AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réflexions sur la non-dualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3470
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Réflexions sur la non-dualité   Sam 21 Jan 2012 - 11:56

Réflexions sur la non-dualité:

"Vacuité et libération...

La conscience est sans cesse collée à son objet, c'est la nature même de cet "objet". La nature de la conscience est de connaître "quelque chose". Et pas d'illusion, même chez le sage, la conscience continue de coller à son objet parce qu'il en est de la nature des choses. Il n'y a pas, je le répète, de conscience consciente d'elle-même, comme il n'y a pas de lumière s'éclairant elle-même. Simplement, dans le fonctionnement commun, la conscience, emprisonnée dans des schémas, ne perçoit que certains objets et en oublie un. Et il ne peut être vu que lorsque ces schémas inconscients n'apparaissent plus et ne viennent plus orienter la perception, ou, dit d'une autre façon, lorsque la conscience elle-même ne bondit plus elle-même, assoiffée, et "forcer" sa nature... Et cet objet, c'est la vacuité.

Il faut comprendre que la vacuité est perçue, et qu'elle est la manière véritable d'exister des objets. Elle s'applique à tout: aux objets matériels, à la pensée, à l'émotion, à la sensation, à la conscience, au nirvana, au samsara, à l'ignorance ou la libération, à l'amour, à la compassion, etc... Et à la vacuité elle-même. Donc, tout est vide y compris la vacuité, et donc, au fond, bien que tout apparaisse et disparaisse, la vacuité est l'ultime objet auquel la conscience va coller, connaître, reconnaître.

Cette vacuité est exactement à l'endroit des choses, (elle n'est pas la nature des choses mais leur manière d'être) et est en quelque sorte la transparence des choses (et de soi), la vision du Passer éternel, de l'impermanence, etc... La vacuité est donc la vérité ultime des phénomènes (et tout est phénomène), non un ÊTRE ultime. Elle n'est donc nullement "l'objet" d'une transcendance qui nous élève au-delà du monde phénoménal interdépendant, qui nous en extrait. C'est juste que par elle, la totalité du monde conditionné, et qui continuera éternellement à l'être, est libéré "de l'intérieur", si on peut dire, à son endroit même, par l'aspect illusoire et magique que la vacuité lui confère. La vacuité est la manière de voir des enfants, qui n'ont pas je ne sais quelle vision mystique mais la vision transparente des choses, infiniment vivante et passante.

Mais nous devons, sur cette voie, faire attention: la vacuité n'est pas l'objet d'une réalisation mystique, "personnelle". Elle n'est pas une transcendance, elle serait même la fin de toute connaissance... Au fond, elle est l'évacuation de toute opinion ou savoir à propos de ceci et cela, l'impossibilité de connaître un objet (physique ou subtil) en soi-même, et ne saurait elle-même faire l'objet d'une croyance particulière (qui serait elle-même vide). Elle signe donc le retour apaisé au fonctionnement normal de la conscience, du corps. La conscience continue de connaître ses objets en s'y fixant (la conscience est consciente "en tant que" ceci et cela) mais au coeur de l'expérience se situe un apaisement, le fonctionnement est fluide, glisse, la fixation de la conscience dure le temps d'une étincelle et réintègre le fleuve au long cours...

La libération, notamment celle dont le Bouddha a fait état, n'est pas une transcendance, une réalisation mystique d'une conscience universelle, une réalisation intérieure "à part" du monde objectif, d'un Soi inconditionné, mais la libération d'un homme et d'un fonctionnement global par la vision de la nature réelle des choses, et de soi. Là où était l'emprisonnement se trouve la liberté; là où était le réel se trouve l'illusion, là où est l'illusion se trouve la réalité. Les montagnes redeviennent des montagnes...Mais vraiment, et seulement. Et vivantes.

Alors il ne s'agit pas d'extase, d'absorption, de réalisation extraordinaire, mais de voir vraiment les choses telles qu'elles sont. C'est un chemin et une pratique. Et une joie. Et une résolution, celle de l'unité "cosmique" en multiplicité apaisée, de l'être et du non-être en Apparence universelle."

source:
http://nondualite.canalblog.com/archives/2012/01/18/23275460.html

scratch

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexions sur la non-dualité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit de Rencontre Rhône Alpes :: PARTAGEONS... :: Spiritualité - Philosophie - Métaphysique - Psychologie-
Sauter vers: