AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mer 18 Nov 2009 - 20:53

Bonsoir,

Je vous transmets un article un peu long trouvé sur Spiritpartage, mais je trouve utile de le lire, car nous n'échapperons pas aux :


OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE

par Marc-Alain DESCAMPS


Bien des personnes veulent avoir une vie spirituelle. Il s’agit d’une recherche de l’intériorité dans la dimension de la profondeur, une découverte de son essence, une plongée vers l’unité. Elle peut être menée dans le cadre d’une religion, comme autrefois où elle a été illustrée par tous les grands mystiques Catholiques, Orthodoxes, Hindous, Soufis, Bouddhistes ...
Mais actuellement cela peut se dérouler hors du cadre de toute religion, dans la quête de la dimension du Sacré et de la découverte du Divin à l’intérieur de soi. Assez souvent, cette recherche prend assise sur des pratiques selon une
voie traditionnelle, hors d’une religion : Soufisme, Yoga, Taï chi, Zen, Bouddhisme tibétain, Hésychasme, méditation, retraite, pèlerinage, prière chrétienne …
Mais que l’on soit seul ou dans un groupe, les pièges sont nombreux et bien des personnes stagnent ou se découragent. Il existe en effet dans l’homme deux niveaux : la réalisation spirituelle et le nettoyage psychologique de la personnalité et de son inconscient par une psychanalyse. Et comme ils sont indépendants, l’un ne devrait pas aller sans l’autre.

A. Les premiers obstacles

Un certain nombre d’obstacles peuvent être évités, une fois qu’ils sont reconnus.

- Les dissuasifs. Bien des gens traitent de tous ces sujets, alors qu’ils n’ont, de toute évidence, aucune vie spirituelle. Ils ne parlent et n’écrivent des livres ou des revues sur les dangers que pour dissuader d’y entrer et par conséquent pour se justifier de ne pas y entrer. Au lieu de nier ouvertement la voie spirituelle, ils se contentent de présenter quelque chose de frelaté sous ce nom. Une connaissance livresque dans ce domaine ne suffit pas, il convient d’en avoir une expérience authentique.

- Les tartuffes. Comme dans toutes les religions, on trouve aussi dans la spiritualité des hypocrites, qui veulent en tirer profit en donnant le change.
Combien de savants intellectuels savent parler avec éloquence, d’après leurs seules lectures, de ce qu’ils ignorent complètement. Ils excellent à traiter de la mystique comparée et leurs discours sur les mérites des voies de l’Orient et de l’Occident (ou leur mélange) sont très à la mode. Mais il en a toujours été ainsi, le Lama Brug-pa écrivait déjà au Tibet au XVème siècle : « Un maître authentique est plus rare que l’or, les charlatans plus nombreux qu’un nid de fourmis ».

- Les paresseux. Ils sont tombés dedans dans leur enfance et se laissent porter, victimes de la routine, de l’inertie et de leur paresse. Entrée à cinq ans chez les Religieuses, Sainte Gertrude de Hefta déclarait « avoir à 20 ans aussi peu de souci de son âme que de la crasse de ses pieds ». Combien d’autres s’endorment dans une routine monotone et désuète. C’est la voie des tièdes ou médiocres, contents d’eux-mêmes sans élan, sans ferveur et sans intensité. (Luc XII, 40)

- Les satisfaits d’eux-mêmes. Ces narcissiques, souvent jeunes, ont mal compris la formule « que tout est déjà là » (Tathâgatagarbha). Et ils attendent que tout arrive instantanément, sans travail et sans effort. Oui, tout est déjà là en nous, mais en potentialité, comme le chêne est dans le gland. (Mais un gland n’est pas un chêne). Cela ne doit point nous épargner une vie de recherche, de sacrifice et de progression et ce n’est qu’au bout du chemin à la fin d’une vie que nous pourrons réaliser qu’en effet la statue était déjà dans le bloc de bois ou de
pierre.

- Les champions sportifs. D’autres n’explorent ces domaines qu’au titre du «Développement personnel ». Ils veulent tout savoir et se développer au maximum.
Ils veulent être les meilleurs : les champions du monde de la spiritualité puisqu’ils ont traversé absolument toutes les voies et connaissent tout. Ils sont pleins de curiosité et d’entrain, mais tout est au service de leur égo.

- Les clients du supermarché du spirituel. Ce monde du voyage intérieur est devenu un marché où l’on trouve toute une série de machines et de gadgets pour aller plus vite, sans effort, automatiquement. On trouve à acheter des musiques new age, des encens et odeurs planantes, des bougies hopi, des gongs, des lunettes flashantes de l’intérieur, des casques pour sorties hors du corps, des water-beds, des piscines de l’extase, des sauts à l’élastique, ou des voyages au désert pour écouter un bavard faire ses trois conférences par jour …


B. Les impasses

Le problème principal est que la spiritualité est une superstructure, elle ne vient qu’en dernier et coiffe l’ensemble de la personne humaine, par conséquent tout se transpose en elle. En particulier tous les défauts et les problèmes psychologiques (psychanalytiques, psychopathologiques et psychiatriques) vont se transposer tels quels dans sa vie spirituelle et mener à choisir une voie qui aille dans le sens de ses défauts et permette de ne pas changer. On a ainsi trouvé une justification divine à ses travers.

Par exemple :
- Celui qui vit dans l’indifférence, car il est coupé de ses sensations, va choisir la voie du détachement. Rien ne lui est plus facile, car il n’arrive pas à se décider et il se moque de tout. A coté se trouve aussi la voie du Renoncement ouverte à tous ceux qui sont en dépression ou simplement déprimés.

- La voie de l’humilité est prise par celui qui vit dans la dépréciation, le mépris, la haine de soi ; (« Je ne vaux rien parce que mon papa est mort quand j’avais dix ans, ou a divorcé ou est parti … Donc je ne mérite pas mieux »).

- La mort de l’égo est un thème qui plaît beaucoup à tous ceux qui se haïssent eux-mêmes et sont suicidaires. Faute de tuer leur corps, ils sont d’accord pour faire le sacrifice symbolique de leur moi-égo. Mais ceux qui ont des problèmes psychotiques d’identité et ne savent plus qui ils sont, peuvent aussi choisir ce masque justificatif.

- L’instable qui ne peut rien construire (famille, travail, insertion
municipale) ou celui qui détruit aussitôt ce qu’il vient de construire, car il s’ennuie dans le succès, va adopter la voie de l’errant (beatnik, vagabond, pèlerin …). Il fait le tour du monde sur son bateau ou du désert sur son chameau. Il ne peut pas s’attacher, donc il se croit libre.

- L’agoraphobe, au contraire, qui a peur des autres et de l’organisation de la vie va devenir ermite. Il ne rêve que de rester toute sa vie dans sa cellule ou dans sa grotte. Il médite tout seul et ne s’occupe que de lui-même dans un profond égoïsme, heureux dans la clôture du couvent qui le couve.

- Le claustrophobe qui a peur d’être enfermé ou mis en prison, va devenir le moine prêcheur itinérant. Il va développer tout un discours apologétique sur « l’Ouvert » par opposition au fermé, au clos.

- Les masochistes (et les sadiques car on ne peut pas les séparer, unis dans leur sadomasochisme) ont eu d’extraordinaires justifications dans les siècles précédents avec tous les raffinements des ascèses, jusqu’à se croire un saint (ou une sainte) parce qu’il (ou elle) se flagelle deux fois par jour. Mais les variétés des mortifications et tortures ont été quasi-infinies. Ainsi les anorexiques sont passées inaperçues dans la glorification des jeûnes.

- Le dominateur puissant et orgueilleux transpose sa volonté de puissance sur l’Ordre religieux dont il devient vite le Général, ne travaillant désormais que pour le bien de l’Ordre. Et les narcissiques ressentent toute atteinte à leur Ordre comme une blessure narcissique.

- Les délirants ont toute latitude pour développer un extraordinaire système religieux (hérétique on non), ou écrire leurs livres de conversations avec Dieu, les anges, les esprits des morts ou des extragalactiques conducteurs d’OVNI ... Mais comme l’écrit Freud (L’avenir d’une illusion), c’est le mérite de toutes les religions d’éviter la peine de s’inventer un délire individuel en entrant directement dans un grand délire collectif.

- Ceux qui vivent un éclatement de leur personnalité (Spaltung) ont des lambeaux de leur inconscient qu’ils ne reconnaissent plus ou parfois des personnalités multiples. Ils entendent des voix, ont des apparitions, des visions, des hallucinations, des transes, des phénomènes de possession ... Ces messages
de leur inconscient, ils les nomment intuitions, prémonitions, guide intérieur.
Ils voient des synchronicités partout, ils ont l’impression d’avoir déjà vécu cela, d’être déjà venus en ces lieux, d’y avoir été dans une autre vie.
Certains confondent leurs pulsions avec « le maître intérieur ».
On peut d’ailleurs se poser la question de savoir s’il y a une transposition ou une simple translation, alors qu’il faudrait une sublimation. Ces problèmes psycho-spirituels sont étudiés dans « La psychanalyse spiritualiste ».


C. Les pièges

Avant de vouloir grimper sur les sommets, il serait peut-être plus avisé de commencer par se nettoyer. Pour se connaître mieux et consolider les bases, on peut faire une psychanalyse ou une bonne psychothérapie analytique. De toute manière c’est un travail que l’on n’évitera pas car s’il n’a pas été fait de façon préalable, il s’abordera dans la voie traditionnelle. Mais ce qui sera occupé à ce nettoyage ne sera pas disponible pour la progression spirituelle.

Par exemple, ceux qui suivent la voie du Zen sans préparation vont revivre d’abord leurs conflits pendant les longues séances de méditation dont certains sortiront en pleurs par apitoiement sur soi-même, alors que d’autres, à cause de leur agressivité, sentiront leur colère grandir au fil des séances pendant des années.

Dans les méditations le piège le plus courant est de confondre le sommeil et l’état de vacuité. On croit que l’on médite bien car l’on entre dans un état de somnolence ou une inertie mentale (de type Tamasique selon le Yoga) surtout si l’on croit que l’on peut méditer dans un bon fauteuil. Le Zen qui connaît bien ce défaut ramène à la vigilance avec un coup de bâton (kyusaku) sur les muscles trapèze. Puis l’on peut utiliser des trucs auto-hynotiques, comme d’osciller sans cesse d’avant en arrière, de balancer la tête de droite à gauche ou de pratiquer une révulsion des yeux …

La notion de vide est souvent utilisée de façon insidieuse à
partir d’un certain bouddhisme pour justifier le nihilisme occidental, alors que le Bouddha a toujours polémiqué contre les nihilistes. La Vacuité orientale est la Plénitude dont sortent toutes les Formes. Dans l’esprit il faut par les méditations atteindre le vide mental, ou silence des pensées, pour entrer après dans la Claire Lumière et ne faire qu’un avec le Bouddha.

Après peut venir ce que les Pères du Désert ont nommé l’acédia. Il s’agit d’une désaffection et d’une perte de motivation qui pouvait atteindre les moines après de longues années de pratique. Sans doute ce que l’on connaît actuellement comme le break down ou le blow up des milieux humanitaires.

De plus en plus d’Américains, puis d’Européens, publient des livres pour faire savoir à l’univers qu’ils ont atteint l’Eveil, qu’ils n’ont plus d’égo et que l’on peut désormais s’inscrire à leurs stages. Leur expérience est souvent un simple moment de joie où ils se sont sentis bien, en soudaine harmonie avec tout leur milieu. Le malheur est que cela vient après une période de dépression, appelée évidemment « nuit obscure ». Et les psychiatres ne voient en cela qu’une structure maniaco-dépressive, maintenant dite bipolaire.
Le dernier piège, et le plus insidieux, est d’avoir une expérience ou une réalisation et de croire que c’est l’expérience suprême et ultime. Alors que dans la spiritualité il y a toujours à progresser. Comme le demandait le Sutra du Lotus « il faut aller par l’Au-delà, dans l’Au-delà de l’Au-delà, vers l’Au-delà de l’Au-delà de l’Au-delà … ».
Le pire des pièges en ces domaines est de faire profession de Gourou dans son ashram. Les plus critiqués ont été Rajnesh/Osho et Hamsananda à Castellane avec ses statues. Un fondateur de secte est souvent une personnalité paranoïde et s’il ne l’est pas au début, sa position au sommet de la pyramide va le conduire à devenir paranoïaque. Sa névrose va l’amener à faire son profit personnel de l’argent, du sexe de son harem, du pouvoir, des honneurs et de l’Adoration. Lui n’a pas de conversation avec Dieu, il est Dieu. Il est vrai que dans ces domaines, on rencontre des forces colossales qui peuvent provoquer une inflation de l’égo (« la grosse tête ») où l’on ne peut plus supporter les autres. Il ne faut pas confondre charisme et sagesse ; les deux niveaux sont, hélas, indépendants.

Le critère d’une expérience spirituelle authentique ou mutation réussie est le résultat (comme dans une expérience de mort imminente) : en est-on devenu plus patient, humble, modeste, à l’écoute des autres, compatissant, généreux, sachant que la seule chose importante sur terre est de vivre dans l’amour désintéressé et de faire le plus de bien possible autour de soi ?

Conclusion

La conclusion ne peut être qu’un élargissement à tous les auteurs qui ont déjà apporté de l’aide dans la guidance spirituelle pour cette quête vers le meilleur de soi-même. Ils ont montré qu’existent l’Eveil, la Réalisation, l’Union avec le Divin, l’Etat non-duel …

L’éducateur donne ses connaissances, le guide se donne lui-même. Le guide est celui qui répare nos frustrations, libère du karma, du mental, de l’égo et transmet son niveau de Conscience et de Lumière.

Krishnamurti (1895-1986) en proclamant que « la vérité est un pays sans chemin » a eu comme unique souci, la libération totale et inconditionnelle de l’homme.

Il la trouve dans la psychologie et l’étude attentive des conditionnements que nous nous créons sans cesse. La révolution du silence permet par une vision pénétrante de rendre son esprit ouvert comme un ciel sans nuage.

Jack Kornfield en publiant en 2000 « Après l’extase, la lessive » a fait le relevé de tous les défauts des grands maîtres spirituels américains. Et le même livre pourrait être écrit sur bien des noms célèbres de France et d’Europe.
Monter dans la spiritualité, sans avoir amélioré psychologiquement sa personne est de plus en plus scandaleux, selon le proverbe africain « Plus le singe monte haut, plus il montre son derrière ». Mais il ne faudrait surtout pas conclure de son livre que, parce qu’ils ont des défauts, ils ne peuvent plus nous aider. Il y a encore des Mystiques, des Eveillés, de grands Spirituels, mais ils se reconnaissent à ce qu’ils se cachent ou restent discrets.

Pir Vilayat Inayat Khan (1916-2004) apprenait toujours à voir tous les êtres non tels qu’ils sont, mais tels qu’ils seraient s’ils étaient devenus ce qu’ils auraient du être.

Marie-Magdeleine Davy (1903-1998) a passé sa vie à prévenir que « la voie de l’intériorité est remplie de méandres et d’illusions ». Pour explorer l’homme du dedans, il faut éviter le cœur dur, durci et endurci. L’appel du dedans n’est donné qu’à ceux qui ont le goût du silence et du mystère dans un état de liberté. Celui qui a éprouvé la morsure de l’Absolu sait de connaissance certaine qu’il lui est impossible de lui échapper. L’homme essentiel est toujours seul à habiter avec lui-même (habitare secum), mais en présence d’un être de lumière, on se sent toujours meilleur.

Lilian Silburn (1908-1993) dans Les voies de la mystique et Le maître spirituel dénonce dans son chapitre « de l’incompétence à l’imposture » le passage de l’erreur spirituelle à la faute des pseudo-guides. En distinguant la montagne, le sentier et la carte, on peut décrire les marchands du temple qui vendent une montagne qu’ils ne connaissent pas, ceux qui n’ont pas besoin de partir car ils sont déjà arrivés, les cartographes qui n’ont que la carte d’un pays inconnu où ils ne sont jamais allés, ceux qui se souviennent à peine de leur brève ascension, celui qui, parvenu au sommet sans pouvoir en redescendre, ne peut aider personne et enfin le bon guide qui va au sommet quand il veut, a la carte et connaît le sentier.

Ma Ananda Moyi (1896-1982) incarnation de la joie divine demandait de vivre toujours dans la joie et de fuir la tristesse comme son ennemi.

Ammatchi (1953) dans sa précieuse rencontre fait vivre l’amour divin …

Un vibrant hommage et une profonde gratitude sont dus à tous ces êtres merveilleux qui ont tellement apporté dans la vie spirituelle.

Références

Davy Marie-Madeleine, Encyclopédie des mystiques, Payot, 1996.
Descamps, M-A. La psychanalyse spiritualiste, Desclée de Brouwer, 2004
Guyon J-M. Ma vie, Dervy livres, 1983
Kornfield, Jack, Après l’extase la lessive, La table ronde, 2001
Krishnamurti, J. La première et dernière liberté, Stock, 1954
Silburn Lilian, Les voies de la mystique, Hermès 1, Les deux océans, 1981
Silburn Lilian, Le maître spirituel, Hermès 3, Les deux océans, 1983
Vigne Jacques, Eléments de psychologie spirituelle, Albin Michel, 199

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mer 18 Nov 2009 - 23:55

Oups je ne l'avais même pas encore lu sur Spirit Partage, mais c'est vrai qu'il est bien cet article.

Merci Myriam




_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mar 24 Nov 2009 - 18:33

Oui, cet article remet les pendules à l'heure...et un bon nettoyage au niveau psychologique est je pense un préalable à un travail d'ordre spirituel, du moins cela va ensemble, d'abord se guérir de ses traumatismes...pour pouvoir vraiment rayonner de son amour:

j'ai retenu en particulier cette phrase:

Myriam a écrit:

Le critère d’une expérience spirituelle authentique ou mutation réussie est le résultat (comme dans une expérience de mort imminente) : en est-on devenu plus patient, humble, modeste, à l’écoute des autres, compatissant, généreux, sachant que la seule chose importante sur terre est de vivre dans l’amour désintéressé et de faire le plus de bien possible autour de soi ?

Voilà la question à se poser me semble-t-il ?

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mar 24 Nov 2009 - 19:04

Bonsoir Myriam

C'est bien sûr à cela qu'il faut tendre mais il faut tout d'abord un nettoyage des vieilles mémoires obsolètes qui se rejouent sans cesse, tout d'abord en prendre conscience, je pense que c'est le début du travail, ensuite on peut s'aider avec des outils (prières, rayons, actes symboliques, etc).
C'est constamment qu'il faut nettoyer dans le Pardon.

Afin de faire de plus en plus le bien autour de soi il est important d'apprendre à voir l'autre comme soi-même.
Se reconnaître soi-même en l'autre, reconnaître la divinité partout, en tout.


_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Christalain
Modérateur
avatar

Masculin Lion Chèvre
Messages : 151
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 50
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mer 25 Nov 2009 - 20:11

Bonsoir Myriam et Plume,

Je vous rejoins dans vos commentaires au sujet des pièges de la vie "spirituelle". La guérison psychologique est souvent éludée au profit d'une contemplation des "maitres ascensionnés". Et une interprétation fallacieuse du mantra "je n'ai rien à faire". Cela donne l'illusion d'une élévation, mais qui n'est finallement que superficielle. Dès que lon gratte le vernis, tout s'écroule et les traumatismes refoulés refont surface. Contemplation et méditation peuvent être utiles, mais surement pas suffisantes seules.

C'est d'ailleurs le double-programme d'Un Cours miracles: Augmenter sa foi et sa confiance en la divinité tout en nettoyant parallèlement ses croyances et mémoires. Cet aspect est ingras : c'est "mettre les mains dans le cambuis". Et beaucoups préfèrent refermer le couvercle, vaincus par le peur.

La citation que tu as retenue Myriam est très juste, on reconnait un arbre à ses fruits. Et en plus des qualificatifs employés, j'ajouterais que les premiers critères révélateurs d'une avancée spirituelle significative sont la paix et la joie. Car ce sont les attributs de notre vraie nature.

Bonne soirée.
Alain
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org/
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Lun 30 Nov 2009 - 18:07

Oui, notre vrai nature la paix et la joie, cela me fait penser à cette phrase toute simple mais si juste que j'ai trouvé dans "les 4 accords toltèques" que je viens de lire:

"Notre tendance humaine naturelle est de jouir de la vie, de jouer, d'explorer, d'être heureux, d'aimer." Don Miguel Ruiz

Et sinon que propose Un cours miracles concernant le nettoyage de ses mémoires si c'est "résumable" ?

Bien à vous,

Myriam

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Résident
Résident
avatar

Féminin Cancer Cochon
Messages : 439
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 46
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Lun 30 Nov 2009 - 23:39

Le Cours en Miracles donne des outils pour repenser le monde différemment. Il invite à regarder de près nos anciennes façons de fonctionner basées sur des pensées de séparations d'avec la source divine et d'avec nos frères et soeurs pour les transformer en une vision juste : celle du monde tel qu'il est réellement. En ce monde réel, nous pouvons connaitre notre véritable identité : nous ne sommes ni blessés ni vulnérables, ni coupables ni victimes d'un passé quelconque mais complétement innocents et libres dans un infini présent, au sein de notre perfection, capables d'étendre la Vérité. Je dirais que le Cours invite à regarder tout ce qui est du monde de l'illusion (blessures, souffrances, attaques, défenses, conflits, malentendus, rancunes) pour bien comprendre qu'il s'agit ici d'illusions et que la seule réponse par rapport à cela est le PARDON. Poser le pardon, c'est regarder ce qui est VRAI, et le vivre, enfin, éternellement...

Face à la blessure, je reconnais que je suis invulnérable et qu'il ne s'est rien passé...

Face à l'attaque, je reconnais l'innocence de mon frère, son appel à l'amour et encore mon invulnérabilité...

Face aux souffrances, je reconnais que ma réalité est la joie et que c'est ce que le divin désire pour moi...que je vis dans un rêve, un théâtre et que rien ne peut atteindre mon état intrinsèque de grandeur et de perfection...

Face aux malentendus, je reconnais que mon frère et moi ne faisons qu'UN ; que nous sommes lui et moi tout aussi divins...que reconnaitre sa divinité, c'est reconnaitre la mienne...et qu'ainsi, nous nous rappellons ensemble de notre source...

Le Cours invite aussi à travailler sur les sentiments d'indignité, nous rappellant que l'illusion est de ne pas reconnaitre qui l'on est réellement.
Voilà, quelques éléments de réponses...en attendant qu'alain passe par là...
Revenir en haut Aller en bas
Christalain
Modérateur
avatar

Masculin Lion Chèvre
Messages : 151
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 50
Localisation : Ici

MessageSujet: 4esprit   Mar 1 Déc 2009 - 11:43

Bonjour Myriam,

En effet, c'est une question à laquelle il n'est pas facile de répondre en quelques lignes, même si Sandrine (merci à elle) a déja donné des éléments pertin...nents dans l'esprit du Cours.
Je me penche sur la question, a bientot !
Alain

Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org/
Christalain
Modérateur
avatar

Masculin Lion Chèvre
Messages : 151
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 50
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mar 1 Déc 2009 - 18:36

Le Cours en miracles ne parle pas vraiment en terme de « nettoyage de mémoires » mais plus généralement de guérison. Il y a en fin de compte un seul traumatisme, une seule « mémoire à nettoyer » : celle de la croyance primordiale en la séparation d’avec Dieu . Elle est à l’origine de toutes les autres formes de croyances : la dualité, culpabilité...et la panoplie de ses blessures (abandon, rejet, indignité…ect), qui elles-même alimentent l’ego, un sacré cercle vicieux !.

Le but n’est pas d’amener les mémoires à la conscience (les « cauchemards » selon le cours) pour en valider la réalité, mais au contraire les dissiper pour les illusions qu’elles sont. « C'est un avantage de faire venir les cauchemars à la conscience, mais seulement pour enseigner qu'ils ne sont pas réels et que tout ce qu'ils contiennent est in-signifiant. Le guérisseur non guéri ne peut pas faire cela parce qu'il ne le croit pas ».

C’est là qu’intervient la notion de miracles, d’instants Saints….tous ces moments ou l’on remet entre les mains du Saint –Esprit (le seul guérisseur), toutes ces mémoires, toutes nos souffrances, après les avoir regardé en face et non pas refoulées. « Donner un problème au Saint-Esprit à résoudre pour nous, cela signifie que l’on veux qu'il soit résolu. Le garder pour nous-même à résoudre sans Son aide, c'est décider qu'il devrait rester en suspens, irrésolu, et garder un pouvoir durable d'injustice et d'attaque. »

Evidement, dit comme cela, cela paraît trop simple. Mais une fois encore, c’est « in-résumable » car toutes les idées qui concourent à la guérison sont interdépendantes, et on ne peut qu’éffleurer le sujet. De plus, simple ne veut pas dire facile. La foi, carburant de la guérison s’augmente par la bonne volonté, le désir intense de guérir de notre condition « d’endormis ». « Demandes (sincèrement) et tu recevras » reste la base, quelque soit les outils de guérison choisis !

Il faut juste préciser que le Cours décrit autant un processus psychothérapique que spirituel « au sens classique du terme », il est donc tout à fait indiqué pour le « nettoyage » des mémoires, sauf que sa méthode est radicale, et prend le problème « a sa source » si je puis dire : Ce monde n’est pas réel, et nos blessures non plus…C’est notre croyance en elles qui semblent les rendre réelles…

Après, on accroche ou pas...


Christalain
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org/
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mar 1 Déc 2009 - 19:53

Merci en tout cas d'essayer de nous éclairer, et bien sur que la lecture du livre me semble plus sûr pour appréhender la démarche...j'avais d'ailleurs l'impression que la souffrance semblait refoulée...

La démarche de voir en face nos travers, de les accepter pour ce qu'ils sont permet de les dépasser, et peut-être se rendre compte qu'ils sont pure illusion...cela me fait penser à Krishnamurti qui enseignait de devenir la souffrance pour la dissoudre :

Une compréhension spontanée
« Nous ne disons jamais : « Voyons ce qu’est cette chose qui souffre. » Et on ne peut pas voir en se forçant, en se disciplinant. Il faut regarder avec intérêt avec une compréhension spontanée. Et alors on s’aperçoit que ce que nous appelions souffrance, douleur, et que nous cherchions à éviter ou a discipliner, que tout ce processus a disparu. Tant que je ne suis pas en relation avec cette souffrance comme si elle était extérieur à moi, le problème n’existe pas. Dès que j’établis un rapport entre elle et moi, comme si elle m’était extérieure à moi, le problème existe. Tant que je considère ma douleur comme une chose extérieure – « Je souffre parce que j’ai perdu mon frère, parce que je n’ai pas d’argent, à cause de ceci ou de cela » -, j’établis une relation entre elle et moi et cette relation est fictive. Mais si je SUIS elle, si je vois ce fait, tout est transformé, tout a un autre sens. Car je suis dans un état d’attention totale, d’attention intégrée, et ce qui est complètement considéré est complètement compris et dissous, et par conséquent le mot souffrance n’existe plus. »...

Krishnamurti
Le livre de la méditation et de la vie

Pour moi, nos blessures peut-être irréelles mais ressenties comme réelles, sont à transmuter, à dissoudre par le cœur...et ce n'est pas si simple à réaliser...

Vous souhaitant une belle soirée

Myriam

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Christalain
Modérateur
avatar

Masculin Lion Chèvre
Messages : 151
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 50
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Mar 1 Déc 2009 - 21:52

Merci Myriam, j'aime bien Krishnamurti et "sa vérité sans chemin"...
Voici un autre éclairage au sujet des mémoires, de David Hoffmeister, un enseignant éveillé du Cours en miracles:

" Q : Vous dites qu'il n'y a rien à pardonner, et ça semble être une idée sympathique. Cependant il y a des situations que je passe en revue dans mon esprit qui me semblent vraiment nécessiter un pardon. Comment est-ce-que je les libère ?

D : Dans toutes les situations possibles le Saint-Esprit voit l'ensemble du tableau. Le Saint-Esprit ne fragmente pas la scène en d'un côté ceux qui ont été maltraités, et de l'autre ceux qui ont agi d'une façon blessante. Ces mémoires qui se manifestent proviennent de la croyance qu'il est possible d'être blessé par quelque chose d'autre que par votre propre esprit et par vos propres pensées, par quelque chose d'extérieur à “vous”. Peu importe que la blessure semble être physique ou juste un coup d'oeil ou un regard. Lorsque ces mémoires surviennent, il est important de voir qu'elles sont des pensées, des pensées d'attaque. Elles ne sont pas nos pensées réelles. Quand vous pouvez voir ces pensées comme des pensées d'attaque, vous avez le pouvoir de les remettre au Saint-Esprit. Si elles ne semblent pas être des pensées, et que vous croyez qu'il y a des personnes qui ont réellement choisi de faire ces choses, le Pardon est impossible. Vous ne pouvez pas pardonner quelque chose qui semble être à l'extérieur de votre propre esprit. Donc, le Saint-Esprit doit d'abord vous entraîner à voir que tout est pensée, que toute maladie est maladie mentale, que toutes rancoeurs sont rancoeurs mentales. Vous ne pouvez pas remettre quelque chose au Saint-Esprit tant que vous ne voyez pas que c'est votre propre pensée et votre propre malperception. C'est un grand renversement, parce que l'esprit est tellement identifié au corps. Il semble que ce corps fait beaucoup d'erreurs, et que les autres corps en font aussi beaucoup. Regarder à travers les lunettes de l'ego est vraiment la seule erreur et lorsque vous abandonnez toutes pensées d'attaque, vous nettoyez les lunettes à travers lesquels vous regardiez. Vous êtes ensuite capables de regarder le monde avec le Saint-Esprit."

source: livre "Un seul Esprit"


Bonne fin de soirée
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org/
Plume
Admin
avatar

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 50
Localisation : In the Universe

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Ven 4 Déc 2009 - 0:47

Christalain a écrit:
Vous ne pouvez pas remettre quelque chose au Saint-Esprit tant que vous ne voyez pas que c'est votre propre pensée et votre propre malperception.

Merci pour cet extrait Christalain, c'est bien en effet une histoire de perception ou plutôt de "malperception", de fausses croyances, qui font rejouer les mémoires.


_________________
La meilleure voie pour chaque être est celle qui vient de sa propre écoute intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   Jeu 14 Juin 2012 - 19:25

Pièges lumineux du New-age:

http://rapsody.unblog.fr/pieges-lumineux/

Tiré de la revue « Undercover » no 3, Septembre 2002.
40 rue Paradis, 76530 Grand Couronne, France
Publié par Joël Labuyère .

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE   

Revenir en haut Aller en bas
 
OBSTACLES, IMPASSES ET PIEGES DE LA VIE SPIRITUELLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit de Rencontre Rhône Alpes :: PARTAGEONS... :: Spiritualité - Philosophie - Métaphysique - Psychologie-
Sauter vers: