AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Krishnamurti, son oeuvre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 12 Déc 2009 - 13:14

Rappel du premier message :

"Le livre de la méditation et de la vie" - Krishnamurti


Un livre excellent d'un auteur que j'aime beaucoup, m'aidant à avancer sur le long chemin de l'éveil, celui de l'âme:


Extrait:


"Il n'y a pas d'entité distincte du désir : il n'y a que le désir, il n'y a pas de sujet qui désire.

Le désir prend des masques différents à différentes époques, selon ses intérêts. Le souvenir de ces intérêts changeants affronte l'inédit, ce qui provoque le conflit, et c'est ainsi que naît celui qui choisit, qui se fonde en entité séparée et distincte du désir.

Mais l'entité n'est pas différente de ses qualités. L'entité qui essaye de combler ou de fuir le vide, l'incomplétude, la solitude, n'est pas différente de ce à quoi elle cherche à échapper : elle est ce vide, cette incomplétude, cette solitude. Elle ne peut pas se fuir elle-même ; tout ce qu'elle peut faire, c'est se comprendre elle-même. Elle est sa solitude, sa vacuité, et tant qu'elle les considère comme étant séparées d'elle-même, elle sera dans l'illusion et les conflits sans fin. Lorsque cette entité fera l'expérience directe du fait qu'elle et sa solitude ne font qu'un, alors seulement pourra disparaître la peur.

La peur n'existe que par rapport à une idée, et l'idée est la réponse de la mémoire en tant que pensée. La pensée est le résultat de l'expérience ; et bien qu'elle puisse méditer sur le vide, avoir des sensations à son propos, elle ne peut avoir la connaissance directe de ce vide. Le mot "solitude", lourd de ses souvenirs de souffrance et de peur, empêche qu'on ait de la solitude une expérience fraîche et neuve. Le mot est souvenir, et lorsque le mot n'a plus d'importance, la relation entre le sujet et l'objet de l'expérience est radicalement différente ; alors cette relation est directe et ne passe plus par le mot, par le souvenir ; alors celui qui fait l'expérience est l'expérience, qui seule libère de la peur."

J. Krishnamurti, Le livre de la méditation et de la vie



_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke


Dernière édition par Myriam le Dim 3 Avr 2011 - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 11 Avr 2013 - 16:44

"La sexualité pose problème car c'est selon toute vraisemblance dans l'acte sexuel que le moi est le plus totalement absent. Dans ces moments-là, on est heureux, parce que la conscience de soi, la conscience du "moi" cesse d'exister ; et le désir de renouveler cette expérience de renonciation au moi qui apporte le bonheur parfait, sans passé ni futur, l'exigence de ce bonheur complet qu'apporte la fusion, l'intégration totale, font que naturellement l'acte sexuel prend une importance extrême. N'est-ce pas exact ? Parce que c'est quelque chose qui me procure une joie sans mélange, l'oubli total de moi, j'en redemande encore et encore. Pourquoi est-ce que j'en redemande ? Parce que partout ailleurs je suis en conflit, à tous les niveaux divers de l'existence, l'ego ne cesse de se renforcer. Sur le plan économique, social, religieux, tout concourt à cet épaississement constant de la conscience de soi qu'est le conflit. La conscience de soi est par sa nature même le corollaire du conflit. Le problème, assurément, ce n'est pas le sexe, mais c'est de savoir comment se libérer du moi. Vous avez goûté à cette saveur d'être, cet étant dans lequel le moi n'est plus, ne serait-ce que l'espace de quelques secondes ; ou l'espace d'une journée - peu importe. Mais là où est le moi, il y a conflit, il y a souffrance, il y a lutte. D'où ce désir perpétuer de renouveler sans cesse cet état où l'on est libérer du moi."

déjà mis Wink mais si éloquent...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sedna
Résident
Résident
avatar

Féminin Taureau Serpent
Messages : 330
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 64
Localisation : Alpes de Haute Provence

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 11 Avr 2013 - 21:35

Et beh ..

c'est une bonne explication ..
C'est pour ça que pour certains ( DSKement parlant cela devient une drogue ..)

je crois tout de même qu'il y a en plus- et surtout ?- une sensation de puissance sur l'autre,
la sensation de le contrôler.. et ça c'est moins joli joli .



Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 13 Avr 2013 - 6:07

oui, contrôler l'autre, le rendre dépendant n'est jamais signe d'amour et encore moins de liberté Wink

"La prière est un calmant qui permet de vivre à l’intérieur d’un enclos psychologique sans éprouver le besoin de le mettre en pièces, de le détruire. Le mécanisme de la prière, comme tous les mécanismes, donne des résultats mécaniques. Il n’existe pas de prière capable de transpercer l’ignorance de soi. Toute prière adressée à ce qui est illimité présuppose qu’un esprit limité sait où et comment atteindre l’illimité. Cela veut dire qu’il a des idées, des concepts, des croyances à ce sujet, et qu’il est pris dans tout un système d’explications, dans une prison mentale. Loin de libérer, la prière emprisonne. Or, la liberté est l’essence même de la religion, dans le vrai sens de ce mot. Cette essentielle liberté est déniée par toutes les organisations religieuses, en dépit de ce qu’elles disent. Loin d’être un état de prière, la connaissance de soi est le début de la méditation. Ce n’est ni une accumulation de connaissances sur la psychologie, ni un état de soumission dite religieuse, où l’on espère la grâce. C’est ce qui démolit les disciplines imposées par la Société ou l’Église. C’est un état d’attention et non une concentration sur quoi que ce soit de particulier. Le cerveau étant tranquille et silencieux observe le monde extérieur et ne projette plus aucune imagination ni aucune illusion. Pour observer le mouvement de la vie, il est aussi rapide qu’elle, actif et sans direction. Alors seulement, l’immesurable, l’intemporel, l’infini peut naître. C’est cela, la vraie religion."

Il me semble que les prières ne peuvent faire de mal, mais elles ne nous libèrent pas pour autant de nos souffrances, au mieux elles nous confortent dans un état d'attente d'un mieux, voir de soumission à je ne sais quel Dieu Smile

c'est mon avis, perso, la seule prière que j'adresse à l'univers, c'est un merci...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sedna
Résident
Résident
avatar

Féminin Taureau Serpent
Messages : 330
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 64
Localisation : Alpes de Haute Provence

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 15 Avr 2013 - 21:28

Myriam a écrit:
oui, contrôler l'autre, le rendre dépendant n'est jamais signe d'amour et encore moins de liberté Wink

"La prière est un calmant qui permet de vivre à l’intérieur d’un enclos psychologique sans éprouver le besoin de le mettre en pièces, de le détruire. Le mécanisme de la prière, comme tous les mécanismes, donne des résultats mécaniques. Il n’existe pas de prière capable de transpercer l’ignorance de soi. Toute prière adressée à ce qui est illimité présuppose qu’un esprit limité sait où et comment atteindre l’illimité. Cela veut dire qu’il a des idées, des concepts, des croyances à ce sujet, et qu’il est pris dans tout un système d’explications, dans une prison mentale. Loin de libérer, la prière emprisonne. Or, la liberté est l’essence même de la religion, dans le vrai sens de ce mot. Cette essentielle liberté est déniée par toutes les organisations religieuses, en dépit de ce qu’elles disent. Loin d’être un état de prière, la connaissance de soi est le début de la méditation. Ce n’est ni une accumulation de connaissances sur la psychologie, ni un état de soumission dite religieuse, où l’on espère la grâce. C’est ce qui démolit les disciplines imposées par la Société ou l’Église. C’est un état d’attention et non une concentration sur quoi que ce soit de particulier. Le cerveau étant tranquille et silencieux observe le monde extérieur et ne projette plus aucune imagination ni aucune illusion. Pour observer le mouvement de la vie, il est aussi rapide qu’elle, actif et sans direction. Alors seulement, l’immesurable, l’intemporel, l’infini peut naître. C’est cela, la vraie religion."

Il me semble que les prières ne peuvent faire de mal, mais elles ne nous libèrent pas pour autant de nos souffrances, au mieux elles nous confortent dans un état d'attente d'un mieux, voir de soumission à je ne sais quel Dieu Smile

c'est mon avis, perso, la seule prière que j'adresse à l'univers, c'est un merci...

très intéressant ! merci !
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 20 Avr 2013 - 12:38

"Bien sûr, les cieux n’existent pas, l’homme les a inventés par espoir, devant sa vie devenue un enfer, un conflit sans fin. De la naissance a la mort, il va et vient pour gagner de l’argent, travaillant sans relâche. Cette vie est devenue tourmente, labeur et lutte répétés. Sa vie a été un conflit tant dans son for intérieur, le domaine psychique, qu’à l’extérieur, dans la société créée par la psyché.

La méditation consiste à vaguer en dehors du monde. Il faut être totalement en dehors du monde, alors il a un sens, et la beauté des cieux et de la terre est toujours présente."

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Dim 20 Oct 2013 - 15:49


Question : Qu’est-ce que la liberté ?

K : De nombreux philosophes ont écrit sur la liberté. Nous parlons de la liberté - celle de faire ce qui nous plaît -, d’avoir le travail qui nous plaît, la liberté de choisir un homme ou une femme, la liberté de lire n’importe quel livre ou bien celle de ne pas lire du tout. Nous sommes libres, et que faisons-nous de cette liberté ? Nous nous en servons pour nous exprimer, pour faire tout ce qui nous plaît. La vie devient de plus en plus laxiste : vous pouvez avoir des rapports sexuels dans un parc ou un jardin publics. Nous jouissons de toutes sortes de libertés, et qu’en avons-nous fait ?

On pense que là où il y a choix, il y a liberté. Je peux me rendre en Italie ou en France, c’est un choix. Mais celui-ci donne-t-il la liberté ? Pourquoi devons-nous choisir ? Si vous êtes très lucide, que votre perception est pure, il n’y a pas de choix. C’est de là que dérive l’action juste. Ce n’est que dans le doute et l’incertitude que nous commençons à choisir. Donc, si vous me permettez de le dire, le choix empêche la liberté. Les états totalitaires n’accordent aucune liberté parce qu’à leur idée, la liberté amène la dégénérescence de l’homme. En conséquence, ils contrôlent, répriment, vous savez ce qui se passe. Donc, qu’est-ce que la liberté ? Se fonde-t-elle sur le choix ? Est-ce de faire exactement ce qui nous plaît ? Certains psychologues disent : si vous ressentez quelque chose, ne le réprimez pas, ne l’entravez pas, ne le maîtrisez pas, mais exprimez-le immédiatement. Nous faisons cela très bien, trop bien. Cela s’appelle aussi la liberté. Est-ce que lancer une bombe est une forme de liberté ?

Voyez à quoi nous l’avons réduite ! La liberté se trouve-t-elle là-bas, ou ici ? Où commencez-vous à la chercher ? Dans le monde extérieur, où vous exprimez tout ce qui vous plaît - la prétendue liberté individuelle ? Ou bien la liberté débute-t-elle intérieurement pour s’exprimer par la suite intelligemment au-dehors ? Comprenez-vous ma question ? La liberté n’existe que s’il n’y a pas de confusion en moi, si du point de vue psychologique et religieux je ne peux être pris à aucun piège - vous comprenez ? Et si je suis dans un état de confusion et de désordre, ne dois-je pas commencer par me libérer de ce désordre avant de parler de liberté ? Si je n’ai pas de relation avec ma femme, mon mari ou quelqu’un d’autre - parce que nos rapports se fondent sur des images - il y a conflit, ce qui est inévitable là où il y a division.

Donc, ne dois-je pas commencer ici, à l’intérieur de moi-même, dans mon esprit, dans mon cœur, afin de m’affranchir totalement de toute crainte, angoisse, désespoir, ainsi que des souffrances et blessures dues à quelque désordre psychique ? Observez tout cela vous-même et libérez-vous en !

Il semble, toutefois, que nous n’en ayons pas l’énergie. Nous allons la chercher chez autrui. Nous nous sentons soulagés en parlant à un psychiatre, en nous confessant, et tout ce qui s’ensuit. Toujours être tributaire de quelqu’un ! Inévitablement, cette dépendance amène le conflit et le désordre.

On doit donc commencer à comprendre la profondeur et la grandeur de la liberté, on doit commencer par ce qui est le plus près de nous, nous-mêmes.

La grandeur de la liberté, de la véritable liberté, sa dignité, sa beauté, résident en soi dès que règne un ordre absolu. Et cet ordre ne s’établit que si nous devenons notre propre lumière.

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 2 Nov 2013 - 8:48

émission radio sur France Culture demain matin Smile

http://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-krishnamurti-avec-francois-favre-2013-11-03

juste arriver à se lever Smile

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 14 Nov 2013 - 22:16

"Rapports humains

Extrait de la causerie de J Krishnamurti à New York City le 24 avril 1971 (source : «L’éveil de l’intelligence» aux éditions Stock. deuxième trimestre 1975 Chapitre 1, pages 77 à 95)

Je voudrais parler des rapports humains, de ce que c'est que l’amour, de l’existence humaine qui comprend notre vie quotidienne, nos problèmes, nos conflits, les plaisirs et les peurs, et cette chose extraordinaire que l’on appelle la mort.

Il me semble que nous devons comprendre, non pas en tant que théorie, ni en tant que concept hypothétique et divertissant, mais plutôt comme un fait réel, que nous sommes le monde et que le monde est nous-mêmes. Ce monde est chacun de nous ; le sentir, être véritablement imprégné de cette compréhension, à l’exclusion de toute autre, entraîne un sentiment de grande responsabilité et une action qui doit être non pas fragmentaire mais globale.

Je crois que nous sommes portés à oublier que notre société, que la culture dans laquelle nous vivons nous a conditionnés, qu’elle est le résultat des efforts du conflit des humains, de la souffrance, de la misère humaine. Chacun de nous est cette culture, la communauté est chacun de nous. Nous ne sommes pas séparés. Sentir ceci non pas comme une notion intellectuelle, comme un concept, mais en vivre véritablement la réalité, nous entraîne à examiner la question de ce que sont les relations humaines ; par ce que notre vie, notre existence même est fondée sur ces relations. Notre existence est un mouvement qui se poursuit dans le sein de ces relations, et si nous ne comprenons pas ce qu’elles impliquent, nous arriveront inévitablement non seulement à nous isoler, mais à créer une société où les être humains seront divisés non seulement nationalement ou religieusement, mais encore dans leur vie intérieure, et c’est pourquoi ils projettent ce qu’ils sont dans le monde extérieur.

Je ne sais pas si vous avez suffisamment examiné cette question par vous-même, a fin de découvrir si l’on peut vivre avec un autre être dans une harmonie totale, un accord total, de façon qu’il n’y ait aucune barrière, aucune division, mais un sentiment d’unité complète. Ce mot «relation» implique que nous sommes reliés - non pas dans nos actions, dans nos projets, dans une idéologie, mais reliés totalement dans ce sens que la division, se morcellement qui existe entre individus, entre deux êtres humains, n’existe plus à aucun niveau.

Faute de comprendre ces relations, il me semble que, quand nous nous efforçons d’établir théoriquement ou techniquement un ordre dans le monde, par force non seulement nous en viendrons à créer de profondes divisions entre l’homme et son prochain, mais nous serons incapable d'empêcher la corruption. Celle-ci commence avec le manque de rapport réels ; c’est là, me semble-t-il, la racine même de la corruption. Nos relations, telles que nous les connaissons actuellement, sont le prolongement d’un état de division entre les individus.
La racine primordiale de ce mot «individu» signifie «indivisible». Un être humain qui n’est pas divisé, fragmenté en lui-même, est véritablement un individu.

Mais la plupart d’entre nous ne le sommes pas. Nous nous figurons l’être, et c’est pour cela qu’il y a une opposition entre l’individu et la communauté. Non seulement il nous faut comprendre le sens donné par le dictionnaire à ce mot «individualité», mais il faut en pénétrer le sens profond d’après lequel il n’y a plus de fragmentation aucune. Cela veut dire une harmonie complète entre l’esprit, le coeur et l’organisme physique. Alors seulement l’individu existe.

Si nous examinons nos rapports actuels les uns avec les autres, qu’ils soient intimes ou superficiels, profonds ou passagers, nous voyons qu’il y a toujours fragmentation. La femme ou le mari, le jeune homme ou la jeune fille, chacun vit sa propre ambition, ses buts personnels et égoïstes, enfermé dans son propre cocon. Tous ces éléments contribuent à la construction d’une image en soi-même, tous nos rapports avec autrui passent à travers cette image et, par conséquent, il n’y a aucune relation réelle directe.

Je ne sais pas si vous avez conscience de la structure de la nature de cette image que chacun construit autour de soi et en lui-même. Cela se fait à chaque instant, et comment peut-il y avoir des relations avec autrui quand existent cette élan personnel, cette envie, cette esprit de compétition, cette avidité, et toutes ces forces qui sont entretenues et exagérées dans notre société moderne ? Comment pourrait-il y avoir des relations avec un autre si chacun de nous et lancé à la poursuite de sa propre réussite personnelle, de son propre succès ? Je ne sais pas si nous avons conscience de tout ceci. Nous sommes ainsi conditionnés que nous l’acceptons comme étant chose normale, le modèle Mme de la vie, chacun de nous devant poursuivre ses propres particularités, ses propres tendances, et néanmoins s'efforcer d’établir des relations avec autrui. N’est-ce pas là ce que nous faisons tous ? Vous êtes peut-être marié, et vous allez au bureau ou à l’usine ; quoique que vous fassiez pendant la durée de la journée, c’est cela que vous poursuivez. Et votre femme est chez elle, ayant ses propres ennuis, en proie à ses propres vanités, avec tout ce qui se passe autour d’elle. Et qu’elles sont alors les relations existant entre ces deux être humains ? Au lit, dans leur vie sexuelle ? Des relations tellement superficielles, limitées et circonscrites ne sont-elles pas en elles-mêmes l’essence de la corruption ?

On peut se demander : comment vous proposez-vous de vivre si vous n’allez pas au bureau, si vous ne poursuivez pas votre propre ambition, vos propres désirs d’atteindre ou d’aboutir ? Si l’on ne fait rien de tout cela, que peut-on faire ? Il me semble que ceci est une question absolument fausse. N’êtes-vous pas du même avis ? Par ce que nous sommes préoccupés, n’est-ce pas, de susciter un changement radical dans la structure même de notre esprit. La crise n’est pas dans le monde extérieur elle est dans notre conscience elle-même. Tant que nous n’aurons pas compris cette crise profondément et non selon les idées de quelques philosophes, mais jusqu’au moment où véritablement nous comprendrons par nous-mêmes en regardant en nous-mêmes, en nous examinant nous-mêmes, nous serons incapables de provoquer un tel changement. C’est la révolution psychologique qui nous préoccupe, et cette révolution ne peut se produire que s’il y a des relations justes entres les êtres humains."

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Dim 23 Fév 2014 - 19:41

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas poster un texte de K...et rien que les premiers mots sont criants de vérité et la "vanité" humaine toujours remise à sa place, c'est toujours une leçon d'humilité que de s’imprégner de ces écrits profondément...


"Vous n’êtes rien. Vous avez beau avoir un nom et un titre, des biens et un compte en banque, la puissance et la célébrité, tous ces écrans protecteurs ne vous empêchent pas de n’être rien.


Pourquoi emmagasinons-nous la flatterie et l’insulte, la blessure et l’affection ? Sans cette accumulation d’expériences et de leurs réponses, nous ne sommes pas ; nous ne sommes rien si nous n’avons pas de nom, d’attachement, de croyance. C’est la peur de n’être rien qui nous pousse à accumuler ; et c’est cette peur, consciente ou inconsciente, qui, en dépit de nos efforts pour accumuler, provoque la désagrégation et la destruction. Si nous pouvons avoir conscience de cette peur, alors c’est la vérité qui nous libère de cette peur, et non le désir et nos efforts pour nous en libérer.

Vous n’êtes rien. Vous avez beau avoir un nom et un titre, des biens et un compte en banque, la puissance et la célébrité, tous ces écrans protecteurs ne vous empêchent pas de n’être rien. Vous pouvez n’avoir aucune conscience de ce vide, de ce néant, ou vous pouvez simplement ne pas vouloir en prendre conscience ; mais il est là, quoi que vous fassiez pour lui échapper. Vous pouvez essayer de fuir cela par mille subterfuges, par la violence personnelle ou collective, par l’adoration individuelle ou collective, par l’étude ou les plaisirs ; mais que vous dormiez ou que vous soyez éveillés, il est toujours là. Vous ne pouvez entrer en contact avec ce néant et sa peur qu’en prenant conscience, lucidement et sans choix, de tous les subterfuges que vous utilisez pour le fuir. Vous n’êtes pas relié à ce néant comme une entité distincte, séparée ; vous n’êtes pas l’observateur qui le scrute ; sans vous, le sujet pensant, l’observateur, il n’est pas. Vous et le néant ne faites qu’un ; vous et le néant constituez un unique phénomène, et non deux processus distincts. Si vous, le sujet pensant, avez peur de lui et vous approchez de lui comme d’une chose hostile et opposée à vous, tout ce que vous pourrez entreprendre dans sa direction vous conduira inévitablement à l’illusion et à de nouveaux conflits et à d’autres souffrances. Lorsqu’il y a la découverte, la révélation de ce néant qui est en vous, alors la peur — qui n’existe que lorsque le penseur est distinct de ses pensées et essaie ainsi d’établir des relations avec elles — tombe et disparaît complètement. C’est alors seulement qu’il est possible à l’esprit d’être immobile ; et dans cette tranquillité, la vérité se fait jour."

J. Krishnamurti Commentaires sur la vie Tome 1, Chapitre 39 L’autodéfense

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Sedna
Résident
Résident
avatar

Féminin Taureau Serpent
Messages : 330
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 64
Localisation : Alpes de Haute Provence

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Dim 23 Fév 2014 - 22:48

ouh la la ... ça fait l'effet d'un direct au menton .. Shocked 
je vais aller me coucher avec la peur au ventre..

Lorsqu’il y a la découverte, la révélation de ce néant qui est en vous, alors la peur(....)tombe et disparaît complètement.

C'est possible de développer un peu plus cette partie positive ?? Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 24 Fév 2014 - 6:14

Code:
Ce n'est pas ce qu'écrit K qui génère la peur, c'est notre peur de disparaître, il nous renvoie à nos propres peurs...

Le corps physique nous donne l'impression d'être un être à part entière, certes, mais au niveau de l'esprit, n'est-ce pas différent ? lorsqu'on échange entre amis sur des sujets "sérieux", on finit par se rendre compte qu'il ne fait qu'un, un seul esprit...

Ce que dit K rejoint le texte de J.Y Leloup  dans un sens ? si on nous enlève tout, que reste-t-il ?
On s’identifie tellement à notre entourage, notre travail, famille...lorsqu'on est seul et qu'on dépend de rien, on est alors face à soi-même, et toutes nos croyances sont alors uniquement projections de l'esprit...on se sent finalement inexistant, peut-être que de simplement sentir son corps, et percevoir ce qui nous entoure se suffit à lui-même ?

Il me semble que pour que naisse notre "réalité" il faut bien faire une sorte de vide, une vacuité qui permet au nouveau de venir non ? comme lorsqu'on remplit un verre, il doit être vide...cela ne veut pas dire justement de remplir ça vie de choses futiles parfois...mais rester avec ce vide, avoir conscience qu'il est là, pré-existant à tout, c'est beau...cela permet tous les possibles.


Belle semaine à vous tous...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
debramarkos
Habitué du lieu
Habitué du lieu


Masculin Bélier Serpent
Messages : 84
Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 40
Localisation : bretagne

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 7 Avr 2014 - 11:33

je ne sais pas si elle a déjà été postée, mais il y a une belle vidéo de Krishnamurti où il s'exprime directement en français :

Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Dim 18 Mai 2014 - 6:52

"Les cieux n’existent pas, l’homme les a inventés par espoir, devant sa vie devenue un enfer, un conflit sans fin. De la naissance à la mort, il va et vient pour gagner de l’argent, travaillant sans relâche. Cette vie est devenue tourmente, labeur et lutte répétés...
...L’espoir ne repose ni sur l’expert, ni sur l’idéologie, ni sur un nouveau chef. C’est sur vous qu’il repose."

ça faisait longtemps...et toujours aussi clairvoyant !

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Dim 18 Mai 2014 - 17:26

Oh! si les cieux existent...! Pour autant que ne ferions nous pas pour sortir de ce monde illusoire..., ce monde de dualité...!

Grande envie de retourner auprès des miens là-haut ... mais en attendant une tâche m'incombe et je reste sur terre...!

oui, tu as raison... très clairvoyant...! sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 26 Mai 2014 - 8:15

Concernant les deux posts précédents : “"Les cieux n’existent pas, ….///… et …//…Oh! si les cieux existent...! »
Trois « univers » (physique-psychique-et-méta-psychique) s’emboîtent, comme des poupées russes : le monde des corps (« gross body », hindou), le monde du psychisme, et de l’animation (« astral body »), et le monde causal (« causal body »). Ce que « Météore » appelle «auprès des miens, là-haut », correspond à nos « astral-bodies ». Quand il dit « je reste sut Terre », il fait allusion à nos « gross bodies ». Pour certains nos « principes animants », (nos âmes) ne sont pas d’origine terrienne. Tous nos « corps organiques », le sont. Les origines des différentes poupées russes peuvent ainsi être différentes, et ces « enveloppes (« koshas », en sanscrit) peuvent donc être « re-senties », comme étant d’origine, de mondes, très différents. Ce qui frappe, lorsque l’on écoute une vidéo de Jidou Krisnamurti, c’est son « immense tristesse, qu’il exprime, comme un fardeau insupportable ; il est … psychiquement ... vide ». Un point, d’accord, cependant : depuis 2500 ans, les « Maîtres, des écritures, dites, saintes », nous accablent du « poids péché, dit originel ». Par compassion, (bouddhiste) j’ai eu pitié d’une jeune chatte abandonnée, quasi sauvage. Elle avait passé plus de la moitié de son existence terrestre à transmettre la vie à une flopé de chatons, plus voraces les uns que les autres. Elle n’a pas atteint son second anniversaire, et, elle ressemble, déjà, à un être sorti des camps de la mort. Son regard projette un tel abyme de tristesse, que j’ai (exceptionnellement) accepté de la nourrir. A peine remise sur pattes, elle a commencé à se mettre en chasse, et à tuer mes chers compagnons, les oiseaux, dont un délicieux rouge-gorge, qui venait chanter sous ma fenêtre. Où est, là … le péché originel de la, « dite Eve » ? Cette histoire de « péché originel » est un leurre, qui ne sert qu’à asservir les « croyants ». L’enseignement de Krishnamurti est utile, car il exprime la nécessité de « placer notre conscience sur l’axe vertical de la roue de la vie (Rotat-Tarot) ». Seul le point central de l’axe d’une roue est non mobile. Cependant, il ne suffit pas à redonner la joie du rayonnement du soleil… tipherethique (en hébreu), ou, christique (dans le langage chrétien). Pour ce faire, nous avons besoin de nous reconnecter « auprès des miens, là haut » (Dixit : Météore). Notre corps est une poupée biologique, animée par des fils invisibles tendus, et mis en mouvement, « là haut », par notre « principe animant ». (cf. Pinocchio)
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 26 Mai 2014 - 20:34

Si déjà les Hommes pouvaient se connecter entre eux ici sur terre...ou avoir conscience de l'unicité qu'ils forment...sans aller chercher en haut: ce qui me semble une projection humaine...et les plans astrals: on est encore dans la matrice, et l'illusion.

Ah ! oui la culpabilité est bien ce qui provoque le plus de souffrances...et bon nombre de soumissions, à nous de sortir de ce cercle infernal, et de devenir son propre maître, sans être à nouveau esclave de soi-même ou de ses propres croyances, les plus difficiles à cerner Smile

Au fait bienvenue ici PapyBen...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 27 Mai 2014 - 5:19

“Bonjour Myriam.
Krishnamurti dit (je cite, la vidéo sus placée) : « La pensée, c’est la réaction de la mémoire ».
Je crois qu’il se trompe, et donc, qu’il nous trompe.
Quand on a vécu une expérience, dite, EMI ou NDE, lors d’un coma profond, on sait, que les hémisphères cérébraux ne fonctionnent plus. Leur fruit, la pensée (qui est de l’ordre du mental), ne fonctionne plus, et pourtant, on garde une mémoire, encore plus précise que la mémoire mentale, de certains moments de nos incarnations. En physiologie, cela s’appelle «une hypermnésie ». Cette hypermnésie s’accompagne d’une hyperthymie, et d’une hypergnosie. C’est cette « impression » (erronée) d’hyper thymie (exacerbation de l’humeur) que Krisnamurti confond avec ce qu’il appelle « l’amour ». Cet état d’Etre est caractéristique du mode cognitif « gnostique », et non plus du mode mental. Le mode gnostique fonctionne à partir de notre quatrième enveloppe appelée « vijna maya kosha » en sanscrit ; le mode mental fonctionne à partir de notre troisième enveloppe appelée « mano maya kosha » en sanscrit. La quatrième enveloppe utilise les circuits des sous-centres nerveux, qui entourent les quatre ventricules cérébraux, et non plus ceux des hémisphères. Notre cher Krisnamurti, pourtant élevé dans la Tradition hindoue, « prend une vessie pour une lanterne ». C’est pour cela que son message n’est pas parvenu à transformer les humains. En terme de musique, il joue « faux », sa partition cognitive (intérieure) ouvre sur la clé de « Fa » ; lorsqu’il ex-prime son connu il ouvre une partition linguistique et didactique en « Mi ». Son discourt est en contradiction avec ce qu’il co-nait. (Re-né). Son intention est bonne, son expression verbale est fausse. Il y a « dissonance ». La pensée est la réaction de nos trois mémoires instinctives (donc, animales), que sont dans l’ordre, l’instinct de sur-vie (Freud), l’instinct de puissance (Adler), et, enfin l’instinct collectif (Jung). On peut, évidemment, ne pas accepter ce discours, qui nous vient des Upanishads. Six mille ans .. ! ; aujourd’hui, ou presque tout est robotisé, cela paraît « up-date ». Possible, néanmoins, j’accorde toujours ma confiance à ces trésors de connaissance, qui n’ont pas pris une seule ride. Amicalement à vous. Papy Ben
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 27 Mai 2014 - 7:15

Re-Bonjour, voici un texte (Lojong), qui n’a pas de lien direct avec Krisnamurti, mais, qui répond à votre souhait : [devenir son propre maître, sans être à nouveau esclave de soi-même ou de ses propres croyances]
Les huit versets de l’entraînement de l’esprit. par Géshé Langri Thangpa
1. Considérant tous les êtres Comme plus précieux que le joyau qui exauce tous les souhaits,
Afin d’accomplir le but ultime, Je ne cesserai de les chérir.
2. Chaque fois que je me trouve en compagnie, Je me verrai comme le plus humble de tous,
Et tenant les autres pour suprêmes, Je les chérirai du plus profond de mon coeur.
3. Dans la moindre de mes actions j’observerai mon esprit et, dès que surgissent des émotions destructrices,
Je leur ferai face et les écarterai avec fermeté, Car elles sont néfastes pour moi-même et autrui.
4. Quand je rencontre des personnes négatives, ou accablées par le poids des méfaits et de la sou!rance,
Je les tiendrai en grande estime, Comme si je découvrais un trésor rare et inestimable.
5. Quand, par envie, une personne me fait du tort, M’attaque ou me méprise, Je prendrai sur moi toute défaite
Et lui o!rirai toute victoire. 6. Même quand une personne que j’ai aidée ou en laquelle j’ai placé de grands espoirs,
Me traite avec beaucoup d’injustice, Je la verrai comme un véritable maître spirituel.
7. En bref, directement ou indirectement, J’offrirai aide et bonheur à tous les êtres, mes mères,
Et en mon for intérieur, je prendrai sur moi Tous leurs maux et toutes leurs sou!rances.
8. J’apprendrai à préserver toutes ces pratiques des souillures des huit préoccupations mondaines.
Puissé-je reconnaître toutes choses comme illusoires, et, brisant la chaîne de l’attachement, me libérer de la servitude !
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 27 Mai 2014 - 17:43

Mouai, n'est-ce pas encore d'autres préceptes qui me serviront encore de croyances auxquelles je risque de m'attacher ? et peut-être même être dans le contrôle à vouloir être ce que je ne suis pas...ici dans ce qui est écrit: un peu trop "gentille" à mon goût. La bienveillance sont des qualités à cultiver, mais c'est comme l'amour, y a-t-il des recettes ? je ne crois pas.

Juste les lire, ou les répéter seraient insuffisant...même si se libérer de son propre emprisonnement passe déjà par l'observation, et le non jugement de ce qui est. Donc pas vouloir être un autre. Qui sait ce qui est bon pour soi, pour l'autre ?

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mer 28 Mai 2014 - 5:02

Bonjour Myriam, je vous cite : « je ne crois pas ! ». Je crois entendre l’écho de l’enseignement de Jidou Krishnamurti. Lui, non plus, ne croyait pas et ne croyait plus ! Je vous l’ai écrit, (et ne suis pas le seul à le constater), il a échoué dans sa tentative de transmettre une impulsion à l’humanité ! Votre devise est « Parce que l'Amour est la plus grande force de l'Univers ». Me permettez-vous de vous faire une suggestion ? « L’amour est la seule force de l’univers ». Quand vous allumez une ampoule de votre plafonnier, c’est la force de l’Unique Amour universel, qui déplace les électrons de la phase vers le neutre. Bien sûr que cette force, comme tout ce qui a été créé, possède une double polarité. L’amour complet est bipolaire, il comporte, aussi bien l’aspect positif, (appelé souvent « passion »), que son contraire, l’aspect négatif (appelé « haine »). « Qui sait ce qui et bon pour soi ? » (je ne parle pas de « l’autre »). Si vous ne pouvez pas (encore) répondre à cette question, c’est que vous … ne savez pas (encore) qui vous Etes. « D’où viens-je ; qui suis-je ; où vais-je », étaient les trois questions posées par le Sphinx de Gizeh. A l’époque des Grecs classiques ( - 500 ans avant JC), les Philosophes vouaient leur vie à chercher et trouver les réponses à ces trois questions. Savez-vous ce qui fait « avancer l’humanité » ? C’est la force de nos désirs. Quand on ne croit plus à rien, on ne désire plus rien. Quand on ne désire plus rien, on attend la mort. Un philosophe, encore vivant, a dit « les deux plus grandes utopies du 20ème siècle étaient le communisme et l’ultra libéralisme ». Il a ajouté, « la plus grande utopie du 21ème siècle sera le nihilisme individualiste ». Parce que crois, encore à la force de la vie, je crois qu’il a raison. Un Papy se promène avec son petit fils de quatre ans. Ils longent le mur d’une propriété privée, haut de un mètre cinquante. Le Papy dit : « Oh !!! un petit faon, comme ton Bamby ». Le petit fils, qui mesure un mètre dix, répond : « mais, non, je ne crois pas ». Le Papy qui n’est pas encore complètement Kreustfelt Jacobé, monte son petit fils sur ses épaules : « Ah, oui, cette fois, je crois, je vois ; et il est tellement heureux de voir son Bamby, en vrai, qu’il a une bouffée «gnostique d’hyper-thymie », exprimée par l’éclat cristallin de son rire ; lequel n’appartient qu’aux enfants, et … aux Sages, qui croient, encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mer 28 Mai 2014 - 8:11

Myriam, … me permettez-vous de vous poser une question (en rapport avec le présent sujet Krisnamurti) ?
« Quel est le summum du grand écart, made in Deutsch-land ? » Réponse : oser faire semblant de confondre Maître Eckhart (1260/1328), avec l’ersatz de « copier-coller, de Krisnamurti, appelé Eckhart Tolle », voire, …appelé : « Maître Eckhart Tolle ». Ne pas avoir de « force de désirs », c’est inviter la mort à venir frapper à notre porte. J’ai eu le bonheur d’approcher plusieurs (vrais) Maîtres (orientaux, et occidentaux). L’un d’eux, johannite, chrétien, orthodoxe, archimandrite, d’origine italienne, mais, vivant en Russie, faisait une conférence, dans un monastère bénédictin. Ouf, ouf, … « Cigarette, formellement interdite ». J’ai frappé à la porte de son appartement privé, et, là, oh surprise … il tenait ses mains derrière son dos, comme un enfant, pris la main dans le sac. C’était un vrai Maître ; il a aussitôt corrigé son premier réflexe, et m’a montré sa main droite, qui tenait un cigare, made in Cuba, gros comme mon avant bras. Sur la table du salon présidait une bouteille italienne, à long bec très fin, contenant du Chianti. Ce Maître m’a déclaré, avec un sourire d’enfant heureux, et un accent russe hyper délicieux, : « Je brrrrûûûûûle, un peu d’encens !». Son regard était aussi lumineux que le soleil. Le regard de Krisnamurti, est aussi sombre que la mort ; il est … vide de toute forme de vie. Ce qu’il croit être de l’amour, n’est que de l’hyper-thymie. L’amour « vient et va » (circule) ; l’hyperthymie ne fait que « venir » ; il n’y a pas de retour. On parle, en science cognitive, de la « boucle sensorimotrice ». L’amour, fait une boucle, entre deux polarités. L’hyperthymie ne reçoit qu’une seule phase, sensorielle. Il n’y a pas de « retour à l’envoyeur », donc, il n’y a pas de « circulation ». Dans l’enseignement de Krisnamurti, la « Vie », ne circule pas. J’ai eu un ami, suisse, plein de bon sens, il m’a dit « faut que l’air circule ! ». Chez Krisnamurti, l’air est aussi confiné que dans un tombeau de Pharaon. (Attention : toxique).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mer 28 Mai 2014 - 15:53

“Krishnamurti a écrit : "Il n'y a pas d'entité distincte du désir : il n'y a que le désir, il n'y a pas de sujet qui désire ».
J’ai écrit : « Savez-vous ce qui fait avancer l’humanité ? C’est la force de nos désirs ».
Voilà, de quoi alimenter un débat.
Nos propos sont en complète contradiction. Lequel de ces deux opinions, est juste ?
Dans les Védas, la troisième enveloppe (mano maya kosha) est appelée « l’enveloppe ou le corps de désirs ».
Elle correspond au plan du double mental, pensé (raison), et senti (sentiment). De cette enveloppe il est dit « le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas ». Chaque partie du dipôle mental fonctionne indépendamment l’une de l’autre. Celui qui « pense ou qui sent », est-il un sujet ?
Krishnamurti répond : « non » !
Les Védas répondent : « oui » !
Dans une boucle sensori-motrice il y a trois stades « aller » (centripètes) [sensation-perception-cognition], et trois stades « retour » (centrifuges) [conception-mise en tension-action]. L’extérieur correspond au monde des objets, l’intérieur (mental) correspond au monde du sujet, qui pense ou qui ressent. Il y a donc bien un « sujet » qui désire (conception de la forme du ou des désirs). C’est cette force, (l’un des nombreux aspects de l’amour universel) qui fait avancer le monde.
Si Krishnamurti avait raison, d’où viendrait ce « désir » ? La génération spontanée, cela n’existe pas.
S’il y a mise en œuvre d’une force, c’est qu’elle a été générée ; (dans ce cas), par un sujet.
La troisième enveloppe de ce sujet (« mano maya kosha », en sachant que « maya », en sanscrit, signifie « illusoire ») correspond à notre « moi ». La prise de la conscience de « moi », est totalement différente de la prise de la conscience de notre « Je ». Le « moi » est conscient de la forme de son désir. Un animal qui a faim, désire manger, il met en œuvre la partie motrice, effectrice, (centrifuge) de sa « boucle sensorimotrice ». Notre « Je », est « conscient, à chaque instant, du contenu de la conscience du moi. Il est (mathématiquement) conscient « au carré » ; c’est « le » caractère principal de la conscience « gnostique », qui s’exprime en faisant fonctionner « Vijna Maya kosha » (notre quatrième enveloppe). Dans la prise de conscience gnostique « le cœur et la raison sont [ cum-fondus ] (fondus, avec) en une seule entité appelée l’intuition ». .Krishnamurti a « intérieurement connu » l’idée suivante : « le désir est illusoire » ; il a maladroitement écrit « le désir n’est pas généré par un sujet ». Il « im-prime » avec son « Je » ( enveloppe gnostique) ; il « ex-prime » avec son « moi » (enveloppe mentale). Il a confondu son « Je », et son « moi ». Il y a dissonance. Ce faisant, il induit ses lecteurs, ou ses élèves, en erreur
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mer 28 Mai 2014 - 17:13

oups, j'ai du mal à tout suivre dans tes réflexions...surtout que c'est la pratique qui m'importe en ce moment,  et tu as raison de remettre en cause ce que dit K, le mieux étant de voir soi-même...


Je comprends pas ton distinguo entre Moi et Je...il me semble que le moi c'est la personnalité, l'aspect psy pour K, ça n’empêche pas de ressentir, d'exister.  Lors d'un concert, il y a la musique, chacun y participe, mais il n'y a que le morceau au final.

J'ai beaucoup, lu, un peu trop...je suis soule de tous ces "maîtres", d'ailleurs K lui n'avait pas la prétention d'en être un.

Pour moi, il y a des "parties" en nous écartelées (pas Eckhart Tolle Wink), et il me semble que nous avons à les unifier, esprit, corps, âme, mental...où autres noms inventés par l'homme, mais ne faire qu'un.

au fond, je pense que K a raison lorsqu'il dit qu'il n'y a pas d'entité distincte de ce qui EST. Et donc, le Moi me semble bien illusoire, une projection de l'esprit. Je n'ai pas la vérité à ce sujet, c'est plutôt un ressenti.

K a sans doute ce côté nihiliste, qui me gêne, mais le Moi fait tant souffrir, qu'au fond de voir qu'il n'existe pas vraiment me soulage par moment du poids de ma personnalité, de ce monde d'apparences...et psychologique. N'être que l'action, c'est vivre pleinement, sans penser au passé, au futur.

Je ne pense pas me connaître totalement...ne sommes nous pas que des images (de soi, des autres) ? qui suis-je au fond ? à part une personnalité faites d'expériences, de croyances, une mère, une femme...? mais sans le regard des autres, le mien...? que reste-il vraiment ?


belle soirée à toi

 sunny

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 29 Mai 2014 - 5:21

Bonjour Myriam, oui, c’est complexe. Fort heureusement, la Vie, nous fait grandir ; elle le fait à son rythme, qui est très lent. C’est cette lenteur qui est très difficile à accepter par les humains ; lesquels sont habitués à « avoir tout, et tout de suite ». La Nature a prévu qu’un fruit (abricot) serait délicieux, seulement, lorsqu’il sera arrivé « à maturité ». Les humains, modernes, ont perdu le sens sacré de ces rythmes. Une bâche en plastique, du gasoil, et, hop, on sort des abricots, soit disant mûrs, en janvier (dans notre hémisphère nord). C’est une forme de « crime contre la vie ». Parce que l’on a deux petits siècles de science, et, .. Wikipedia, on « croit », tout savoir. Or, on ne sait presque rien. Saint Exupéry a écrit « l’essentiel est invisible pour les yeux ». Comme on ne sait pas, alors, qu’on croit savoir on est trompé, et on se trompe. Alors, on finit par ne plus croire en rien ni en personne, pas même en soi même. C’est de l’ordre d’une schizophrénie de groupe. Notre humanité est très malade ; elle a complètement « perdu la boussole ». Comme vous le dites, elle est « noyée dans l’hyper-médiatisation ».

Il a fallu des centaines de millions d’années de notre couple Terre-Soleil, pour que ce que Darwin a appelé « l’évolution », parvienne à générer l’architecture biologique d’un être humain. Il suffit de huit semaines, à une maman humaine, pour refaire, en elle, l’intégralité des éléments de la chaîne ontologique, à travers ce que l’on appelle l’embryogenèse. Durant les deux premiers mois de sa formation, l’embryon humain repasse (à vitesse très accélérée) par tous les stades intermédiaires, de notre construction architecturale. Tout humain conserve, au niveau de son cou, les restes atrophiés des branchies, que les poissons, d’où nous venons, possédaient. Ce qui est vrai pour l’embryon, l’est tout autant pour notre « principe animant », qui n’est plus organique, mais qui est de l’ordre de la méta-physique (au-delà de la physique).

Il y a des principes de bases à comprendre et à respecter ; en voici un : « L’inaccessible Unité méta-physique, se révèle aux humains [par le ternaire dans le monde intelligible ] et [ par le quaternaire dans le monde sensible ] ».

En clair, l’intelligible, est véhiculé par le système nerveux cérébro-spinal, qui est de polarité masculine ; le sensible est véhiculé par le (double) système nerveux, ortho et para sympathique, qui est de polarité féminine. Le premier « analyse », il va de l’idée complexe, vers la sommes d’éléments simples (cf : l’analyse informatique). Le second « synthétise », il part d’éléments simples, pour en faire une somme complexe. Le masculin « catabolise » (dégrade les nutriments) ; le féminin « anabolise » les éléments basiques de la construction. Un homme prend une situation complexe, et à l’aide de son « intellect » (Effect), il en dégage une somme d’éléments suffisamment simples pour être compris ou assimilés, en quelques fractions de secondes. Une femme prend le « ternaire vital basique » [1 ovule + 2 spermatozoïde + 3 fécondation de l’un par l’autre], et, à l’aide de sa « source et potentiel de vitalité » en fait, très lentement, en neuf mois, une somme quaternaire appelé un « bébé humain ».
Aujourdh’ui les femmes ont perdu la notion de fécondité (du fait de la contraception) ; et l’on marie officiellement les masculins, ou les féminins, entre eux. N‘importe quel mathématicien sait que « les opposés s’attirent, et que les homologues se repoussent ».
Nos Anciens ont exprimé cela par l’image du « double Arbre, dit de la Genèse ». Il y a l’Arbre dit de la Connaissance (il utilise l’intellect masculin, donc le cérébro-spinal, pour être efficient), il y a l’Arbre dit de Vie (il utilise le vécu et le re-senti féminin, donc la somme du cérébro-spinal et du double sympathique, pour être « affectant, ou affectueux ». Le cérébrospinal fonctionne comme un câble électrique (il conduit un courant électro-chimique linéaire) ; le sympathique fonctionne comme un câble co-axial, soit comme un solénoïde. Il ne véhicule plus seulement le courant, il rayonne en plus, comme un champ magnétique.
Il passe du « ternaire » intellectuel, au « quaternaire » vitalisé.
Le vital féminin fonctionne comme les quatre phases de la Lune, et-ou comme les quatre saisons du couple « Terre-Soleil ».
Entre ces deux voies cognitives (Effect et Affect) il y a :
- incompréhension lorsque l’on met en œuvre notre mental (mano maya osha) « Le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas ». C’est le mode de fonctionnement normal (de la norme) du « moi »
- Compréhension (cum-préhension, soit intégration) lorsque l’on met en œuvre notre mode cognitif dit gnostique, le cœur et la raison sont intégrés dans une même unité, l’intuition. C’est le mode de fonctionnement normal de « Je » (le « Youd » hébreu, dont on ne déplace pas un « iota », dans un texte, sans en changer tout le sens).

« Je réponds à cette question : « sans le regard des autres, le mien...? que reste-il vraiment ? ». Là, « Je Suis » d’accord avec le fond de la pensée de Krishnamurti ; il reste : « Tout ». Nous ne commençons à « ETRE SOI », que lorsque nous parvenons à ne plus « Avoir » besoin du regard des autres (le miroir). Au lieu de tourner notre regard vers l’extérieur, ce qui est illusoire (maya), nous (noussss .. grec « noun, omicron, upsilon, sigma), soit le « couple « Maître Intérieur, élève extérieur », tournons notre regard vers la racine intérieure de notre principe animant, qui est « alignée sur l’axe de l’Univers ». Nous nous ré-intégrons dans l’Universel. Nous re-trouvons notre « éternalité animante, et an-aimante ». A ce moment là, seulement, il devient possible de savoir « Que, et qui … Je SUIS ». [Y-O-S-O-Y.]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 29 Mai 2014 - 8:32

[Je comprends pas ton distinguo entre Moi et Je...il me semble que le moi c'est la personnalité,].
“Moi”, c’est celui ou celle qui prend conscience au premier degré (degré du mental) de son « Ex-Istence ». « Ex-Ire », signifie aller en dehors (ici) de son principe. Quand on im-prime cette prise de conscience, on le fait en nous relativisant par rapport au monde, dit, extérieur, soit par rapport au monde ce que nous pouvons ou souhaitons « avoir ». Un animal qui a faim, a un « moi », lequel peut « avoir » envie de la côtelette grillée, bien odorante, qui se trouve dans l’assiette de son maître, ou dans celle de sa maîtresse. Le « moi », construit, en effet, notre « personnalité » temporaire, dont les caractères sont inscrits sur notre passeport. « Persona » signifie « le masque ». Notre « personnalité », c’est l’image qu’autrui peut voir de nous, sur le miroir que lui offrons. Un animal, avancé sur l’échelle de l’ontologie, a un « moi », et donc, a une « personnalité ».
Le « Je », c’est « la signature de notre origine divine, et non plus animale, en chacun-e nous ». Ce « Je », ou « Youd », ne fait pas partie du monde biologique et physique, terrestre, mais, du monde métaphysique (dit céleste).
En tout humain, il y a un « ange et un loup », qui s’opposent. Lequel gagne la partie, demande l’élève ? « Celui que tu nourris, répond le Maître ». Les animaux, n’ont pas accès à la prise de conscience de leur conscience. Ils ont accès au mode cognitif mental, ils n’ont pas accès au mode cognitif « gnostique », typiquement réservé aux humains. Notre « Je », peux parvenir, après un long cheminement intérieur tourné vers « soi », à se révéler à nous. Il se réveille intérieurement, comme la puberté éveille l’instinct de reproduction chez un adolescent. Nous co-naissons, alors le visage de notre vraie « individualité ». Le caractère de l’individualité (exprimé par notre je individuel), c’est que chaque « individu » EST (et non plus avoir) animé (souffle vital de l’âme), par la même « racine », le même « youd », tout au long de nos multiples pérégrinations terrestres ; et, extra-terrestres. Notre racine qui signe notre « individualité » correspond à la notion de notre « Ange gardien individuel ». Son « siège (bien qu’il échappe à la notion d’espace) rayonne par et à travers le soleil de notre système solaire. Notre corps et notre personnalité sont luno-terriennes, notre âme, et notre Individualité sont solaires. Le but de la vie terrestre est de parvenir à re-découvrir notre « solarité ». (Cf : la notion désormais très connue de « femme, ou mieux, de féminité solaire ». Cette féminité solaire (La Reine, en langage alchimique), repose sur notre système nerveux sympathique, et est donc, à la disposition des humains, dits « des deux sexes organiques ». Le Roi alchimique, c’est notre « Youd » .. « Je .. S - OY ». Je Suis l’alpha et l’oméga (S = retournement des phases) du couple [O = féminité sympathique de notre Arbre de Vie, individuel] , et [Y = masculinité cérébro-spinale, de notre Arbre de la connaissance, individuel]. En sachant que pour « passer du masculin au féminin, il convient de faire un « Rectificando » ; lequel déclenche la « mutation de la lumière « ternaire » (intelligible), vers la lumière quaternaire (sensible) », ainsi re …vitalisée. Il y a eu « dépolarisation » (arc en ciel) de la lumière pranique, chargée par notre batterie vitale durant notre sommeil. Le prana est un mot sanscrit qui signifie « énergie du souffle de la vie ». La boucle vitale s’est refermée, en forme de « 8 ». (Ouroboros des Templiers). Le cœur physique possède quatre cavités ; le cœur psychique (animique) est, aussi architecturé à partir d’un « quaternaire », qu’il convient d’éveiller. (Puberté psychique)..
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 30 Mai 2014 - 16:20

c'est long de se détacher de soi, mais en effet, on a trop l'habitude que tout aille vite. Et peu à peu le regard des autres m'indiffèrent pour mon plus grand bien, plus esclave de cela.

Après je n'a pas tout saisi concernant nos pérégrinations...à savoir si mon âme cheminent de ci de là pour soit-disant "évoluer", j'avoue que même cela, je le laisse au mystère de la vie.

Drôle que tu parles de femme solaire, je viens de poster à ce sujet...sans avoir vu ton message.

On est son propre "ange-gardien", sachant ce qui est "bon" pour soi au fond, grâce à une écoute fine de nos aspirations les plus profondes. Puis, ce qui arrive sans l'avoir voulu, autant le prendre bien...et même si il y a des angoisses inhérentes à la vie, elles sont de toute façon surmontables, rien ne sert de les fuire !

Tu n'as parlé que d'une cavité, au niveau du cœur ? et les autres ?

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 31 Mai 2014 - 5:07

Bonjour Myriam. Je n’aborderais pas, ici, le problème des “synchronicités, qui peuvent sembler, un peu étranges, à première vue". C’est trop personnel pour être débattu dans un forum public. Je vais essayer de n’aborder que ta dernière question : « Tu n'as parlé que d'une cavité, au niveau du cœur ? et les autres ? ».
Le cœur physique ne pose pas de problème : nous avons deux oreillettes et deux ventricules. Le but du cœur physique est de relier le monde d’en bas (Eléments Terre et Eau) au monde d’en haut (Eléments Air et Feu). La double circulation (dite « grande et petite) forme donc un « 8 ». Hermès (trois fois Maître, maître de son corps, maître de son âme, et maître de son esprit ») a dit : « Ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas » (à la condition de changer tous les signes des polarités). Le schéma architectural du système « cardiaque » (et pulmonaire), du corps se superpose au système « quaternaire » de nos principes animant (âmes).
La Déesse « Cybèle » correspondait à la « Mère des mères », soit à la force de la fécondité féminine. Son nom vient du Phénicien « Kubélé », qui signifie « pierre cubique noire ». En égyptien ancien, « Ka » signifiait l’âme universelle, et « Bah », signifiait « l’âme individuelle. « Ackh », signifiait le passage fluidique entre « Ka » et Bah ». D’où le terme complet « Ka_Bah_l’Ackh », (qui est devenu, en hébreu « Kabala »). La « Ka-Bah-l’Ackh », correspondait, très probablement, aux écrits ultra-secrets de l’Arche, dite d’alliance, détenue, en premier, par les prêtres égyptiens, et (miraculeusement …oups !), arrivée dans les mains de Moïse. La « pierre noire, cubique », qui trône au centre de la mosquée de La Mecque s’appelle « Ka-a-Ba ! ». L’œuvre brute des Francs-Maçons s’appelle « la pierre cubique ». Le but du Grand œuvre (Alchimique) est de transmuter la pierre cubique, en la pierre cubique, dite "à pointe", (rythmée en cinq ; Terre-Eau-Air-Feu, et, Ether),. Or, si le langage populaire parle bien de « ternaire, et de quaternaire », il convient de noter qu’il n’existe pas de « penta(cinq)naire ». Par contre, « l’octo(huit)naire », lui existe. Le cœur physique contient un quaternaire fonctionnel. Le cœur psychique est architecturé sur un double quaternaire (ce qui donne un « octonaire » : la croix pattée, à huit pointes, des Templiers), ou le signe mathématique, dit de l’infini (horizontal), sublimé, en le faisant devenir vertical (Aligné « Ackh), sur l’axe de l’univers (Ka), et sur , désormais, celui de l’individu « Bah »).
Ce double quaternaire correspond :
1) au quaternaire des quatre phases du couple Terre-Lune, soit, en phases avec la Sephira, dite Yesod de l’Arbre de vie.
2) Au quaternaire des quatre phases saisonnière du couple Soleil-Terre, soit, en phase avec la Sephira dite Tiphereth.
Le but de l’incarnation terrestre est donc de « con-joindre » (mariage des deux conjoints royaux alchimiques), la circulation animique, d’en bas (centrée sur le quaternaire à prédominance lunaire), avec la circulation animique d’en haut (centrée sur le quaternaire à prédominance solaire). Ce faisant l’humain ainsi « solarisé » peut « envoyer à ses « poumons psychiques » l’équivalent du CO2 (déchets lunaires ), et les échanger contre un équivalent d’oxygène solaire pur appelé dans la Tradition égyptienne « Ackh », et, dans la tradition chrétienne « le Saint Esprit »). En ouvrant notre « 8 » psychique, nous conjoignons, en « soi », « le Ka universel, et notre Ba, individuel ». Nous solarisons notre [ Cybèle - Si belle] « vital-ité », dans notre Ka_Ba_l’Ackh individuelle. Notre pierre jadis « noire et cubique », est devenue la « pierre philosophale », qui initie la vitalité Le mariage exige d’avoir fait notre « Rectificando » (adaptation des polarités luno-terriennes, au niveau de notre couple « plexus sympathique dit « sacré », et son rayonnement électromagnétique, appelé en sanscrit : « swadhistana chakra ».).
Tout ceci est symbolisé par la 14ème lame du tarot de Wirth (femme-ange qui transfère un ether lunaire dans un ether solaire). C’est, aussi le symbole du « Vers-eau ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 3 Juin 2014 - 5:15

Bonjour Myriam. Je viens de voir ta vidéo sur la petite Princesse qui a voulu jouer à la chèvre de Monsieur Seguin. Elle a un complément, masculin, que j’aime énormément ; c’est le conte du Petit Prince, écrit par Saint Exupéry. Je souhaiterais, à mon tour, te poser une question. Je la pose, ici, et non sur la page de la vidéo (les films que l’on a aimés) parce qu’elle correspond mieux à la logique masculine de Krishnamurti qu’à la poésie de la vidéo. Ta Princesse a « dû sacr-ifier » son sang (sacrifice féminin à la vie), pour « Ëtre » libérée. Le Petit Prince a utilisé le venin du serpent (et non le sang) ; lequel, Serpent, est traditionnellement, l’auteur de la descente d’Ish et de Isha, dans l’incarnation terrestre d’Adam et de Eve. La question est : « si avant « Yoshoa », le « sacre-i-fice » (faire sacré), correspondait à l’ordre « selon Aaron » (par le sang versé, à chaque fois), soit, selon le mode adopté par la petite Princesse de ta vidéo ; le « sacre-i-fice », « selon l’ordre de Melchisédech », est-il exempt de « dette de sang physiologique » ? Merci. Bonne journée. PapyBen.
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 3 Juin 2014 - 18:32

Je ne pourrais pas te répondre d'un point de vue kabbale...ne connaissant pas assez ce domaine, ni même d'un point de vu gnostique...même si mes lectures sur l'alchimie, la mythologie permettent la compréhension des symboles.

Pour moi le "sacrifice" de la princesse n'est pas d'ordre physique, mais plutôt la "mort" psychologique...qui est en soi une "victoire", c'est mourir à soi, à l'autre.

A savoir, si la mort "psychologique" évite celle physique, sans doute que non, mais une fois l'individualité fondue dans le TOUT, la mort a-t-elle encore autant d'impact, ou d'importance ?

Il y a en ce monde beaucoup de "sacrifices" de la part des femmes, qui "portent" le monde à bout de bras, certains le voient, d'autres non...mais quelle importance, c'est un Don de soi. La femme attend la reconnaissance des hommes, "gardienne de la sagesse"...et ça peut durer longtemps !
puis surtout sa mise en pratique, encore plus de temps il faudra Sad

bonne soirée

 I love you 

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mer 4 Juin 2014 - 4:42

Bonjour Myriam. Oui, la mort de la Princesse, est bien d’ordre psychologique. Toutefois, selon la Tradition, aussi bien dans sa version occidentale, que dans sa version orientale, ce processus de « mort-libération », serait double. On parle de « petite mort et de grande mort », avant la re-naissance définitive de notre principe animant. La petite mort est de polarité masculine, elle est d’ordre socio-professionnelle (Intelligible – ternaire - Effective – Arbre de la Connaissance) ; la grande mort est de polarité féminine ; elle est d’ordre émotionnelle (Sensible – quaternaire - Affective – Arbre de Vie). Dans ta vidéo, la mort de la Princesse, correspond à la seconde mort, définitivement libératrice des attaches engendrées par les chaînes de nos trois instincts, hérités de notre passage corporel dans le monde animal terrestre.

En ce qui concerne ton post : [Il y a en ce monde beaucoup de "sacrifices" de la part des femmes ///…]. ; il est possible d’ouvrir un chapitre entier de ton site sur ce sujet, qui demande d’être traité avec précaution, avec tendresse, et, donc, avec sagesse. Dans ce domaine, où les mentalités bougent beaucoup, voire, parfois, trop (femen), il convient de marcher tout doucement, sur la pointe des pieds, afin de ne pas faire « d’homme-lette ». C’est le cœur du sujet du règne du « Verse-Eau ». Exemple simple : (Attention Papy à ne pas t’attirer de fatwa) ; Islam, se décompose kabbalistiquement en : « Isis + Lamed ». Ouf, ouf, ouf, quel ... chantier à … déminer !

En ce qui concerne ta citation : [et ça peut durer longtemps ! puis surtout sa mise en pratique, encore plus de temps il faudra ]. Je ne crois pas. Cela durerait longtemps, si l’Intelligence suprême qui a créé le monde « se reposait vraiment », comme disent les « textes ». Or, selon les renseignements que me fournit « mon petit doigt » (connecté à la Planète du Petit Prince), il n’y en a plus pour longtemps. Disons, pour rester vague : cela se fera, voire, (quand on peut voir) se fait « durant ta présente incarnation », si, (comme pour le petit poisson, destiné à devenir grand), « Dieu te prête vie, normalement ». Bonne et rayonnante journée. Papy Ben
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 5 Juin 2014 - 12:56

Un ami me dit souvent qu'on est déjà dans Son royaume, mais qu'on ne le voit pas ainsi à cause de nos voiles et autres !

Je trouve la destruction de ce monde par les humains et la souffrance de ces derniers, bien réelles pourtant Sad

Même si j'ai une totale confiance en la vie, l'humain lui peut à tout moment disparaitre, ce ne serait plus un "drame" pour moi, seule la Vie compte,quelque-soit sa forme...

Un post sur ce qu'endure les femmes et la force qu'elles ont oui, mais comme je n'en doute pas...et qu'au fond tout le monde le sait, ça me semble inutile ! chacun dans son univers doit apprendre à se faire respecter et respecter les femmes, l'autre...ce n'est pas encore acquis, mais il y aura toujours des luttes et solidarité quand on  regarde de près Smile

Tu trouves du soutien quand tu appelles à l'aide...encore faut-il avoir la force de demander de l'aide ?

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 5 Juin 2014 - 14:31

Bonjour Myriam. Je vais essayer de répondre à ta première phrase. [Un ami me dit souvent qu'on est déjà dans Son royaume, mais qu'on ne le voit pas ainsi à cause de nos voiles et autres !]. Je ne crois pas qu’il ait raison. Sur la Terre, il y a une « évolution ». On la voit nettement en suivant le cours du passage « règne minéral-règne végétal-règne animal-règne humain ». L’Humain « actuel » est-il « achevé dans son évolution ontologique » ? (Ontos signifie « êtreté »). La science croit que la réponse est « oui ». Je crois qu’elle est « non ». Si notre « royaume » était déjà en chacun-e de nous, il n’y aurait pas d’espoir d’amélioration de la condition humaine. Je vais poser une question difficile, à laquelle presque personne ne peut encore répondre. « Y-a-t-il des formes de vie, indépendantes d’un support bio-organique ? ». Là, encore, la science répond catégoriquement « non ». Pourtant est-ce si sûr ? Je reprends ta phrase : « le « Royaume » (Jérusalem céleste) est-il ou sera-t-il peuplé d’humains possédant un corps organique tel que le nôtre actuellement ? Je ne le crois pas. Lorsque Isis reconstitue le corps d’Osiris, à la fin du cycle de l’humanité actuelle, il lui manque ses organes génitaux, …. très probablement, devenus inutiles. Es-ce là une illusion ? L’espoir fait vivre ! Il est doux de croire en un avenir meilleur pour les humains. Jean, (de Patmos) qui n’est tout de même pas n’importe qui, nous l’a annoncé ! Heureux celles et ceux qui, tels les petits enfants, croient, encore, au Père Noël.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 6 Juin 2014 - 4:30

Re-Bonjour, je vais essayer de redire les (mêmes) choses différemment. Un Arbre fruitier ne peut pas donner, naturellement, un autre arbre (Les humains trichent avec la vie en faisant des « marcottes »). Normalement, un arbre donne un fruit, lequel contient des pépins, ou un noyau. Ces pépins et noyaux contiennent un « germe », qu’il convient de mettre en terre pour le voir « germer ». Ce n’est qu’à ce prix (sacrifice du transmetteur du germe) que la vie avance, cycle après cycle. Une poule pond un œuf ; lequel (s’il a été fécondé) engendrera un nouveau poussin. De même, un humain doit mourir, deux fois, psychologiquement, (petite mort et grande mort), avant qu’un nouveau cycle de son principe animant puisse « éclore ». Ce n’est qu’à ce prix que, selon l’expression bien connue : « La rose peut éclore sur le cœur de la croix ». A ce moment là, seulement, l’Etre humain, est « ontologiquement achevé ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 6 Juin 2014 - 8:21

"Krishna, arrêtes, Krishna !" Question, posée à tous les grands philosophes : “ Pourquoi le son du rire cristallin des petits enfants, est-il aussi délicieux à entendre », alors que, selon le dicton populaire : « méfies-toi du Chinois, qui rit, mais, dont le ventre ne bouge pas », et, alors que, le pseudo rire de la plupart des adultes (bien fatigués) ressemble au « pouf, pouf, plaf, plaf » d’une godasse trop usagée, qui, ... en plus, a pris l’eau ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 7 Juin 2014 - 9:35

Oui, il est inutile de rêver d'un monde meilleurs, faisons-le, déjà en donnant l'exemple à nos enfants, et même sans être "parfait", on a plein de choses à leur transmettre que la TV, les tablettes ne pourrons leur montrer !


L'idée qu'on évolue me laisse désormais dubitative ! L'être humain me semble bien primaire encore, dans ses comportements, puis vu l'état de la planète, l'espèce est grandement menacée, ce ne serait pas la première ni la dernière à disparaître, l'homme se croit tout puissant, mais il est bien "petit" au regard de l'univers Smile

Bon week-end

 sunny 

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Sam 7 Juin 2014 - 10:07

Bonjour Myriam ; je te comprends. Je viens de recevoir, en vacances, mes petits enfants. Ma petite fille, (six ans) dont les parents ont pris soin de lui permettre de voir leur chatte mettre au monde ses petits, m’a dit « Papy, tu as des bébés dans ton ventre ». Je lui ai répondu « oui, mais, ce sont des bébés, en chocolat ». Elle a rit, et a été enchantée de cette réponse. Pourquoi les humains adultes actuels sont-ils si « im-parfaits » ? Parce qu’ils ne ... « sont pas encore, mûrs ». Un abricot mûr, c’est délicieux ; un abricot encore vert, c’est inconsommable. Les humains, actuels ; sont, « encore verts » ; mais, ce sont des « abricots, appelés à devenir délicieux ». Bon dimanche. Papy Ben.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 12 Juin 2014 - 5:52

Bonjour, il semble que l’on n’aime pas mes (beaux) abricots. Je vais essayer de redire la même chose, en utilisant d’autres mots. Quelle est la différence fondamentale de « valeur » entre la culture ancienne et la soit disant culture actuelle ? Les modernes veulent « tout, tout, de suite, et au prix le plus bas, quitte à préférer le très bas de gamme, à la très haute qualité ». Aujourd’hui, l’idéal d’un jeune adulte c’est d’être fonctionnaire, voire d’être chômeur, à vie si possible. La seule chose qui l’intéresse, c’est la somme versée, chaque mois, sur son compte bancaire. Les Anciens étaient des Apprentis, puis des Compagnons, et, enfin devenaient des Maîtres, dans leur « œuvre » (petite ou grande). Aujourd’hui, l’humanité est complètement « déboussolée ». Elle compte totalement, sur … le GPS. Hier, ce qui comptait, pour un humain, ce n’était pas la « forme achevée », c’était la « beauté de l’Art » du travail qui permettait d’aboutir à une forme. Quand on construisait une cathédrale, le père commençait, en sachant que ce serait son fils qui contemplerait l’œuvre achevée. Aujourd’hui on « est esclave des formes de la vie » ; hier « on était maître de la force de la vie ». (La « force forte » de toutes les forces, d’Hermes).
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Jeu 12 Juin 2014 - 18:16

Oui, en regardant pousser le jardin, et les effort à fournir pour manger ses propres légumes, je me rends compte du besoin de gestation qu'il faut pour atteindre la maturité ! rien n'est donné.

Et c'est triste oui de voir que avoir est plus important qu'être dans cette société...bon je ne suis pas minimaliste, il faut vivre avec son temps, mais avec modération comme tout !!

Une fois perdue sans gps ni tel, j'ai demandé ma route comme dans le temps, et me suis rendue compte de la gentillesse des gens, au fin fond d'un trou perdu de la France Smile


Revenons à nos moutons (pas nous ?) serait-il encore vivant ?

dernier livre sorti de K:

http://www.decitre.fr/livres/mettre-fin-au-conflit-9782845925717.html

Pas fini d'en dé-couvrir !!


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 13 Juin 2014 - 4:59

Holla, bien sûr que non ! Il est mort en 1986. Ce livre (que je n'ai pas lu) est une compilation de ce qu'il a dit, soit, directement, en français, (il le parlait, un peu), soit, par le biais d'une traduction anglo-française. Petit détail ; "tout est donné" ! C'est chacun-e de nous qui avons ou n'avons pas (encore) découvert l'outil pour "recevoir". J'ai reçu un mail, récemment ; il disait (seulement) ceci : "Tu auras remercié, lorsque tu auras rendu, tout ce que tu as reçu". Bon week-end. Papy Ben
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 13 Juin 2014 - 7:51

Oui, il est bien mort...mais ce qu'il a dé-couvert est toujours là, accessible, à tous !

Tu as raison, tout est "donné", p'être pas ce que l'on réclame, mais ce qui "doit" être Smile

trés beau cette phrase...sur le remerciement !

Bon weekend également Papy Ben

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 13 Juin 2014 - 8:22

J'ai envie de dire : "ça vient du Petit Prince" ; en fait, c'est signé : "frater". Il y a bien, encore, des (vrais) Maîtres, en Occident. Bisou, à Toi et à ceux et celles que tu aimes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 13 Juin 2014 - 17:56

Bonjour, Myriam. Je pense que la compilation indiquée ne fera que répéter le fond de l’enseignement de Krishnamurti. On peut en avoir une idée en downloadant gratuitement (pdf) son livre « Se libérer du connu » à partir de cette url [ http://www.jefflemat.fr/autres/90_krishnamurticonnu.pdf ]. Ce qu’il manque à son enseignement c’est ce que tu apportes dans ton Blog. J’ai reçu le mail (remerciement) d’un Monsieur, que je ne connais pas, puisque la règle de son site est l’anonymat. En voici l’url [http://chevaliersrc.unblog.fr/ ]. J’ai, seulement, apporté un commentaire à l’un de leurs articles. Je n’ai pas eu de réponse directe, et, au moment opportun (synchronisation) ce « Rose + Croix » m’a adressé son mail. L’adresse électronique utilisée, n’étant pas personnelle, je ne peux pas lui répondre, directement. Leur devise est : [Anonymes entre-nous ; Anonymes autour de nous ; Présents dans la Bonté, la Charité et l’Amour en toute Sagesse. Actifs dans la communauté jusqu’à ce que la dernière âme soit sauvée. Transmets ces qualités par l’exemple et ta mission de Chevalier Rose-Croix sera accomplie.]
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 16 Juin 2014 - 20:59

Merci du lien...je l'ai déjà...en effet un condensé de sa pensée...

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 17 Juin 2014 - 4:15

Bonjour Myriam. “ton expression est significative. « condensé de sa … pensée ».
Le « pensé » (mental-pensé, masculin) s’exprime par « le ternaire » ;
le « senti et le vécu », (mental-senti, féminin) s’expriment par le « quaternaire ».
Ce qui manque à l’enseignement de Krishnamurti, c’est le « vécu-re-senti », qui vient de la « Voie », dite féminine (double système nerveux, …. « sympathique », .. ou … « pas sympathique », selon qu’il fonctionne bien ou pas). Il n’y a pas de « sympatia », chez lui. Son enseignement c’est : un petit gâteau sec, dans lequel il a oublié de mettre le beurre et le sucre, pour en faire un, délicieux, « Petit beurre », ... ex-breton ; en fait, jadis, nantais, et maintenant … anglo-saxon ! ». Ah ; les bonnes recettes de nos Grands-mères ; tout est industrialisé, même l’enseignement !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 17 Juin 2014 - 7:12

Pourquoi ? “« nous sommes sur terre toute une armée de femmes qui hurlent en silence, et toute une armée d'hommes aussi. Et nous nous entendons à peine les uns et les autres ? ». Je vais continuer mon histoire de « maman chatte et de ses petits chatons ». Ayant pris toute cette « couvée » en affection, je continue à leur donner à manger, chaque matin. J’ai acheté un ersatz de « saucisse jambon reconstitué » (restes de porc ( ?) et soja, …transgénique, à 1,50 euro le kilo). Ma première surprise a été de constater que la maman chatte, qui ne pèse toujours pas plus d’un kilo et demi, ne mange pas ce délicieux repas. Elle met les morceaux dans sa gueule, et, va, le plus rapidement possible les porter à ses petits, qui ont déjà trois mois, et qui à eux trois (l’un est mort) pèsent plus lourd que la maman. Elle a faim, elle met de la viande, qui a du goût, dans sa bouche, et … ne la mange pas. Pourquoi ? Aucun humain, ne ferait cela ; il mangerait, d’abord un ou deux morceaux, et, seulement, ensuite, nourrirait ses « petits ». Quelle est la force, le moteur, qui pousse la mère à agir ainsi, en contradiction avec la logique d’une intelligence humaine moyenne ? C’est l’instinct ! Pourquoi les humains, « hurlent-ils de non bonheur » ? C’est, encore, et, toujours à cause … de leurs trois instincts ( instinct de sur-vie, instinct de puissance, et instinct collectif)». L’humain, devient « libre » le jour où il a su et pu se « libérer de la dépendance de ses instincts, et donc, de celle de son passé connu ». L’enseignement de Krishnamurti est donc utile et valable ; il suffit d’y ajouter un peu de « crème fraîche », ou de « lait de coco râpé » (quand on en a).

Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mar 17 Juin 2014 - 17:16

oui, je suis d'accord avec toi sur l'aspect "froid" de son enseignement...je ne pense pas pourtant qu'il ai eu tendance à se couper de ses sensations qu'il décrivait admirablement...disons que la chaleur humaine manque dans ses écrits...mais sa sensibilité à la nature et le respect de la vie lui donne justement un des aspects féminins.

L'instinct dont tu parles me fait penser au schéma ci-dessous que j'ai eu l'occasion de voir lors d'une conférence:
http://www.personocratia.com/fr/qui_est_ghislaine.php

Les différents besoins engendrent certains comportements, qu'il est utile de voir pour soi avec honnêteté dans sa vie.après l'approche ma parle moyen.

bonne soirée


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Ven 21 Nov 2014 - 20:26

« Dès l’instant où vous suivez quelqu’un, vous cessez de suivre la Vérité. »


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Mer 10 Déc 2014 - 7:28

« Si l'on ne se compare à personne, on devient ce que l'on est. »

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 16 Fév 2015 - 7:28

Pour aimer, il faut être libre. Cet amour n’est pas le plaisir, le désir, le souvenir des choses passées. L’amour n’est pas l’opposé de la jalousie, de la haine et de la colère. Tout cela peut paraître utopique, idéaliste, un état auquel l’homme ne peut qu’aspirer. Mais si vous croyez cela, vous continuerez à tuer. L’amour est aussi vrai, aussi fort que la mort.

Il n’a rien en commun avec l’imagination, le sentiment ou le romantisme, pas plus, naturellement, qu’avec le pouvoir, la situation ou le prestige. Il est aussi puissant que la mer, aussi immobile que ses eaux. Il est aussi abondant et fort que le courant d’un fleuve qui se déverse à l’infini et coule sans fin, sans commencement.

J. Krishnamurti - Dernier journal

_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin
avatar

Féminin Verseau Rat
Messages : 3436
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 44
Localisation : near Lyon

MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   Lun 23 Mar 2015 - 7:58

"C’est une confiance innocente qui fera éclore une nouvelle civilisation."

http://www.krishnamurti-france.org/C-est-une-confiance-innocente-qui

bonne semaine !


_________________
"L’été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s’ils avaient l’éternité devant eux."Rainer Maria Rilke
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Krishnamurti, son oeuvre...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Krishnamurti, son oeuvre...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit de Rencontre Rhône Alpes :: PARTAGEONS... :: Livres - Textes divers - Littérature-
Sauter vers: