."

Pour Bohr: "De même que le concept de relativité exprime que tout phénomène physique dépend essentiellement du système de référence qui sert à l'encadrer dans l'espace et le temps, de même le concept de Complémentarité est un symbole de la limitation, fondamentale, en physique atomique, de notre représentation habituelle de phénomènes indépendants des moyens d'observation".


En 1927 Bohr précise:
" en d'autres domaines de la connaissance nous rencontrons des situations rappelant ce que nous connaissons en physique quantique...
Ainsi l'intégrité des organismes vivants et les caractéristiques de la conscience des individus autant que celle des cultures humaines présentent des traits d'un tout, qui impliquent pour en rendre compte un mode de description complémentaire"
Bohr se réfère souvent à Möller un psychologue-philosophe qui écrit à propos d'un étudiant cherchant en vain un emploi :
" Mes spéculations sans fin m'interdisent d'arriver à quoi que ce soit. Qui plus est j'en viens à penser à ma propre pensée de la situation où je me trouve. Et même je pense que j'y pense et je me scinde en une suite infiniment régressive de "moi" qui se scrutent les uns les autres. Je ne sais sur quel moi me fixer, comme étant le moi effectif et de fait au moment même de m'arrêter à l'un d'eux il est encore un autre moi qui s'y arrête. Je m'y perds, et j'en ai le vertige, comme à plonger du regard dans un abîme insondable et je retire de mes méditations une migraine abominable..."



Bohr se réfère également aux travaux de James ( psychologue) qui définit lui aussi un concept de complémentarité:
" ...chez certaines personnes la conscience globlale susceptible d'exister peut éventuellement se scinder en parties qui coexistent tout en restant dans l'ignorance mutuelles les unes par rapport aux autres...et se répartissent entre elles les objets de connaissance.
Accorder un objet à l'une des consciences c'est par là même le soustraire à l'autre ou aux autres. Si l'on excepte un certain fond commun comme la capacité d'user du langage etc...ce dont le moi supérieur a connaissance le moi intérieur reste ignorant et vice versa"



Oppenheimer généralisera:
" La compréhension de la complémentarité de la vie consciente et de son interprétation physique me parait un élément permanent de l'intelligence humaine et l'expression exacte des vieilles conceptions connues sous le nom de parallélisme psychophysique...
Car la vie consciente et ses relations avec la description du monde physique offrent encore bien d'autres exemples
relation entre les faces intellectives et affectives de nos vies...entre la connaissance ou l'analyse et l'émotion ou le sentiment...
relation entre l'esthétique et l'héroïque...entre le sentiment et l'obligation morale qui précède et définit l'action...
relation entre classique entre l'auto-analyse, la détermination de ses mobiles et de ses fins personnels et ce libre arbitre cette liberté de décision et d'action qui lui sont complémentaires...
Être affecté par la crainte ou la gaieté, être ému par la beauté, prendre un engagement ou une détermination, comprendre quelque vérité autant de modes complémentaires de l'esprit humain...
Tous sont partie intégrante de la vie spirituelle de l'homme...
aucun ne peut remplacer les autres... et lorsque l'on fait appel à l'un les autres sont en sommeil...
La fécondité et la diversité de la physique, celles plus considérables de l'ensemble des sciences de la nature, la richesse plus familière mais encore étrange et infiniment plus grande de la vie de l'esprit humain, accrues par des moyens complémentaires, non immédiatement compatibles et irréductibles l'un à l'autre sont plus qu' harmonieuses,
elles sont éléments de la peine de l'homme et de sa splendeur, de sa débilité et de sa puissance, de sa mort, de son existence éphémère et de ses immortels exploits..."


Le philosophe et scientifique Lupasco va plus loin...
pour lui le problème vient que l'homme reste marqué par la la logique classique marquée par la notion d'objet et par le principe de non contradiction...
Or cette logique binaire n'arrive pas à rendre compte de l'infinie diversité du Réel...
pour lui l'antagonisme est à la base de tout...
et l'univers est par nature contradictoire...
Pour lui le comportement quantique est fondamental... car au fond des choses dans la mesure où il est la loi des phénomènes microscopiques à la base de l'Univers...

Il refuse la logique classique du oui ou du non, pour lui seule une logique du tiers inclus peut rendre compte de la réalité
Actualisation- Potentialisation- état t ...
l'actualisation est ce que l'on mesure...
la potentialisation ce qui existe... et qui n'est pas pris en compte
t l'équilibre entre les deux... l'état auquel on doit arriver
Nicolescu ( physicien) introduit dans le schéma précédent la notion de niveau de Réalité ... qu'il ne faut pas confondre avec le niveau de représentation des choses ou d'organisation.
le niveau de réalité correspond à des systèmes qui restent invariants sous l'action d'une loi: exemples l'échelle des particules, l'échelle de l'homme ou encore l'échelle des planètes
ainsi ce qui est contradictoire à un niveau 1 ( onde-corpuscule, séparabilité-non-séparabilité) peut être unifié au niveau 2 avec l'état t ( comme le montre le triangle ci dessous...
unification par le haut en quelque sorte...)


En conclusion, je pense que cette complémentarité représente l'aboutissement de la "fin des certitudes" dans la pensée humaine, un retour à la complémentarité corps-esprit (Jésus n'a-t-il pas dit "rend à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu").
Nietzsche a écrit "Dieu est mort"... La désacralisation semble être "accomplie", le matérialisme se croît triomphant en ce début de "l'ère du Verseau". Rien n'est moins sûr. La précipitation des évènements mondiaux et personnels, l'augmentation de la violence et de l'absurde montrent peut-être que la complémentarité dont parle Bohr n'est pas bien assimilée et comprise???

Prochain article: Les limites de la connaissance 6) Réalisme et monde quantique
6-2: éléments de physique quantique
Revenir en haut Aller en bas
http://monblogdereflexions.blogspot.com
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 10 Nov 2011 - 17:07

merci pour cet article, et il a l'avantage de citer les différentes références de ceux qui se sont penchés sur la physique quantique...

laisse-nous le temps de lire, avant d'en poster un autre, c'est déjà dense et complexe !

scratch

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 22 Jan 2012 - 8:02

Et si on acceptait le monde tel qu'il est ?

"Les physiciens Arkadiusz Jadczyk et Philippe Blanchard ont développé une extension de la Théorie Quantique en terme d'Evènements, abrégée EEQT (Event Enhanced Quantum Theory), qui a le double intérêt à mes yeux:
- de rendre la mécanique quantique plus accessible à l'intuition, en la repositionnant dans un cadre classique où l'on travaille sur des évènements au lieu de particules,
- de la rapprocher de la théorie du chaos, la seule théorie à l'heure actuelle qui permet de bien saisir le "comment ça marche" des propriétés créatives de l'univers. Un tel rapprochement me paraît fondamental pour résoudre la question majeure de l'action hypothétique de l'observateur sur la réalité.

On entend souvent dire "L'observateur crée sa propre réalité", mais ceci est une interprétation totalement erronée de la mécanique quantique, qui a d'ailleurs donné lieu à la dérive idéologique et spirituelle (et dommageable, je le crains) du mouvement New-Age.
Même si l'on peut dans une certaine mesure considèrer que l'univers est une co-création de l'ensemble des "unités de conscience" qui le peuplent, le mécanisme par lequel cette co-création advient est bien loin de se ramener à quelque chose d'aussi simple que "prendre ses désirs pour des réalités (le piège)", pour parler crûment.

L'univers est évidemment bien plus subtil, et il faut saluer les efforts d'Arkadiusz Jadcyk en particulier, un physicien très prolifique en matière de publications internationales à comité de lecture (en français, on pourra consulter ce document où elle est citée et commentée, ou simplement consulter sa page web universitaire), en faveur d'une physique avancée, une physique de l'information où le futur est déjà réalisé et où la conscience de l'observateur fait peu à peu une digne entrée, via notamment les dimensions supplémentaires de l'espace.

La raison pour laquelle je consacre cette page à la TQE est que je suis tombé sur le texte suivant qui est une vulgarisation extrapolative de cette théorie dans laquelle j'ai retrouvé mes propres intuitions (en tant que spécialiste de la théorie du chaos), sur notamment comment les choses pourraient bien se passer en matière de création de la réalité par nos observations:
<
La matière/énergie telle quelle "préfère", semble-t-il, l'état chaotique.

La matière/énergie telle quelle n'a pas même un concept de "création" ou "d'organisation". C'est la conscience qui donne vie à ces concepts et par son interaction avec la matière, elle pousse l'univers soit vers le chaos et la dégénérescence, soit vers l'ordre et la création.

Ce phénomène peut être mis sous forme de modèle mathématique et simulé sur un ordinateur utilisant la Théorie Quantique des Evènements. Est-ce que la Théorie Quantique des Evènements donne un modèle fidèle de l'interaction de la conscience avec la matière ? Nous ne le savons pas. Mais il y a des chances pour que ce soit le cas, parce qu'elle semble décrire les phénomènes plus correctement que la mécanique quantique orthodoxe ou ses théories rivales (Mécanique Bohmienne, GRW, etc).

Ce que nous apprenons de la Théorie Quantique des Evènements peut être dit simplement comme suit:

Appelons notre univers matériel "le système". Le système est caractérisé par un certain "état". Il est utile de représenter l'état du système par un point dans un disque. Le point au centre du disque, son origine, est l'état de chaos. Nous pourrions aussi le décrire comme "potentiel infini". Les points sur le bord représentent les "purs états d'être", c'est à dire des états de "connaissance pure, non floue". Entre les deux il y a des états mitigés. Plus l'état se rapproche du bord, plus pur et plus "organisé" il est.

Un "observateur", une "unité de conscience", extérieur, se fait une idée - peut-être exacte, peut-être fausse, peut-être entre les deux de l'état réel du système, et observe le système avec cette "conviction" au sujet de son état. L'observation, si elle se prolonge, a pour résultat que l'état du système "saute". C'est dans ce sens qu'on crée sa propre réalité; mais comme toujours, le diable est dans le détail.

Les détails sont que l'état résultant de l'observation du système peut être plus pur ou plus chaotique, cela dépend de la "direction" du saut. La direction du saut dépend de l'objectivité de l'observation: dans quelle mesure l'observation est proche de la réalité de l'état.

D'après la Théorie Quantique des Evènements, si les attentes de l'observateur sont proches de l'état réel du système, le système saute, le plus souvent, vers un état plus organisé, moins chaotique.

Si d'autre part les attentes de l'observateur sont proches de la négation de l'état réel (c'est à dire quand les convictions de l'observateur sont plus proches du faux que du vrai par rapport à l'état REEL - la réalité objective) alors l'état du système va sauter vers un état plus chaotique, moins organisé. En outre, ce saut prendra, selon la règle, beaucoup plus de temps.

Autrement dit, si la connaissance de l'observateur à propos de l'état réel, est proche de la vérité, alors l'acte d'observation et de vérification en lui-même provoque promptement un saut et l'état résultant est plus organisé. Si la connaissance de l'observateur à propos de l'état réel est fausse, alors cela prend en général très longtemps pour provoquer un changement dans l'état du système, et l'état résultant est plus chaotique.

Ce que cela signifie c'est que de l'ordre peut être tiré du chaos grâce à l'observation de ce chaos tel qu'il EST et non pas en prétendant qu'il en est autrement.

En résumé, celui qui "croit" en la possibilité de "créer une réalité" différente de ce qu'elle EST, augmente le chaos et l'entropie. Si vos convictions sont perpendiculaires à la vérité, même si elles sont inébranlables vous êtes fondamentalement en conflit avec la vision que l'univers a de lui-même, et je peux vous assurer que ce n'est pas vous qui allez gagner. Vous attirerez la destruction sur vous-mêmes et sur tous ceux qui se livreront avec vous à ce genre d'exercice de "bras de fer" avec l'univers.

D'autre part, si vous êtes capable de voir l'univers comme il se voit lui-même, objectivement, sans cligner les yeux et en l'acceptant, vous vous alignez alors sur l'énergie créatrice de l'univers et votre propre conscience devient un transducteur d'ordre. Votre énergie d'observation, accordée de manière inconditionnelle, peut apporter l'ordre dans le chaos, peut créer à partir d'un potentiel infini.>>

Ceci est à ce jour et à mes yeux la plus séduisante interprétation vulgarisée qu'il m'ait été donné de lire à propos des implications à notre échelle humaine du problème du "réalisme" posé par la mécanique quantique."

Source: http://fr.sott.net/articles/show/6586-La-Theorie-Quantique-des-Evenements

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
thomasson
Jeune pousse
Jeune pousse


Masculin Bélier Cochon
Messages : 6
Date d'inscription : 10/11/2011
Age : 70
Localisation : aix les bains

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 22 Jan 2012 - 8:55

Je prends connaissance avec plaisir de cette vision de la théorie quantique, qui m'intéresse. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://monblogdereflexions.blogspot.com
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Lun 3 Sep 2012 - 11:12

des choses intéressantes au niveau de la science quantique de J.Bousquet que j'aime beaucoup:

http://www.arsitra.org/yacs/files/article/38/introduction_conscience.pdf

Elle arrive assez bien à relier les approches scientifique et spirituelle Wink






_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 26 Déc 2013 - 7:22

Avec un peu de retard, petit cadeau pour Noël: normal le père Noël a pris un coup de vent (envoyé sur Mars), un chercheur qui propose une théorie assez nouvelle mais intéressante:

http://www.journaldunaturel.com/on-ne-peut-pas-eliminer-linfini.html

Nassim Harameim est intervenu au Congrès « Science et Applications informationnelles et Quantiques » d'Agde en mai 2011. Il avance que le proton, au cœur de l'atome... est un trou noir.

Miriam Gablier : Vous êtes un autodidacte, comment avez vous fait votre entrée dans le monde de la physique ?

Nassim Haramein : J'ai abandonné l'école à l'âge de 16 ans. Donc je suis un « drop out » ! (rire) Mais avec ma connexion avec la nature, j'ai eu l'intuition qu'il y a une organisation à la base de la réalité qui n'est pas perçue. J'ai alors étudié la physique passionnément, pendant 10 ans. Et comme je n'étais pas dans un contexte académique, je ne perdais pas de temps à apprendre des sujets inutiles. J'habitais dans un camping car et pendant une période de 5 ans, je n'ai fait que de la recherche et de la varap. C'était comme une soif profonde et je me sentais très clair. Par moment, je travaillais presque 20 heures par jour. Puis j'ai commencé à faire des découvertes, et j'ai cherché un moyen d'avoir des fonds. Quelqu'un, qui avait fait de la recherche sur la géométrie, a commencé à m'aider. Sa condition était que je participe aux congrès de physique et que je parle aux physiciens. Donc j'ai fait ça. Et j'ai rencontré des murs. Mais j'ai développé une certaine compassion pour la difficulté des chercheurs, qui ont passé presque 50 ans à penser d'une façon, à changer de point de vue ! (rire) Il faut voir qu'en fait, ma théorie élimine une bonne portion de la théorie quantique. Donc je ne suis pas toujours très populaire, même dans les milieux alternatifs où ils aiment la théorie quantique.

MG : Qu'avez vous découvert ?

NH : Tout d'abord, j'ai réalisé que les compréhensions qu'on a en physique n'ont pas de base pour expliquer la réalité. Si vous demandez d'où vient le monde, un curé va vous répondre : « C'est dieu qui l'a fait », et un physicien : « Ca vient du Big bang ». On a, à peu près le même niveau d'information. Ca ne dit rien. Et si on pose des questions fondamentales comme d'où vient la masse ? D'où vient l'énergie ? On n'a pas de réponse. Mais si on comprend d'où vient l'électricité, peut être qu'on peut créer de l'électricité sans avoir à détruire notre environnement ! Si on comprend d'où vient la masse, peut être qu'on peut créer des champs gravitationnels, parce que la masse créée la gravité. Et si on contrôle les champs gravitationnels, on peut voyager dans notre univers de façon un peu plus sophistiquée. On est dans une approche très masculine de la physique. Pour les voyages spatiaux, on construit des cylindres phalliques, avec une petite cabine en haut et beaucoup d'agents explosifs. Alors ça explose très fort pour aller pas très loin ! (rire) Et puis une autre chose d'étrange, c'est ce besoin de trouver « la » particule fondamentale. Ils ont investi 13 billions de dollars dans l'accélérateur à Genève pour ça. On veut un univers fini. On veut trouver l'élément le plus petit et l'élément le plus grand, sans qu'il n'y ait plus rien après. Mais, on peut voir très simplement en géométrie qu'on peut continuer à diviser un espace à l'infini.

MG : C'est intéressant cette notion d'infini omniprésent.

NH : Oui, ma théorie est basée sur le concept qu'on ne peut pas éliminer l'infini. Si on regarde un point, disons, un atome, on peut trouver un point subatomique, puis un point sub-sub atomique et un point sub-sub-sub atomique... Tous les concepts spirituels sont basés sur la notion d'infini. Il vaut mieux alors comprendre la structure de la division plutôt que d'essayer de trouver une division finale. Et si l'univers peut être divisé à l'infini ça veut dire que chaque point est un trou noir et que chaque point a une infinité d'information. Et si il y a une infinité d'information, il y a une infinité de masse. Et donc la masse qu'on rencontre c'est une masse partielle parce qu'il y a toujours une infinité de masse à l'intérieur. L'univers est infini. Notre univers est dans un plus gros univers, qui est dans un plus gros univers et il faut lâcher le concept qu'on va trouver une fin à quelque chose, ou un début. Il faut comprendre la structure, la relation entre la limite de l'univers, avec la limite d'un quazar, avec la limite d'une galaxie, d'un système solaire, d'une planète, d'une cellule, d'un atome, qui sont tous en relation ensemble. Et on retrouve à chaque niveau les deux polarités entre l'infini et le contenant. Et je montre que les deux sont compatibles, la limite et l'infini, que l'un demande l'autre et vice versa.

MG : Il y aurait donc un montant infini d'énergie dans l'univers ?

NH : Si ce que je dis est vrai, ça veut dire que toute l'information, tous les points dans l'univers et dans le multivers sont présents dans chaque point. Ca implique que chaque atome est une porte vers l'infini et qu'il est en contact avec tous les atomes de l'univers. Oui, ça veut dire qu'il y a un montant infini d'énergie. Et que c'est vraiment ridicule de dire : « Il n'y a pas assez d'énergie, il faut qu'on se batte pour l'avoir. » J'ai fais des expérimentations qui soutiennent l'idée que l'hyperespace contient de l'énergie, qu'on peut obtenir cette énergie et qu'on peut contrôler les champs gravitationnel. On pourrait passer d'une civilisation qui pense qu'il y a un manque d'énergie à une civilisation qui réalise qu'il y a de l'énergie partout et de sérieux montant d'énergie ! L'univers est abondant, pas déficient. Et une fois qu'on a le contrôle sur la gravité, on peut explorer l'univers.

MG : Vous avez reçu un prix...

NH : Le dernier papier scientifique que j'ai publié prouve mathématiquement que le proton, le nucléide d'un atome, est un trou noir. Ce papier a gagné une médaille, « best paper award », à CASYS en Belgique (Computing Anticipatory Systems) dans la section de physique. Ca a fait beaucoup de bruit et je me suis aussi pris des tomates. Mais là, il y a un physicien russe qui vient de publier un papier, juste quelques mois après moi qui montre que l'électron est un trou noir aussi. Il a aussi gagné un prix pour son papier. On commence à développer une compréhension de l'atome comme un système de petites infinités qui orbitent les unes avec les autres et qui créent notre monde.



Interview de Nassim Haramein par Miriam Gablier, journaliste.


-------------------------------


http://resonance.is/event/la-physique-du-champ-unifie/

Nous sommes composés d’atome qui sont composés de Proton et vous nous dites que le proton est un trou noir?
Comment pouvons nous ne pas être réduit à néant, puisque nous sommes composés de protons?
Si le proton est un trou noir et si le trou noir avale tout, nous devrions nous désintégrer!

Intervenant:
Marc Mistiaen

Si je considère votre question de manière simple et anthropocentrique, cela pourrait être: Si nous sommes composé de trous noir, nous devrions nous désintégrer immédiatement!
La première incompréhension provient de la nature d’un trou noir: si le trou noir avale tout, pourquoi ce tout ne comprend pas la gravite?
On voit donc que cette phrase ou idée n’est pas correcte.
Le trou noir ne détruit pas tout mais est un système hautement organisé. Voir les travaux (récents) de Wheeler.

De plus, le trou noir agit a très courte distance: je prends un exemple concret, et réel, donc facilement vérifiable.
Le trou noir situé au centre de notre galaxie Saggitarius A ( eh oui, comme par hasard, situé au centre de notre galaxie! ) a un rayon de 120 UA: c’est donc un trou noir colossal… or, notre galaxie n’est pas avalée par ce trou noir!
L’étoile S2 est elle même située a une distance de 120 UA de Saggitarius A… sans être avalée.
Nous avons donc un exemple concret.

Si je place ces valeurs a l échelle du proton, ( comme le rapport entre le rayon du trou noir et la distance Sag. A et S 2 est identique ) on peut dire qu’a un rayon du proton ( je prends le rayon du proton Muonique puisque c’est la nouvelle valeur officielle Codata) soit 0.8775*10 exp-13 cm, l’ effet du trou noir du proton ne se fait certainement plus sentir sinon S2 serait avalée…
On a calculé que l effet du trou noir du proton ne se fait sentir que jusqu’à 10 exp-33 cm … voila la raison pour laquelle le proton n’avale pas tout.

La seconde incompréhension provient de la nature du proton et de la force forte, cette force qui confine les protons dans le noyaux. Sans l’explication d’un proton trou noir, le confinement ne s’explique pas: on a inventé une force, que l’on a appelée “force forte” qui vaudrait +- 38 fois la gravite… On n’en sait pas beaucoup plus.
Avec le proton trou noir, il y a tout ce qu’il faut pour expliquer cette force ( c’est évidement fait ) et le fait qu’elle agisse a très courte distance ( potentiel Yukawa ) explique non seulement comment le proton s’organise, mais aussi qu’il n’avale pas tout.

Tout ceci avec des projections et des dessins pour les conférences. Ce sera encore plus simple et plus clair pour tout le monde!

Nassim Haramein (né en Suisse à Génève, le 20 Novembre 1962) est un conférencier autodidacte et multidisciplinaire, il s’intéresse notamment à l’astrophysique, à l’histoire, à la philosophie et à la spiritualité. Il est connu pour ses recherches en physique et pour l’élaboration d’une théorie unifiée de la structure de l’univers (grande théorie du champ unifié, Grand Unified Field Theory – appelée aussi métrique de Haramein-Rauscher), élaborée de concert avec la physicienne Elizabeth Rauscher.
Il est depuis 2003 le chef du Resonance Project, une organisation à but non-lucratif dans laquelle il oeuvre en tant que Directeur de Recherche. Cette fondation a réalisé un film de 4DVD à propos des idées de Haramein, film intitulé : »Crossing the Event Horizon : Rise to the Equation ».

Affirmations

Haramein affirme que sa théorie explique l’origine du spin, qu’il définit comme une torsion de l’espace-temps (« a spacetime torque »). Il affirme que ses modifications des équations de champ d’Einstein, auxquelles il incorpore la torsion et la force de Coriolis aux dynamiques du plasma, interragissant avec un vide polarisé et géométriquement structuré, produisent une théorie unifiée des champs. Ce travail établit un nouveau paradigme dans le monde de la théorie quantique puisqu’il décrit le noyau d’un atome comme un mini trou noir (où les protons et neutrons s’attirent les uns les autres par gravité au lieu d’utiliser l’interaction forte). Cette nouvelle approche radicale du quantum produiraient une unification des forces et des valeurs prédites et correctement mesurées pour les nucléon d’atomes.

Ainsi, il a développé avec Elizabeth Rauscher une loi d’échelle pour la matière organisée, qui caractérise toute la matière depuis l’échelle subatomique jusqu’à l’échelle galactique et universelle comme étant des trous noirs de différentes dimensions. Sa théorie unifiée des champs et d’organisation fractale de l’espace font partie de son concept d’Univers Holo-fracto-graphique. Ses recherches sur « Le Proton Schwarzschild » ont été déposées auprès de la Université de Liège et lui ont valu le prix contravorsé du « Best Paper Award » dans le domaine de la physique, de la Mécanique quantique, de la relativité et de la théorie des champs et gravité.

Dans ses vidéos sur internet, il aborde des sujets variés comme les agroglyphes (ou « cropcircles »), ainsi que, dans ses 4 DVD, l’Arche d’Alliance de la Bible, les Templiers, la tombe de Jesus, La kabale et l’arbre de vie. En effet, Haramein note que certaines des géométries auquelles il se réfère dans ses théories ont aussi été trouvées dans les ruines d’ancienne structures aussi bien que dans les cropcircles actuels. Et de proposer une nouvelle perspective en Histoire des religions sur la base des hypothèses de l’existence du « Tetragrammaton » : un objet ultrapuissant aux forces électromagnétiques résidant dans un boîtier en or connu sous le nom Arche de l’Alliance."


Bonnes fêtes de fin d'année à tous

Paix et joie dans vos coeurs

Myriam

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 1 Jan 2014 - 7:34

Un peu d'astrophysique pour commencer...

http://wingmakers.exprimetoi.net/t7p25-cosmologie-astrophysique

Bonne année 2014 à tous, qu'elle fasse se réaliser ce qui vous tient à cœur...et surtout qu'elle amène paix et joie dans vos foyers ainsi que la santé Smile

Merci à l'univers de continuer sa route miraculeusement, d'avoir laisser fleurir la vie ici et là pour le bonheur d'exister en dépit des conditions difficiles !

 sunny sunny sunny 

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 29 Mar 2014 - 20:17

Nassim Haramein...

http://www.wikistrike.com/article-la-theorie-de-l-univers-connecte-de-nassim-haramein-revele-une-source-d-energie-potentiellement-infi-117718442.html

http://fr.scribd.com/doc/134867439/Nassim-Haramein-Conference-FR

 Suspect 

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sedna
Résident
Résident
avatar

Féminin Taureau Serpent
Messages : 330
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 64
Localisation : Alpes de Haute Provence

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Dim 30 Mar 2014 - 14:21

hello
c'est passionnant !

je vais imprimer le tout .. pour lire tranquillement et mettre du fluo

merci
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Sam 1 Nov 2014 - 11:14

Physique quantique remise en cause...mais plutôt des théories complémentaires ? ce niveau de perception est si éloigné de nos perceptions humaines Smile


http://vivrevouivre.over-blog.com/la-physique-quantique-remise-en-cause-par-la-double-nature-corpusculaire-et-ondulatoire-de-la-mati%C3%A8re

cyclops

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mar 20 Jan 2015 - 21:01

"Giacomo Maurio d’Ariano soutient que le « champ quantique » ne forme pas une unité inséparable, un continuum unifié, mais qu’il se compose de parties discrètes et discontinues nommées des pixels quantiques : « imaginer que l’Univers, la réalité sont discontinus, discrets, signifie que ce ne sont pas seulement les particules, mais bien l’espace tout entier qui est issu des pixels quantiques : autrement dit, les pixels ne sont pas « dans l’espace », ils « sont » l’espace."

http://ovnis-direct.com/ovnis-lemergence-dun-nouveau-paradigme.html

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sedna
Résident
Résident
avatar

Féminin Taureau Serpent
Messages : 330
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 64
Localisation : Alpes de Haute Provence

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Mer 21 Jan 2015 - 23:48

merci ..c'est un peu dur pour ma petite intelligence mais le peu que je capte c'est intéressant
et ça m'interesse
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3425
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   Jeu 17 Sep 2015 - 12:00

Encore du Nassim Harameim



à contre-courant, mais passionnant Smile

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La théorie quantique...nouvelle perception du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
La théorie quantique...nouvelle perception du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit de Rencontre Rhône Alpes :: PARTAGEONS... :: Science et Physique quantique-
Sauter vers: